07/05/2007

OK pour Sarko. Avec un faible pour Ségo...

On ne mégotera pas sur la belle victoire de Nicolas Sarkozy, ni sur les qualités de son programme, qui est sans doute le plus apte à mettre fin aux rigidités françaises. Et on a pris note avec intérêt de la retenue, du respect et de l'esprit d'ouverture que le nouveau président a exprimés tout au long de la soirée. C'est une attitude nouvelle chez les vainqueurs des soirées électorales françaises.

Mais on ne nous empêchera pas d'avoir un petit faible pour Ségolène. Tout au long de la campagne, et jusque dans la défaite de dimanche soir, cette femme aura démontré une maîtrise d'elle-même, une présence et un sang-froid remarquables. Des qualités très présidentielles en somme.

D'autre part, une victoire de Ségolène eût signifié que la France avait déjà opéré sa mutation en profondeur. Elle aurait signifié que la gauche française avait réussi sa mue sociale-démocrate, abandonné ses archaïsmes et que la rénovation de la société françaises voulue par tous les candidats ne s'était pas arrêtée à la moitié de la France.

Pour que cette mue nécessaire se fasse, il ne reste donc plus qu'à souhaiter que la victoire de la droite aux législatives de juin ne soit pas trop massive et qu'une place substantielle soit réservée au centre et à la gauche moderne. Sinon, il y a fort à parier que la France, cédant à ses vieilles passions, ne fasse que reconduire, avec d'autres têtes, le stérile conflit droite-gauche à l'origine de ses blocages actuels.

 

08:34 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.