15/05/2007

Ville de Genève: ça commence mal!

On allait voir ce qu'on allait voir! Hé bien, quinze jours après les élections du 29 avril, on a déjà tout vu: la nouvelle législature en Ville de Genève s'annonce aussi mal que la précédente. Et pour la même raison, à savoir l'ego flatulent des petits marquis de la majorité de gauche.

Les quatre dernières années ont été empoisonnées par les relations délétères qui régnaient au sein du Conseil administratif, pourtant à large majorité de gauche. Les affaires qui ont défrayé la chronique - celle des amendes de M. Hediger, celle de l'immeuble du 25 rue du Stand puis le lâchage public de ses collègues par Manuel Tornare - sont largement dues à l'incapacité des magistrats en place à faire preuve d'humilité, à reconnaître leurs torts. Ils sont si fiers qu'ils considèrent toute critique comme un crime de lèse-majesté. Ils se seraient excusés platement de leurs erreurs qu'elles auraient été ausitôt oubliées.

Et voici maintenant que cela recommence avec la répartition des dicastères. Par forfanterie, Manuel Tornare est allé déclarer à la presse qu'il allait remettre de l'ordre dans le Culture gérée par son collègue Mugny, tout en décrétant qu'il n'hésiterait pas à lâcher cette Ville qu'il prétendait aimer si passionnément sur ses affiches électorales dans les prochains 18 mois pour aller au Conseil d'Etat. Cherchez la cohérence!

Une chose est donc sûre: quelle que soit la solution finale, elle fâchera tout le monde car personne n'aura obtenu ce qu'il souhaitait au départ. Deux des quatre têtes de la majorité ont changé, mais les querelles de pouvoir et de territoire vont persister. Et cela durera tant que la coalition rose-verte disposera d'une trop large majorité. A trois, ils seraient contraints de faire front commun sans discuter, tandis qu'à quatre la voie est libre pour les divisions. De quoi faire sourire le cinquième, Pierre Maudet, à qui les autres ne pourront pas s'empêcher de laisser la portion congrue, et qui aura donc tout loisir de faire monter la pression dans le camp majoritaire...

09:32 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Toute les escrocs de la droite politique et leurs copains de la presse populiste craignaient le manque de collégialité de Monsieur PAGANY. Or la réalité nous montre un tout autre visage, entre l'ambition et la cupudité de TORNARE qui a eu la tête qui a tournée le lendemain des élections en visant le Conseil d'Etat, le mutisme et l'inefficacité du beau parleur arriviste MAUDET et la nonchalance de SALERNO, sans parler du père MUGNY le népotiste qui a tenté jadis de placer sa copine à un poste clef....Monsieur PAGANI semble être le plus digne parmis les clowns qui sont ses collègues. J ai honte pour la classe politique genevoise, devenue pourrie et repoussante.

Écrit par : steve | 16/05/2007

test

Écrit par : steve | 16/05/2007

Les commentaires sont fermés.