06/06/2007

Après les tours, osons la grande traversée du lac

En 2003, le PDC avait été le premier parti de ce canton à oser proposer de construire des tours à Genève. Exemple et dessins à l'appui, un débat avait été organisé à la Maison de Quartier de la Jonction avec, notamment, les édiles municipaux, pour présenter les immenses avantages des constructions en hauteur.

L'accueil, c'est le moins qu'on puisse dire, avait été froid. Mais quatre ans et quelques motions plus tard, le résultat est là: le Conseil d'Etat et une majorité de Genevois sont enthousiastes à l'idée de créer tout un quartier de tours dans le quartier de la Praille-Acacias.

Espérons qu'il en soit de même pour le projet de traversée du lac, qui est en train de resortir des limbes. Deux conceptions s'affrontent: une moyenne traversée Avenue de France - Eaux-Vives et une grande, qui bouclerait enfin la ceinture autoroutière, du Vengeron au Pavillon de Ruth, avec un embranchement qui relierait la route de Thonon au pied de la rampe de Vésenaz (et profiterait du tunnel sous Vésenaz déjà accepté), et un autre embranchement qui rejoindrait l'Autoroute blanche dans les hauts de Malagnou ou avant la douane de Sous-Moulin.

Cette option, qui tiendrait compte de l'évolution de la Ville et du projet d'agglomération actuellement en consultation, est de loin la meilleure car elle desservirait à la fois l'agglomération et le trafic international. Les coûts pourraient donc être pris en charge par la Confédération tant sur le compte agglomération (tunnel sous les Eaux-Vives) que celui des autoroutes (partie lac). 

La construction d'une grande traversée permettrait aussi d'ouvrir le pont du Mont-Blanc aux trams et aux bus et viendrait donc dynamiser les transports publics tout en rendant acceptables la création de vraies zones piétonnes et la modération du trafic au centre ville.

Avec un peu de bonne volonté, tout le monde serait gagnant.

Reste à choisir en le pont et le tunnel. Chaque option a ses avantages et ses inconvénients (coûts, bruit, paysage), qui doivent être soigneusement étudiés. Le pont, qui est un symbole magnifique, a mes préférences. Mais une chose est sûre: le débat entre partisans du pont et ceux du tunnel ne doit pas, comme en 1996, faire échouer le projet.

Réponse dans quatre ans?

08:14 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.