18/06/2007

Petit café chez Angela (Merkel)

Saut de puce à Berlin vendredi dernier pour visiter la Chancellerie fédérale et le Bundestag. Nous sommes reçus par Thomas de Maizière, le chef de l'administration de la Chancellerie et chef de cabinet d'Angela Merkel, qui organise les séances du gouvernement et fait office d'amphitryon.

On parle d'Europe (le président polonais est attendu à Berlin le lendemain pour débloquer la situation du traité), de G8 (le sommet d'Heiligendamm vient de se terminer), de relations franco-allemandes, de l'OTAN et de la Russie. Les réponses sont à la fois prudentes et incisives: on sent que l'Allemagne est soucieuse de soigner son image de puissance de consensus, tout en ayant son opinion bien à elle sur chaque objet.

L'architecture des lieux de pouvoir est révélatrice de cette force tranquille et apaisée. Toute de béton et de verre, bourrée d'oeuvres d'art contemporaines, la nouvelle chancellerie est un hymne à la modernité, complètement ouverte sur son environnement. On a l'impression que les promeneurs du Tiergarten peuvent assiter aux séances de leurs ministres à travers les baies vitrées. On est loin du gigantisme sombre et inquiétant des Reichs précédents: le côté obscur de la force a été éradiqué.

Même ambiance au Bundestag. Les quatre immeubles qui composent la chambre du peuple enjambent la Spree, à cheval sur l'ancien mur, et jouent également sur la lumière et la transparence. Même le vieux Reichstag, incendié par les nazis, ravagé par la guerre et reconstruit par Norman Foster avec une gigantesque coupole de verre, fait pénétrer la lumière et les regards du public au coeur des délibérations des députés. Mieux, après un débat homérique, on a même conservé sur les murs d'origine les graffiti laissés par les soldats russes en mai 1945: preuve que l'histoire et la défaite ont été digérées et sont désormais pleinement assumées par les Allemands.

Ce pouvoir qui n'a pas peur de voir de se laisser voir fait de la démocratie allemande un modèle du genre. Qui l'eût rêvé il y a quinze ans encore?

 

 

08:55 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.