16/11/2007

La triste figure de la politique genevoise

Hier soir, à la surprise générale, un UDC a donc été élu premier vice-président du Grand Conseil et devrait donc, sauf sursaut démocratique, présider le parlement genevois en 2009.

Pour le PDC et le candidat battu que je suis, c'est évidemment une déception, même s'il s'en est fallu d'un cheveu (35 voix contre 34, et une vingtaine d'abstentions et de bulletins nuls). Mais c'est surtout navrant pour la politique genevoise.

Car ce résultat signifie que les partis de centre-droit, une fois de plus, se sont tirés une balle dans le pied et que les mesquines trahisons libérales et radicales ont profité au faux ami qu'est l'UDC. L'Entente est donc arrivée à la croisée des chemins: si elle veut encore mériter son nom aux prochaines élections, qui commenceront déjà en décembre 2008 avec la présidence du Grand Conseil 2009, elle devra vraiment décider qui soutenir, du candidat UDC ou PDC. Car il ne sera plus possible d'invoquer un accident de parcours ou un accès de mauvaise humeur.

La gauche ne s'est pas davantage distinguée dans ce vote. En s'abstenant massivement, voire en donnant quelques voix à l'UDC, elle a sabordé ses propres valeurs et ses propres engagements. Pendant toute la campagne des élections fédérales, Verts et socialistes ont dénoncé la campagne xénophobe des moutons noirs menée par les partisans de M. Blocher et, à la première occasion, ils servent la vice-présidence du Grand Conseil à leur adversaire sur un plateau! Hier soir encore, ils vantaient à juste titre le parcours de la nouvelle présidente, Mme Bolay, la lutte contre le franquisme et l'émigration en Suisse et bing! quelques minutes plus tard, ils laissaient accéder au perchoir le parti le plus proche des idées franquistes. Cherchez la cohérence!

Ce qui s'est passé hier est typique des médiocrités de la politique genevoise: hypocrisies, clientélisme électoral, petits calculs pour faire trébucher l'un, stratégies courtes pour donner une leçon sans frais à un parti récalcitrant, mauvaise humeur et rancunes personnelles, tout cela s'est additionné pour donner un résultat qui, de notre point de vue, est un déshonneur pour tous.

 

 

 

09:13 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Il faudrait que le PDC tire les leçons de ses propres attitudes avant d'en donner aux autres... La candidature de Jobin n'était pas un bon plan... son maintien envers et contre tout après le scandale de "la belle fête" a évidemment plombé le score de toute l'Entente. Cela n'a pas été sans conséquences, et on le voit aujourd'hui. Médiocrité certes, mais tous sont concernés, le PDC aussi.

Enfin bravo pour votre parler vrai: vous avez été battu, pas "non-élu".

Écrit par : Rob Degudy | 16/11/2007

J'approuve. Evincer Dupraz pour nous servir Jobin, voilà qui implique que des comptes doivent être rendus. Un peu d'auto-critique, SVP.

Écrit par : Dixit | 16/11/2007

Cher Guy,
Merci tout d'abord pour m'avoir invité au Club de la presse pour parler de mon livre, l'Utopie Urgente. Le succès de cette conférence auprès des auditeurs présents ne m'a donné qu'une envie, en faire d'autres.
Ceci étant, je regrette ta défaite hier soir, qui n'est pas un bon signe pour l'Entente. mais comme tu le fais remarquer, la gauche s'est abstenue massivement. Je me demande même si certains verts n'ont pas voté pour le candidat de l'UDC, réputé pour ses qualités d'agriculteur bio... de plus, d'aucuns à gauche se disent qu'en affaiblissant l'Entente, et en renforçant l'UDC, on déplace au final le point d'équilibre de l'électeur lambda vers la gauche. Un calcul très risqué.
Reste que tu n'as pas fait le plein des voix de l'Entente. J'ai tendance à penser, au vu des discussions de ces derniers jours au sein du parti radical, que les voix qui t'ont manqué devaient être plutôt libérales.
Ils reprocheraient à ton parti, dit-on, d'avoir coulé Martine Brunschwig-Graf avec la candidature de Jobin. Il est pourtant notoire que c'est le parti libéral qui a choisi d'approuver sa candidature plutôt que celle de Dupraz, espérant qu'elle ne ferait pas d'ombre à Martine, contrairement à celle du paysan de Soral, qui risquait de lui passer devant. Alors que le 2ème siège paraissait hors de porté...
Il est temps maintenant d'arrêter ce jeu de massacre stupide, ces stratégies politiciennes tortueuses. Cessons de nous tirer dans les pattes et de prendre les électeurs pour des idiots. Ce qui vaut aussi pour certains argumentaires économiques parfaitement justes sur le fond, mais tellement spécieux dans l'utilisation de certains chiffres qu'ils décrédibilisent tout le travail accompli et donnent du grain à moudre à nos adversaires.
Construisons un regroupement du centre et de la droite de concensus qui tienne la route. Cela implique à mon sens un programme commun et des listes communes, élaborées de concert, dans lequel, dans les élections majoritaires, il est présenté systématiquement le meilleur candidat (ou la meilleure candidate) c'est à dire celui qui est le plus à même de gagner, indépendamment de son parti d'origine.
Difficile à réaliser quand les partis sont un rassemblement d'égos généreusement dimensionnés, mais c'est le prix à payer pour la démocratie. La droite extrême résout le problème par une allégeance sans faille au chef. Ce n'est pas notre style, mais nous devons démontrer que nous sommes capables de nous entendre. Et arrêtons de tirer sans cesse sur les partis frères, comme tu l'as fait toi-même, cher Guy, sur le parti radical dans le Matin Bleu la semaine dernière.
Tu nous a attribué la volonté de réclamer 40 000 francs de frais d'inscription à l'université, alors que cette proprosition ne s'adresse qu'aux étudiant étrangers fortunés, pour financer des bourses à l'intention des étudiants étrangers fauchés. N'était-ce pas déloyal ?

Écrit par : Philippe Souaille | 16/11/2007

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Guy,

j'ai toujours considéré que vous étiez un homme compétent.

A ce titre, je regrette que vous ayez fait les frais d'un "réglement de compte électoral à OK Coral"...

A travers votre échec, c'est probablement M. Jobin qui était visé et c'est vraiment navrant de voir un talent comme le vôtre faire les frais pour d'autres.

J'espère que cet "échec" qui n'est sûrement pas personnel, soyons en sûrs, vous donnera l'envie de poursuivre plus avant en exploitant votre potentiel.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 16/11/2007

Les commentaires sont fermés.