30/11/2007

L'UDC ou le baiser de l'araignée

Hyperagressive durant la campagne électorale, franchissant allègrement les limites avec ses affiches sur les pacsés inféconds et les moutons noirs, l'UDC se fait soudain pateline et mielleuse. Le loup se déguise subitement en aimable Mère-Grand pour mieux tromper les innocents Chaperons Rouges.

C'est qu'il s'agit de faire réélire le chef da la meute au Conseil fédéral. On le voit donc, CB, avec la complicité de quelques médias flagorneurs, adopter des poses de grand-papa gâteau dans les magazines et les journaux les plus complaisants pour mieux tromper son monde.

"Venez à moi, doux agneaux, mon giron est grand et je vous ferai une petite place", semble dire le faux berger Christoph aux innocentes brebis qui ne demandent qu'à le croire, mais qui devront s'attendre à un dur réveil. Car une fois passé le 12 décembre, le naturel de prédateur va reprendre le dessus, et malheur alors aux imprudents!

La stratégie de l'araignée est bien en place et gare aux moucherons qui s'approchent de trop près du vorace. Ils se feront gober ou sucer de l'intérieur comme une vulgaire mouche prise dans la toile. Les radicaux, se croyant plus malins, ont cru échapper à la ruse mais sont quand même tombés dans le piège lors des dernières élections fédérales.

A Genève aussi, certains radicaux et nombre de libéraux semblent irrésistiblement attirés dans la toile d'araignée. Les pontes de l'UDC se font tout doux, susurrent plus qu'ils ne vocifèrent, dans l'espoir de faire tomber les plus inconscients dans leurs filets. Sans cesse, ils enfoncent des coins dans l'Entente, dans l'espoir de la faire voler en éclats.

Peut-être y parviendront-ils. Et peut-être que non. Après tout, un sursaut du centre-droit démocrate n'est pas exclu, comme à Saint-Gall et à Zurich le week-end dernier. Et la dangereuse mygale sera alors renvoyée dans sa toile. Comme elle vient de s'offrir un festin, elle peut tenir le coup longtemps. Mais dans la longue durée, si on ne lui jette plus de proies par bêtise, elle fera comme tout le monde, elle finira par dépérir elle aussi.

 

09:30 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (7)

22/11/2007

Fumée blanche à la Tour Baudet!

Il aura fallu 12 heures de débats à la commission des finances mercredi dernier pour accoucher d'un budget. Mais au moins a-t-on abouti à un résultat acceptable.

Avec un boni de 66 millions au lieu d'un déficit de 120 millions, les choses se présentent enfin sous un jour meilleur pour les Genevois. Grâce au bond prodigieux des recettes fiscale surtout.

D'un côté, les collaborateurs de l'Etat toucheront leur indexation et leurs primes, ce qui n'est que justice après des années de vaches maigres et une différence salariale qui s'accentue avec le privé, en plein boom.

Et de l'autre, une majorité de députés a voulu maintenir une certaine pression sur le Conseil d'Etat en l'incitant à poursuivre les efforts de réduction du nombre de fonctionnaires et la baisse des dépenses générales annoncés dans le discours de Saint-Pierre. A Genève, le retour aux vaches grasses est toujours pernicieux car il démultiplie les exigences de tous : syndicats, services, subventionnés, députés à la solde d'intérêts catégoriels redoublent d'efforts pour accroître leur part de gâteau.

C'est pour éviter de retomber dans les mauvaises habitudes et signifier que le retour aux bénéfices ne doit pas être une incitation aux gaspillages que le budget dépenses a été réduit d'une trentaine de millions. Une pilule point trop amère puisqu'elle représente à peine 0,5% du budget de l'Etat.

08:55 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (7)

16/11/2007

La triste figure de la politique genevoise

Hier soir, à la surprise générale, un UDC a donc été élu premier vice-président du Grand Conseil et devrait donc, sauf sursaut démocratique, présider le parlement genevois en 2009.

Pour le PDC et le candidat battu que je suis, c'est évidemment une déception, même s'il s'en est fallu d'un cheveu (35 voix contre 34, et une vingtaine d'abstentions et de bulletins nuls). Mais c'est surtout navrant pour la politique genevoise.

Car ce résultat signifie que les partis de centre-droit, une fois de plus, se sont tirés une balle dans le pied et que les mesquines trahisons libérales et radicales ont profité au faux ami qu'est l'UDC. L'Entente est donc arrivée à la croisée des chemins: si elle veut encore mériter son nom aux prochaines élections, qui commenceront déjà en décembre 2008 avec la présidence du Grand Conseil 2009, elle devra vraiment décider qui soutenir, du candidat UDC ou PDC. Car il ne sera plus possible d'invoquer un accident de parcours ou un accès de mauvaise humeur.

La gauche ne s'est pas davantage distinguée dans ce vote. En s'abstenant massivement, voire en donnant quelques voix à l'UDC, elle a sabordé ses propres valeurs et ses propres engagements. Pendant toute la campagne des élections fédérales, Verts et socialistes ont dénoncé la campagne xénophobe des moutons noirs menée par les partisans de M. Blocher et, à la première occasion, ils servent la vice-présidence du Grand Conseil à leur adversaire sur un plateau! Hier soir encore, ils vantaient à juste titre le parcours de la nouvelle présidente, Mme Bolay, la lutte contre le franquisme et l'émigration en Suisse et bing! quelques minutes plus tard, ils laissaient accéder au perchoir le parti le plus proche des idées franquistes. Cherchez la cohérence!

Ce qui s'est passé hier est typique des médiocrités de la politique genevoise: hypocrisies, clientélisme électoral, petits calculs pour faire trébucher l'un, stratégies courtes pour donner une leçon sans frais à un parti récalcitrant, mauvaise humeur et rancunes personnelles, tout cela s'est additionné pour donner un résultat qui, de notre point de vue, est un déshonneur pour tous.

 

 

 

09:13 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (4)

08/11/2007

Des Verts très boulimiques

Où est passée la frugalité des Verts? Depuis des années, les Verts militent pour moins de pollution, moins de consommation, moins de gaspillages et font l'éloge d'une vie simple et frugale... sauf en ce qui concerne les mandats politiques de leurs élus, semble-t-il!

Entre le syndic de Lausanne Daniel Brélaz et le conseiller d'Etat genevois Robert Cramer, cela semble plutôt être la course à l'accumulation des mandats, syndic et conseiller national d'un côté, conseiller d'Etat et conseiller aux Etats, de l'autre. Quand on connaît l'agenda des conseillers d'Etat et celui des parlementaires à Berne, ces choix, en totale contradiction avec les positions du parti Vert qui rejette les doubles mandats, ne manquent pas de surprendre.

Il ne s'agit pas ici d'attaquer des personnes ou un parti - car on peut aussi adresser le même reproche au conseiller d'Etat et conseiller aux Etats PDC valaisan Jean-Marie Fournier. Mais au moins lui ne donne-t-il pas des leçons de sobriété aux autres.

Le grand argument des cumulards consiste à se retrancher derrière le peuple, qui l'aurait voulu ainsi. Sauf qu'on s'est bien gardé de lui demander son avis sur cette question et de préciser ce qu'il allait advenir du double mandat en cas d'élection...

On avance aussi les avantages supposés d'un tel cumul: les doubles élus pourraient ainsi mieux défendre leur canton à Berne. Cela reste à prouver. Car en consacrant au mieux un mi-temps à ce qui était déjà plus qu'un plein temps auparavant, on risque plutôt de faire tout à moitié.

 

 

09:16 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)