19/05/2008

Bassin lémanique: l'industrie est de retour !

Qu'est devenue l'industrie dans notre région? On pense souvent que l'industrie dans le Bassin lémanique est quasi inexistante. En effet, après la crise des années 1990 beaucoup estimaient que l'industrie allait disparaître dans cette région.

A notre grande surprise, depuis trois ans, le secteur secondaire est en pleine croissance chez les Romands. En 2006 et 2007, le secteur industriel représente une augmentation de 20% des commandes et 80% des exportations. Les entreprises se sont ouvertes au monde, elles ont développé leur capacité à s'adapter et à innover. Cette croissance est visible dans tous les domaines: la diversité, le chiffre d'affaires, l'emploi et la demande. Notre industrie est vivante!

Le mercredi 14 mai 2008, 130 cadres et représentants d'entreprises se sont réunis pour parler des questions stratégiques, de l'infrastructure, du besoin de territoire et réfléchir sur le développement industriel dans la région lémanique. Cette journée s’est voulue porteuse d'un message: Comment développer la région?

Malgré des conditions cadres qui peuvent peser lourd dans le développement, l'énergie, le coût du pétrole, la difficulté à trouver de la main d'œuvre spécialisée et bien formée, les charges sociales et le taux d'imposition élevé, l'industrie trouve un nouveau souffle créateur. ABB Suisse qui emploie environ 6'000 personnes et exporte 85% de sa production, est un bon exemple de la santé de nos industries.

Cependant, des problèmes d'infrastructure se posent à cause du manque de zones industrielles, en particulier à Genève. De plus, il faudrait développer l'autoroute, une 3e voie ferroviaire et des parkings. Dans une petite ville comme Genève, où la crise du logement fait rage, il est difficile de trouver l'espace pour les industries.

Le retour de l'industrie depuis trois ans se base sur trois axes: la qualité, le talent et la créativité, ainsi que la vitesse. En plus d'être créateurs, les Suisses, contrairement aux idées reçues, sont rapides et innovateurs. Que du positif pour l'économie de la région lémanique!

 

Club suisse de la presse, rencontre du 13 mai 2008, avec Patrick Mayer, Jean-Luc Favre, Jacques Jeannerat et Xavier Comtesse. Résumé : Chrystel Dayer

 

 

 

 

12/05/2008

Japon: petit éloge du pacifisme!

Le débat prend de l’ampleur au Japon et inquiète tous les pays du Pacifique Nord : le gouvernement et le parti libéral conservateur au pouvoir depuis cinquante ans à Tokyo réussiront-ils à abolir l’article 9 de la Constitution de 1947, celui qui stipule que « le peuple japonais renonce à jamais à la guerre comme un droit souverain de la nation et à la menace ou à l’usage de la force comme moyens de régler les conflits internationaux » et qui précise dans son deuxième paragraphe que « les forces armées terrestres, marines et aériennes ainsi que tout autre potentiel de guerre seront abandonnés pour toujours » et que « le droit de belligérance de l’Etat ne sera pas reconnu » ?

 

Mi-avril, un tribunal vient de juger contraire à la Constitution l’envoi de soldats japonais en Irak. Et début mai, la société civile japonaise a organisé une grande conférence avec des milliers de participants venus des quatre coins du pays pour préserver les dispositions « pacifistes » de l’actuelle Constitution, au grand dam de l’extrême-droite nationaliste… et des Américains, qui font aujourd’hui pression pour que Tokyo abolisse un article pourtant largement inspiré par le général Mac Arthur après la victoire de 1945 !

 

 La question divise l’opinion publique japonaise depuis 60 ans. Mais le dernier sondage a permis aux partisans de l’article 9 de relever la tête : pour la première fois depuis 15 ans, les défenseurs de la Constitution ont en effet devancé les abolitionnistes (43,1% contre 42,5 %). Il faut dire qu’ils ne manquent pas d’arguments. Ils font d’abord remarquer que les « forces d’autodéfense » japonaises comme elles s’appellent forment la 6e armée du monde et l’une des mieux équipées de la planète. En cas d’attaque, le Japon est donc loin d’être impuissant. Dès lors, pourquoi changer la Constitution ? Et de constater que cette option, loin d’accroître la souveraineté nationale, ne ferait que renforcer la dépendance à l’égard des Etats-Unis. Si le Japon a pu s’armer ainsi sans alarmer ses voisins, c’est parce que ceux-ci se sentaient protégés de toute agression grâce à l’article 9 : comment réagiront-ils quand rien n’empêchera plus le Japon de s’ingérer – sous les raisons les plus spécieuses comme les Américains en Irak – dans leurs affaires ? Ils n’ont pas oublié la sauvage occupation japonaise et le fait que, contrairement aux Allemands, les Japonais ne se sont jamais excusés pour leurs crimes de guerre. Le souvenir et la rancœur restent vivaces en Chine, en Corée, aux Philippines, au Vietnam, à Taiwan.

 

La suite est facile à deviner : il s’ensuivrait une gigantesque course aux armements dans toute la zone Pacifique, une déstabilisation à large échelle de toute la région et l’émergence d’un foyer d’insécurité étendu au tiers de l’humanité. Sous prétexte d’éviter les lâchetés et les capitulations munichoises face à la puissance montante de la Chine, on prendrait le risque de créer le même cercle vicieux qu’en 1914, lorsque les puissances, à force de bomber le torse et de redoubler de provocations militaires, provoquèrent la déflagration finale…

(Agefi, 8 mai 2007)