25/06/2009

Pourquoi le CEVA n'est pas si cher

Le Grand Conseil doit voter aujourd'hui la rallonge de 113 millions de francs pour construire le fameux CEVA qui reliera la gare de Cornavin à celle d'Annemasse. La décision galvanise les opposants qui ont d'ores et déjà promis un referendum à cause des coûts, qu'ils jugent excessifs, et du tracé, qu'ils jugent moins bon que celui du "barreau sud", qui relierait Genève à Bogis-Bossey au lieu d'Annemasse.

L'argument du coût étant toujours celui qui permet de couler tous les projets à Genève, il vaut la peine de le démonter sérieusement. Voici donc pourquoi, en réalité, le CEVA est la moins chère des options possibles:

1/Le CEVA permet de remplir deux fonctions essentielles en un seul projet. Tout d'abord, il permet de construire la liaison entre le réseau ferroviaire suisse et le réseau français. Cette liaison est attendue depuis un siècle et demi. Il s'agit de réaliser pour le rail ce qu'on a fait avec le réseau routier en construisant l'autoroute de contournement qui relie le réseau autoroutier suisse au réseau autoroutier français. C'est essentiel. Mais le CEVA a aussi pour avantage, grâce à son tracé par Champel et les Eaux-Vives de faire office de métro souterrain en permettant aux habitants des zones les plus plus peuplées du canton de traverser la région, d'aller à l'hôpital, à la gare ou à l'aéroport en un minimum de temps et sans transferts. D'où l'immense économie réalisée: s'il fallait construire une voie de chemin de fer et un métro, les coûts seraient doublés.

2/Les opposants prétendent que leur tracé serait moins cher que le CEVA. C'est faux pour deux raisons. D'abord parce que le barreau sud s'arrêterait quasiment en rase campagne, à Bogis-Bossey, puisque les Français refusent ce tracé. Le barreau sud coûterait certes moins cher que le CEVA mais serait un gaspillage absolu puisqu'il ne serait pas relié au réseau français, les autorités françaises refusant d'envisager cette option. Si l'on veut jeter l'argent par la fenêtre, comme les Siciliens qui construisent des autoroutes qui ne mènent nulle part, cette solution est évidemment la bonne!

On pourrait cependant envisager que Rail de France entre en matière avec cette option. Mais si c'est le cas, alors l'option barreau sud coûterait beaucoup plus cher que le CEVA puisqu'il faudrait entièrement reconstruire la ligne du pied du Salève en double voie et en l'enterrant, afin de relier Genève aux gares d'Annemasse et de Saint-Julien. La ligne existante est en effet à voie unique et compte 9 passages à niveau, ce qui est impraticable pour un RER digne de ce nom. Et comme le tracé serait beaucoup plus long que celui du CEVA, les travaux seraient alors bien plus chers, et cela sans aucun bénéfice pour les entreprises suisses qui seraient forcément écartées des travaux. Résultat: des coûts plus élevés et des retombées économiques moindres.

3/Troisième argument enfin: le crédit supplémentaire voté par le Grand Conseil tient compte de certains arguments justifiés des opposants, notamment en matière de sécurité et de nuisances. Grâce à la rallonge de 7 millions adoptée, le projet réduira fortement les émissions de bruit - qui seront ramenées au même niveau que ce qui a été fait pour le RER zurichois - et des vibrations, qui pouvaient légitimement inquiéter les riverains du CEVA. Ces mesures ont certes un coût, mais modeste en regard des bénéfices obtenus. La valeur patrimoniale des immeubles et des logements proches du CEVA s'en trouvera grandement accrue, ne serait-ce que grâce à l'amélioration de l'offre de transports et de la mobilité.

 

CQFD.

 

17/06/2009

Ces peuples qui se rebiffent

Le résultat des élections iraniennes de vendredi dernier sont franchement décourageantes. Pour les Occidentaux du moins, qui comptaient fermement sur une victoire de Mir Hossein Moussavi contre le détesté Ahmadinejad. Mais il va falloir se faire une raison : une majorité d’Iraniens, avec ou sans fraudes électorales, en a décidé autrement. Quelques semaines plus tôt, le même scénario s’est déroulé à Jérusalem, où les élections ont porté au pouvoir une coalition de droite et d’extrême-droite conduite par Benjamin Netanyahu. Ici encore, Américains et Européens auraient tellement préféré voir triompher un tranquille mouvement de partis raisonnables prêts à coopérer pacifiquement au développement de la région.

Les élections européennes de la semaine dernière n’échappent pas à la règle : la victoire des Verts en France ne doit pas cacher un effritement, relatif à droite, plus prononcé à gauche, des partis centristes au profit de l’extrême droite. Vue avec un peu de hauteur, l’érosion de la social-démocratie, qui avait l’avantage de canaliser le mécontentement social, n’est en aucun cas une bonne nouvelle. Car, à terme, cette évolution, pour peu qu’elle s’amplifie, posera de sérieux problèmes.

On en avait eu un avant-goût lors des élections de Gaza qui avaient vu en 2004 le Hamas gagner au détriment du Fatah. Gênées, les démocraties, Israël et Etats-Unis en tête, avaient fait semblant d’ignorer le résultat des urnes et ont longtemps privilégié les élites du Fatah réfugiées à Jericho comme seuls interlocuteurs valables.

Si ce mouvement continue, les démocraties vont être confrontées à un dilemme existentiel auquel elles ne pourront plus longtemps se soustraire : faut-il, comme Voltaire, être prêt à se battre jusqu’à la mort pour laisser s’exprimer ceux avec lesquels on n’est pas d’accord ? Faut-il, au nom de la démocratie, laisser accéder au pouvoir les ennemis de la démocratie ? Ou au contraire ne faut-il pas protéger la démocratie contre ceux qui la menacent ?

Durant la guerre froide, l’Occident avait réagi par la manière forte en organisant des coups d’Etat en sa faveur, de Téhéran en 1953 au Chili en 1973. Avec un bilan mitigé. Et sans espoir de retour, car l’histoire ne se répète pas. La guerre froide est finie et ce scénario a vécu.

Il va donc falloir s’habituer à l’idée que les peuples, quand ils s’expriment, portent de moins en moins au pouvoir ceux qu’on aimerait.

Pour l’Occident, ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle car il devra discuter avec des élus qui contestent de plus en plus ses valeurs. Mais pour la démocratie et le reste du monde, ce n’est pas forcément négatif. Car l’obtention du pouvoir par les urnes exige un respect minimum des formes, c’est à dire des lois, et donc du droit. On n’est plus dans le coup d’Etat ni dans le terrorisme comme moyens de conquête du pouvoir. C’est donc un progrès. Reste maintenant à en prendre acte, en se gardant de tout irénisme…

 

03/06/2009

La Suisse romande, ce grand mythe

Le redécoupage des frontières communales ou cantonales est à la mode en Suisse. Journalistes, politiciens, experts en tous genres retrouvent leurs plaisirs d’écoliers quand ils peuvent redessiner les vieilles cartes Dufour avec des crayons de couleur. Ici, c’est Jean Studer qui sauve une campagne électorale terne avec l’idée d’un super-canton du Jura qui s’étendrait du Locle à Porrentruy. Là, ce sont l’Hebdo et la TSR qui remettent au goût du jour une Romandie qui ferait pièce à l’omnipotence zurichoise.

C’est amusant, ça fait rêver (pas trop), on caresse l’ego minoritaire dans le sens du poil, mais dans les faits on ne fait que sacrifier inutilement au dernier slogan du jour : « big is beautiful », plus c’est gros, plus c’est beau. C’est vrai que la globalisation a créé le besoin de grands espaces et fait sauter le seuil habituel des masses critiques. Mais le complexe du petit, qui nous hante, nous autres de la minorité francophone, ne doit pas nous obséder au point de nous aveugler sur les tendances lourdes qui labourent le terroir romand et contredisent parfois la doxa dominante.

Un mois après le déluge d'articles élogieux sur le super-canton jurassien, le canton du Jura lâche la promotion économique romande et conclut un accord de coopération économique avec Bâle. Dans le même temps, les constituants genevois rêvent de découper la Ville de Genève en rondelles et de revenir aux années 1930, avant que les communes des Eaux-Vives et du Petit-Saconnex ne fusionnent avec le centre. Un « progrès » qui va à l’encontre de tout ce qui se dit, s’écrit et se pense ailleurs en Suisse. Et comment concilier le projet d’agglomération franco-valdo-genevoise avec l’éclatement du canton en une poignée de nouvelles communes de taille moyenne, privées de centralité, d’homogénéité et donc de dynamisme interne ? Inversement, la renaissance d’une ville comme Renens, que l’on disait sinistrée, montre qu’une communauté territoriale modeste peut surmonter ses handicaps toute seule.

Ces exemples montrent que le redécoupage du territoire - fusion de petites communes et très proches d’esprit mise à part - n’a guère de sens et que les vrais enjeux sont ailleurs. Ils sont dans les infrastructures (rail, route, aéroport) et des projets structurants pour la région (swissmetro, CEVA, traversée du lac…), l’investissement dans la matière grise et la mise en commun des ressources de recherche et de développement (campus communs, technologies et centres de recherches partagés). Sur le plan politique, l’accent devrait être mis sur une coopération accrue (harmonisation scolaire et du système fiscal, lobbyisme commun face aux Alémaniques). L’énergie réformatrice devrait se cristalliser contre les tabous paralysants (adhésion à l’Union européenne).

L’envie de Suisse romande est une réaction compréhensible contre le cantonalisme et l’esprit de clocher. Mais elle ne devrait pas se figer dans un territoire, horizontalement. Au contraire, elle doit jaillir par le haut, verticalement.