22/07/2009

La succession Couchepin et le mauvais génie suisse

Piaffant d’impatience tout en rongeant leur frein: les candidats radicaux à la succession de Pascal Couchepin ont dû subir nombre d’avanies avant de commencer à pouvoir se déclarer. Pendant des semaines, ils se sont tortillés sur place, comme des jeunes filles à leur premier bal, sans jamais oser entrer dans la danse. Il faut dire à leur décharge que leur président, Fulvio Pelli, avait soigneusement miné le terrain. Le Tessinois est passé maître dans l’art du je suis candidat moi non plus.

 

Mais depuis que Didier Burkhalter a franchi le pas, le dépôt des candidatures va s’accélérer et le torrent des ambitions va pouvoir se déchaîner librement. Car, désormais, l’habile Pelli a intérêt à ce qu’un maximum de candidats se déclare s’il veut rester le joker d’ultime recours. Un duel à deux ou à trois, monté en épingle pendant des semaines, ne pourrait que lui nuire, diviser le parti, et causer des dommages peut-être irréparables. Tandis qu’une foule de prétendants avides et chamailleurs le ferait vite apparaître en héros sauveur de la patrie en danger, tel Ulysse de retour à Ithaque. Les circonstances vont l’aider car les Vaudois et les Genevois ne pourront pas laisser le Neuchâtelois partir seul : ce serait montrer à leur propre électorat qu’ils n’ont aucune personnalité d’envergure à proposer. Or la nature a horreur du vide.


De l’absence quasi-totale de candidats, on risque donc de passer à la surabondance. Les médias seront les premiers heureux, qui vont bénéficier d’un feuilleton gratuit pendant tout l’été. Puis le 16 septembre fatidique, d’un coup de baguette magique, Fulvio Pelli va faire disparaître les colombes dans son chapeau et en jaillir lui-même comme un lapin.

 

Si ce scénario se vérifie, il contribuera à décrédibiliser encore davantage la procédure d’élection des conseillers fédéraux par l’Assemblée fédérale et à accréditer, malheureusement, le principe d’une élection par le peuple. Déjà, toute l’affaire avait mal commencé, avec un procès détestable fait à Urs Schwaller, dont on a cru bon contester la romandicité, au titre qu’il est d’origine singinoise et que son parfait bilinguisme ne lui permet pas de « penser » en français. Comme si le bilinguisme n’était pas aussi une composante – souhaitable même – de l’identité nationale ! Où faire commencer le «penser en français » ? Est-ce qu’un Alémanique installé à Lausanne depuis 20 ans pense en français ou raisonne comme un Germanique ? Est-ce qu'il faudrait reprocher à pascla Broulis de "penser grec" parce qu'il a des racines grecques? Ridicule! Le débat sur la pureté de la pensée est proprement effrayant et dégradant pour un pays multilingue. Il ne fait que renforcer la ségrégation entre les cultures qui composent la Suisse. Et il signifierait qu’on devrait se priver des meilleurs éléments de la scène confédérale sous prétexte qu’ils ne sont pas linguistiquement purs ou estampillés comme tels. Aberrant ! On devrait au contraire se féliciter que des candidats parfaitement multilingues briguent la candidature suprême et illustrent au Conseil fédéral un  idéal et des dispositions devenus extrêmement rares aujourd'hui.

 

Chaque parti a le droit de faire campagne pour ses candidats, mais pas n’importe comment. Et surtout pas en faisant ressortir le mauvais génie helvétique. De toute façon, même si c’est le parlement qui élit les conseillers fédéraux, le peuple a le droit de savoir assez tôt qui est candidat et qui ne l’est pas, sans faux-semblant. Sinon, il serait en droit de les choisir lui-même, avec tous les périls que cela impliquerait pour les équilibres fondamentaux d’un Etat multiculturel comme le nôtre. Mais c’est un autre débat.

Commentaires

Merci Guy, pour ce billet un peu décapant.
Sans partager le procès d'intention fait à M. Pelli (j'avoue mon ignorance), je suis absolument convaincu par l'apologie du multilinguisme, gage d'ouverture et de ponts.
Reste la question du parti, n'est-ce pas le plus important (non pas pour l'ego du président de parti, mais pour l'équilibre institutionnel) ? Et une contestation au sein du centre-droit ne serait-elle pas la négation du génie helvétique ?

Écrit par : Laurent Hirsch | 22/07/2009

Je ne sais qui des prétendants radicaux à la charge suprême se tortille le plus, mais ce dont je suis sûr c'est que dans ce cette danse incantatoire ils sont dépassés de plusieurs longueurs par certains journalistes, suppôts du PDC, qui n'ont pas de racines grecques, ni latines, mais bien valaisannes ...

Inspirés sans doute par Talleyrand, vous et votre confrère et compatriote Pascal Décaillet, saurez alimenter à votre manière ce feuilleton de l'été en l'assaisonnant de vos propos pas toujours très pertinents, mais souvent corrosifs ...

Ah si Talleyrand avait été un peu plus tolérant
et Mettan un brin plus percutant ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 22/07/2009

A propos de n'importe quoi n'importe comment, que dire des sections cantonales moribondes qui font semblant de se faire exister avec des pseudo-candidats tout aussi moribonds? Voir PLR Fribourg avec l'inexistant Bourgeois et l'insipide Laesser. On leur demande (à leur demande ?), on laisse passer 2 semaines et on annonce, sans surprise tant ils n'ont pas le niveau et tant ce serait ridicule, qu'ils ne sont pas candidats.
C'est clair que pour faire zéro voix devant le groupe parlementaire, ce serait ridicule.
Mais chacun sait que le ridicule ne tue pas (plus?)
On se moque du monde.

Écrit par : comix | 30/07/2009

Les commentaires sont fermés.