22/03/2010

Les fronts bougent en Corée du Nord

Dans la Genève internatuionale, l’actualité de mars tourne principalement autour de la session du Conseil des Droits de l’homme. Cette semaine, deux rapports importants seront présentés, celui sur le Myanmar (Birmanie), dont la junte militaire ne cesse de jouer au chat et à la souris avec l’opposante Aung San Suu Kyi, et celui sur la Corée du Nord, qui semble sortir de son isolement autiste. Outre le fait que l’ambassadeur nord-coréen en Suisse, proche du régime, a quitté Berne après des décennies de bons et loyaux services, il faut noter la première visite d’un secrétaire général adjoint des Nations Unies à Pyongyang depuis des lustres et la visite prochaine de la patronne de l’OMS Margaret Chan. En revanche, les quatre rapporteurs spéciaux chargés d'examiner les détentions secrètes ont repoussé à la session de juin la présentation de leurs rapports, jugés trop brûlants pour être discutés par ces temps de frimas persistants…

 

 

→Le 2e Sommet de Genève pour les Droits de l’Homme, la tolérance et la démocratie a également eu lieu la semaine dernière en marge du CDH. Réuni à l’initiative d’une vingtaine d’ONG, dont UN Watch, la LICRA et Freedom House, il a donné la parole pendant deux jours à des dissidents, des anciens prisonniers politiques et diverses personnalités des cinq continents : Iran, Corée du Nord, Afghanistan, Chine, Cuba, Birmanie, Tibet, Soudan, Zimbabwe ont ainsi passé sur le gril à travers de nombreux débats: liberté d’expression, élections libres, dissidence et autoritarisme, censure, génocide et défi humanitaire.

 

19/03/2010

Timor et Djibouti à la une

 

→Le président du Timor Oriental Jose Ramos Horta était également à Genève dans le cadre de la session du CDH. Le Prix Nobel de la paix 1996 a profité de sa visite pour rappeler que la page des épreuves de 2006 est bien tournée et que la seule république chrétienne d'Asie est désormais en tête de la croissance économique de la région, avec 14% de croissance en 2009 et autant cette année. L'insécurité et la petite criminalité ont pratiquement disparu.  Les investissements dans le tourisme (des fonds marins et des montagnes magnifiques), l'agriculture, le pétrole et gaz sont en train de boumer. La vie politique reprend des couleurs après les élections de 2007. Bref, après des décennies de turbulences, les Timorais-Orientaux semblent retrouvent le goût d'une vie normale.

 

****

 

Petit coup de projecteur sur un autre petit pays qui pourrait bientôt devenir grand: Djibouti. L’ambassadeur djiboutien à Genève, Moahamed Siad Douale, s’active pour faire connaître cette ville-port d'un million d'habitants qui pourrait devenir le Singapour ou le Hong Kong de l’Afrique. Grâce à sa position stratégique, à son rôle commercial et portuaire, et à sa neutralité entre les géants de l’Afrique de l’Est, la petite république de la Corne de l'Afrique pourrait être au développement du continent africain ce que les tigres asiatiques ont été au démarrage économique de l’Asie.

 

 

 

Lire la suite

16/03/2010

Une synagogue ouverte sur le monde

Discours prononcé le 15 mars 2010 à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle maison communautaire du Groupe israélite libéral de Genève

 

Messieurs les rabbins et les représentants des communautés religieuses,

Monsieur le président du GIL

Monsieur le Conseiller d’Etat,

Monsieur le procureur général,

Mesdames et Messieurs, cher amis,

 

 

Quand MM. Schwok, Brunschwig et Garaï m’ont aimablement invité à l’inauguration de la nouvelle maison communautaire de la Communauté israélite libérale de Genève, j’ai immédiatement répondu oui. D’abord parce que je ne peux peut résister pas au plaisir d’écouter un concert de Chofar des Alpes ! J’avoue que jusqu’à ce soir je n’avais jamais fait le lien entre le cor des Alpes et le chofar. Mais je vous assure que désormais ces deux instruments resteront à mes yeux associés pour toujours !

 

Ensuite,  parce que c’était l’occasion pour moi de poursuivre les échanges que nous avons pu développer avec le rabbin Garaï au cours de débats publics et du festival francophone de philosophie que j’ai créé voici cinq ans et auquel il a participé. Et enfin, parce que cela me donne l’opportunité d’évoquer avec vous certaines préoccupations que, j’en suis sûr, vous partagerez avec moi.

 

Lire la suite

11/03/2010

Des ONG, oui, mais crédibles !

On le sait depuis Montesquieu, l’essence même d’une société harmonieuse et démocratique repose sur l’équilibre des pouvoirs. Pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire doivent être indépendants les uns des autres tout en restant comptables de leurs actes auprès du peuple souverain qui leur a confié ses destinées.

Pendant des décennies, la vigilance démocratique a longtemps été exercée par la presse, qu’on a pu appeler le quatrième pouvoir. Mais depuis l’éclatement de la sphère médiatique, l’affaissement des grands éditeurs indépendants et la crise des médias traditionnels, le quatrième pouvoir s’est affaibli. Parallèlement, depuis une vingtaine d’années, on a assisté à l’émergence d’un nouveau pouvoir qui tend peu à peu à prendre la place des médias, celui de la société civile. Partout fleurissent des ONG qui interviennent dans le domaine jadis réservé des Etats.

Pourquoi pas ? Après tout, chaque société a besoin de contre-pouvoirs. Mais encore faut-il que ceux-ci soient crédibles, transparents et démocratiques. Or, c’est loin d’être le cas. Nombre d’ONG cèdent à la même tentation que les gouvernements qu’ils critiquent, à savoir qu’ils confondent les moyens avec la fin, la critique devenant un but en soi et non le moyen d’obtenir davantage de démocratie et d’équité.

 

 

 

 

 

Lire la suite

09/03/2010

105 interprètes en 72 langues

La prochaine édition du magazine Votre Croix-Rouge me donne l’occasion de revenir sur une activité de la Croix-Rouge genevoise dont nous avons encore peu parlé jusqu’ici : l’interprétariat communautaire. L’an dernier, le service a atteint le chiffre record de 17'653 heures effectuées par l'ensemble des 105 interprètes Croix-Rouge, qui travaillent dans 72 langues et dialectes différents.

Le but du service est de permettre aux migrants de s’exprimer dans leur langue maternelle et d’offrir aux entreprises et aux institutions partenaires, et notamment au personnel soignant des Hôpitaux universitaires de Genève avec lesquels nous entretenons une collaboration fructueuse, de comprendre au mieux les besoins des patients d’origine étrangère.

Lire la suite