27/04/2010

Le génocide arménien, une cause vivante

Monsieur le représentant de la République d'Arménie,

Monsieur les représentants des autorités religieuses,

Madame et Messieurs les représentants des associations arméniennes de Suisse romande,

Madame et Messieurs,

Chers amis,

 

 

Permettez-moi d’abord de vous remercier de m'avoir permis de me joindre à vous pour la commémoration de cet événement tragique mais majeur de l'histoire du XXe siècle que fut le génocide du peuple arménien voici maintenant 95 ans.

 

Cet honneur me touche particulièrement parce que je pense que celles et ceux qui en ont souffert et en souffrent encore aujourd'hui sont doublement victimes de l'injustice de l'histoire et de l'injustice des hommes.

 

Ils le sont doublement parce que non seulement ils ont souffert dans leur chair de la disparition physique de leurs proches et de tout leur peuple, par la famine, la déportation, les marches forcées et toutes les formes possibles d'extermination. Mais aussi parce qu'ils doivent continuer à en souffrir parce que trop souvent, trop de gens, trop de pays, trop d'Etats continuent à refuser de reconnaître le génocide dont ils ont été victimes.

 

On le sait, le génocide des Arméniens fut le premier des génocides du XXe siècle. Mais alors que tous les autres ont été reconnus et sanctionnés par des tribunaux pénaux exceptionnels - l'Holocauste avec le Tribunal de Nuremberg et les procès qui ont suivi en Israël, le génocide cambodgien avec l'actuel tribunal qui vient de se réunir à Phnom Penh, le génocide rwandais avec le tribunal pénal d'Arusha et le massacre de Srebreniça avec le tribunal de la Haye - celui des Arméniens en 1915 reste encore largement ignoré dans le pays même qui l'a commis. Pire, les Turcs qui luttent pour le faire reconnaître sont souvent pourchassés quand ils ne sont pas assassinés par des extrémistes négationnistes. A ce propos, je suggère que nous exprimions notre solidarité avec les habitants du Kivu, dans l'Est du Congo, dont 5 millions de personnes ont déjà été massacrées dans l'indifférence générale.

 


En Suisse, grâce notamment à l'action de notre regretté ami Jean-Claude Vaudroz, la cause arméniennen a pu être entendue. Mais beaucoup reste à faire et je ne peux que regretter le silence des médias, qui peinent à l'évoquer dans leurs colonnes ou à la télévision. Nous vivons une époque dans laquelle le spectaculaire l'emporte sur tout le reste et qui se livre volontiers à la compétition victimaire. Or dans ce combat-là, dérisoire en regard des victimes, les Arméniens partent perdants, parce qu'ils sont un peuple modeste, pudique, qui n'aime pas étaler ses souffrances sur la scène publique et pour qui la famille et la communauté des parents et des amis l'emporte sur le désir de paraître et le besoin de revendiquer.

 

Il faut donc saluer d'autant plus celles et ceux qui continuent lutter dans ce sens et qui contribuent à garder vivant le souvenir de cette tragédie. Au nom des autorités de la République et canton de Genève, qu'ils soient donc remerciés d'avoir organisé l'événement de ce soir.

 

J'aimerai terminer enfin par une note positive pour le futur. On a vu, ou on a cru voir, que la situation politique se détendait entre la Turquie et l'Arménie. On peut s'en réjouir, bien que la réalité apparaisse plus complexe que ce que les communiqués officiels veulent bien en dire. Quoiqu'il en soit, il faut continuer à œuvrer pour la détente et pour le désenclavement économique des Arméniens d’Arménie. Et dans cette perspective, les membres de la diaspora et les communautés arméniennes de Genève et de Suisse peuvent compter sur le soutien des Genevois. Hagop Avakian m'a récemment parlé d'un projet de voyage d'une délégation économique et politique genevoise en Arménie. Je serai heureux d'y apporter ma contribution et d'y participer si ce projet devait se réaliser. La communauté arménienne de Genève est estimée, elle se sent bien dans notre ville, elle est appréciée des Genevois: c'est donc à nous qu'il revient d'entretenir cette amitié, de la développer et de la transformer aussi en développement économique.

 

Et cela, c'est sans aucun doute la meilleure manière de répondre à ceux qui persistent à ignorer l'Arménie et le génocide de 1915.

 

Merci de votre attention.

 

Guy Mettan

Président du Grand Conseil

Commentaires

Les genevois ont bien de la chance d'avoir un président de Grand Conseil d'un tel niveau ! Merci Monsieur Mettan.

Écrit par : Richard | 27/04/2010

alors M Mettan

apres les coups couteaux dans le dos de ses collegues, on enleve les remarques des blogueurs

pas joli joli

Écrit par : fabio german | 27/04/2010

Pas de problème Monsieur, cette-(ma) suppression montre bien de quel bois vous êtes fait ...

Écrit par : Pierre-André Dupuy | 27/04/2010

J'ai horreur des insultes anonymes. Quand on n'a pas le courage de se dévoiler, il faut au moins avoir celui de rester décent et respectueux des personnes.

Écrit par : Guy Mettan | 27/04/2010

Monsieur Mettan, oui, vous avez retiré un commentaire de ma part, c'est votre droit. Si c'était pour vous une insulte, alors pour moi cela n'en était une, mais une simple de remise à l'ordre... En effet, il est normal de se remémorer un tel Anniversaire tel que celui-ci, mais, entre nous, et comme je le mentionnais, vous avez certainement mieux à faire pour les Citoyennes et Citoyens qui sont ici et maintenant, à Genève, Ville et Canton, dans une précarité insoutenable. Alors dans ma réaction, je pensais à eux et criais ainsi haut et fort ma colère. Ce d'autant plus, le lendemain de la rentrès de la Course d'Ecole à Bordeaux de nos Chers Maires, aux frais du Citoyen.
Je ne vous salue pas, Monsieur.

Écrit par : Pierre-André Dupuy | 27/04/2010

Monsieur,
J'étais moins fâché contre vous que contre les remarques ignobles de votre prédécesseur qui signe fabio german. Pour le reste, je vous répondrai que vos propos sont dégradants pour la communauté des Arméniens de Genève dont la parents sont mors paedant le génocide et qui sont des citoyens genevois comme les autres et méritent toute notre compassion.
C'est la moindre des choses que de la leur accorder et le faire n'enlève rien à l'attention que l'on doit porter à nos contemporains qui souffrent ou qui seraient dans la misère aussi. Et je ne vois pas le rapport avec le voyage des élus à l'étranger.

Écrit par : Guy Mettan | 27/04/2010

Question de mon -anonymat- si ç'en était un ... certes, je n'ai pas de retour sur Pierre-André Dupuy et je le regrette, cela vous aurait -peut-être permis de cliquer sur mon adresse et d'arriver à ma Note. Mais, il y a toujours un MAIS quelque part, Monsieur J.F. Mabut ne m'accorde pas cet insigne honneur ... il faut croire que, lui aussi, est embarassé de mes propos parfois crus mais qui représentent bien ce que ressent, endure le Peuple, surtout le petit Peuple de Genève... De même que depuis quelque temps, je n'ai plus l'immense plaisir de figurer dans les BLOGS CITOYENS...

Écrit par : Pierre-André Dupuy | 27/04/2010

M mettan

vous m'avez également enlevé un commentaite, certe pas très agréable mais juste,

ce n'était pas des insultes anonymes mais des faits.

Écrit par : fabio german | 27/04/2010

Je ne vois pas en quoi votre commentaire étaiet juste. Vous me prêtez des intentions totalement mensongères à l'égard de collègues de parti et qui n'opnt en plus rien à voir avec le sujet grave dont on parle, à savoir le génocide des Arméniens

Écrit par : Guy Mettan | 27/04/2010

En cette période où la Turquie retombe dans une forme d'obscurantisme, le sujet redevient encore plus d'actualité, l'Arménie d'aujourd'hui n'est pas dans une bien meilleures situation qu'elle ne le fut lors de la sordide époque de sa quasi totale destruction par génocide.
C'est un devoir et un honneur de commémorer cette date restée trop longtemps insultée par la non-reconnaissance des états et c'est le devoir de tous les états de soutenir la fraiche renaissance de l'indépendance de la nation arménienne, néanmoins elle est à nouveau menacée par le silence le plus espiègle et c'est ce dont ce peuple digne a souffert, le silence !
Mon soutient accompagne le destin et le courage du peuple arménien ainsi que les peuple Tziganes, Juifs, Rwandais, Cambodgiens et actuellement du Darfour et tous ceux dont la tyrannie a couvert les cieux.

Écrit par : Sabourjian | 28/04/2010

Les commentaires sont fermés.