10/01/2011

La Suisse, ce drôle de pays

Comment franchir le Röstigraben sans tomber dedans ? Comment aimer Zurich quand on vient de la Chaux-de-Fonds ? Comment épouser une Bernoise quand on est né à Lausanne ? Faut-il boire le café fertig avec du kirsch ou de la damassine ? Quelle est la différence entre la youtse et le yodel ? Le Conseil fédéral est-il vraiment formé de Sept Sages ? Le secret bancaire est-il encore secret ? Voilà les importantes questions auxquelles il convient de répondre en ce début d’année 2011.

Pour bien commencer l'année, vous trouverez donc ci-dessous quelques bonnes feuilles d’un petit opus commis avec la complicité de Christophe Büchi, le correspondant de la NZZ en Suisse romande (Dictionnaire impertinent de la Suisse, Editions Slatkine). Elles donnent un petit aperçu des 500 mots et idées reçues qui font de la Suisse ce pays qu’on adore malgré tous ses - petits ! - défauts. L’ensemble donne une vision décomplexée, décrispée de la Suisse, qui fera sourire les uns et rire jaune les autres…

 

Allemand (langue)

Selon la Constitution fédérale, une des quatre langues nationales suisses. Dommage que les Romands ne la parlent pas. La plupart des Suisses allemands, non plus d’ailleurs. (Voir Dialectes, Hochdeutsch et Schwyzertütsch).

 


 

 

Conditions-cadres (Rahmenbedingungen)

Terme indispensable pour faire carrière dans l’administration fédérale. Les conditions-cadres sont à l’économie suisse ce que le consensus est à la politique, une sorte de colonne vertébrale sans vertèbres.

Expo 02

Deux ou trois fois par siècle, les Suisses organisent une sorte de gigantesque potlatch appelé exposition nationale, dans laquelle ils sacrifient leurs surplus de richesses. La dernière a consisté à carboniser deux milliards de francs en arteplages éphémères sur les rives des lacs de Neuchâtel et de Bienne. Le potlatch fut si réussi qu’il n’en reste plus la moindre trace, pas même un papier gras.

Fédéralisme

Figure rhétorique utilisée par les conférenciers du Premier Août. Louer en parole la souveraineté des cantons et renforcer dans les faits le pouvoir centralisateur de la Berne fédérale, tel est le secret du fédéralisme suisse depuis 1848. (Voir Premier Août et 1848)

Grounding

Terme d’aéronautique helvétique qui signifie crash depuis le 3 octobre 2001, 12h30. Tout compris, un grounding réussi coûte environ 17 milliards de francs aux contribuables et aux actionnaires. (Voir Swissair et UBS).

Secret (bancaire)

Certains pays ont du pétrole, du gaz ou de l’uranium, la Suisse a le secret bancaire. Hélas pour les Suisses, cette ressource quasi naturelle du terroir helvétique s’avère en voie d’épuisement rapide. Surexploitation ? Extraction trop intensive de capitaux étrangers? Certains indices, aux Etats-Unis et en Europe, laissent penser que la mine d’or pourrait se tarir plus rapidement que prévu. (Voir Banques su

09:27 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.