29/03/2011

Prévenir les catastrophes

Nous avons déjà parlé de la Stratégie internationale de la prévention des catastrophes (ISDR), petite organisation onusienne basée à Genève qui a pour mission de réduire le nombre de blessés et de morts lors des catastrophes déclenchées par des dangers naturels, tels que les inondations, les séismes et les éruptions volcaniques. Elle prêche depuis toujours dans le désert, malgré les séismes d’Haïti, du Chili et de Nouvelle-Zélande, les inondations du Pakistan et d’Australie, les sécheresses de Russie et d’Afrique. La catastrophe japonaise saura-t-elle réveiller les Etats et l’opinion de leur torpeur ? En tout cas, l’ISDR a prévu une grande conférence sur le sujet les 8-10 mai prochain au CICG avec la présence probable de Ban Ki-moon, décidément converti aux douceurs genevoises. Dernier moment pour sortir la tête du sable !

****
→Saluons pour terminer la belle initiative des fondateurs de l’Orchestre des Nations Unies. Depuis deux ans, Martine Coppens, présidente de l’association, Christian David, vice-président et rédacteur en chef de UN Special, et Antoine Marguier, chef d’orchestre, s’activent pour rassembler les mélomanes de la Genève internationale. 40 musiciens ont été sélectionnés, qui ont donné leur premier concert hier soir au Théâtre du Léman. Au menu, Mozart, Saint-Saëns et Haydn. Bonne chance et longue vie à ces amoureux de la musique.

25/03/2011

La grande surprise kazakhe

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la nomination de M. Kassym-Jomart Tokayev à la tête du siège européen des Nations Unies à Genève a saisi de stupeur le Palais des Nations. On pariait sur l’Allemagne et sur l’Italie et c’est le Kazakhstan qui a gagné ! Encore un coup des Russes, ont maugréé certains. Pourquoi ce choix ? Pour trois raisons au moins : M. Tokayev, ancien ministre des affaires étrangères et ancien premier ministre, n’est pas un fonctionnaire mais un dirigeant politique de haut rang ; à ces postes, quoiqu’en dise, il a su s’attirer les bonnes grâces, ou du moins la neutralité des Américains, sans l’assentiment desquels un tel choix aurait été impossible.
Troisième raison : parlant le chinois et l’anglais mieux que le français et l’allemand, le Kazakh donne des gages aux Asiatiques (au détriment des Européens) dont les votes seront déterminants pour la réélection de Ban Ki-moon à son poste cet automne. Et enfin, M. Tokayev est un spécialiste et un militant de la cause du désarmement, qui est chère à Ban Ki-moon. Le Kazakhstan est en effet l’un des très rares pays à avoir renoncé à l’arme nucléaire. Un déblocage de la conférence du désarmement actuellement paralysée par les Pakistanais qui ne veulent pas entendre parler du traité sur la réduction de la production des matières fissiles, serait évidemment une grande victoire pour le Sud-Coréen, qui ne peut oublier les ambitions nucléaires nord-coréennes…

17/03/2011

Un monde toujours plus atomisé

Pendant cinquante ans, on avait connu un monde bipolaire, lequel prit brutalement fin en 1991 avec l’éclatement de l’Union soviétique. Puis il y eut une brève décennie d’hégémonie américaine, avant qu’à l’aube du XXIe siècle, on n’en arrive à un monde dit multipolaire avec l’émergence des nouvelles puissances du Sud, Chine, Inde, Brésil.
Le printemps arabe, qui a réveillé des peuples rendus longtemps muets par la camisole de force de dictatures impitoyables à l’intérieur de leurs frontières mais infiniment perméables aux intérêts de l’Occident à l’extérieur, vient compliquer la donne. Si elles réussissent, et elles réussiront un jour ou l’autre même si ce n’est pas tout de suite, ces révolutions vont en effet réinstaller un nouveau pôle dans un monde décidément beaucoup plus complexe qu’on l’avait pensé.

Lire la suite

10:05 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

03/03/2011

Communes, l’occasion manquée

Ce devait être l’une des grandes réalisations de la Constituante, ce sera probablement son plus grand échec : la Constituante, pour l’instant, n’est pas parvenue à réformer l’organisation territoriale genevoise. L’avant-projet se contente de proposer deux innovations : la fusion de communes, qui est encouragée, et la création de districts (de 4 à 8) dotés de compétences très floues.
Mais les problèmes de fond ne sont pas abordés. Les déséquilibres actuels sont au moins au nombre de quatre. Le premier concerne le rapport anormal entre la Ville et le reste des 44 communes : à elle seule, la Ville pèse 1,1 milliard de francs de budget, soit plus que le total du budget cumulé de toutes les autres communes (1 milliard).

Lire la suite