22/06/2012

Que faire ? Notre travail a-t-il un sens ?

Francfort a beau être la Mecque de la finance allemande, on s’y pose toujours de bonnes questions. A deux pas du célèbre Institut de recherche sociale d’Horkheimer, Adorno et Habermas, et au milieu des rues occupées par 30 000 manifestants de Blackoccupy et d’autant de policiers, le Musée d’histoire naturelle (!) Senckenberg présentait une exposition sur le « sens du travail humain ».
Entre des photos de paresseux semblant faire une sieste permanente sur leurs arbres et des abeilles bourdonnantes s’agitant sans relâche dans leurs ruches, on pouvait voir toutes les facettes de ce que l’on a imprudemment appelé la civilisation des loisirs, et qui est en fait une civilisation dans laquelle le non-travail, le repos, les vacances, sont devenus des activités si débordantes qu’elles font passer les fourmis ouvrières pour des tire-au-flanc.
C’est que le travail ne sert pas qu’à gagner notre vie mais à lui donner de la valeur, à la réaliser et à obtenir de la reconnaissance. Et c’est cette dimension symbolique, qui nous libère et nous enchaîne à la fois, qui rend le travail si indispensable.
Mais peu importe. S’interrogeant sur l’avenir du travail et son évolution dans nos sociétés hyperactives, riches et vieillissantes, les organisateurs ont envisagé sept scénarios possibles, avec leurs avantages et leurs inconvénients. 1/Une taxe générale sur la consommation selon le degré de nécessité des biens et services produits. Ce qui reviendrait à prohiber les produits de luxe et rappelle fort les lois somptuaires édictées du temps de Calvin, qui interdisaient le port de la soie, des couleurs et des bijoux. Inconvénient : le fonctionnement de l’économie de marché serait gravement compromis et il n’est pas sûr que les horlogers et les commerçants des Rues Basses bondissent de joie…



Lire la suite

09:17 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2)

05/06/2012

Contre le fétichisme des diplômes

La Suisse n’a pas de pétrole ni de matières premières et ne peut compter que sur ses cerveaux pour assurer sa prospérité, on ne saurait trop le répéter. Tous les efforts pour développer la formation, la recherche, l’innovation, doivent donc être encouragés. La mise en place des hautes écoles spécialisées, la convergence avec les universités et l’établissement de passerelles entre l’apprentissage et la possibilité d’une formation académique sont à saluer. Le système d’éducation suisse, qui accorde une large part à l’apprentissage en entreprise aux côtés du cursus plus abstrait de la formation universitaire, est d’ailleurs l’une des grandes forces de notre pays.
Ceci étant établi, la construction de ce bel édifice entraîne des dégâts collatéraux qui pourraient s’avérer fort dommageables si rien n’est entrepris pour les corriger. Ce dommage, c’est la fétichisation des diplômes, la sacralisation du parcours académique par rapport à la filière professionnelle, la croyance que la formation théorique l’emporte sur la pratique du métier. Or aucun diplôme, aussi prestigieux soit-il, n’a rendu quelqu’un meilleur ou plus intelligent. Les imbéciles diplômés sont statistiquement aussi nombreux dans leur catégorie que les imbéciles non-diplômés dans la leur.


Lire la suite

09:40 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (9)