28/02/2013

L’horreur alimentaire

Il y a une quinzaine d’années, Viviane Forrester publiait un petit livre au destin mondial, L’horreur économique, pour dénoncer les dérives de l’économie. Les scandales alimentaires à répétition auxquels nous assistons depuis quelques lustres mériteraient bien une petite Horreur alimentaire.
Entre la vache folle, le veau aux hormones, l’eau gratuite qu’on veut nous vendre en bouteilles, l’huile de palme qui déforeste la planète, les paysans étranglés par les supermarchés et le cheval étiqueté pur bœuf, c’est toute la chaine de la production et de distribution alimentaire, du fermier à l’assiette, qui se révèle gangrenée.
Au milieu du tollé général soulevé par le bœuf au cheval, une autre nouvelle importante est passée relativement inaperçue, à savoir la campagne contre le gaspillage alimentaire lancée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement à Nairobi la semaine dernière. Lors de sa réunion annuelle, avec l’aide d’une ONG britannique, le PNUE a organisé un déjeuner pour les 100 ministres et autres VIPs présents à partir de 1600 kilos de légumes et de fruits du cru rejetés par les supermarchés européens bien que parfaitement sains.



Lire la suite

09:27 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

25/02/2013

2030, la métropole rêvée

(Thème de la rencontre organisée par le PDC à Lancy)
Quelle Genève voulons-nous ? C’est au fond la question qui nous est posée à travers la question "Quelle vision pour Genève en 20130 et comment y arriver?". A mes yeux, cette réponse peut se résumer en cinq points :

1/nous voulons une Genève plus sûre. L’insécurité mine nos concitoyens mais elle sape aussi les bases de notre économie en pénalisant le commerce et les PME, en semant le doute dans les multinationales et en menaçant la Genève internationale. Rétablir la sécurité, investir dans la police, la justice et les prisons, restaurer l’autorité de l’Etat sont des tâches prioritaires pour les dix ans qui viennent. Nous devons soutenir les efforts de nos magistrats Olivier Jornot, Pierre Maudet et Guillaume Barazzone, en coordination avec les Français, qui connaissent les mêmes problèmes.

2/nous voulons une Genève plus innovante : la force de Genève, sa seule matière première, c’est sa matière grise, ses cerveaux. Il faut absolument soutenir et développer les investissements dans la formation, à tous les niveaux, de l’apprentissage aux docteurs en neurobiologie. Les efforts pour former les jeunes en rupture et ceux consentis pour former des chercheurs de pointe en biotechnologie ou en finance internationale visent le même but : assurer les emplois de demain. Car il faut savoir que les emplois sont aujourd’hui plus créés par les PME, les biotechs et les start-ups innovatrices que par les grandes entreprises, qui rachètent les petites pour croître.

Lire la suite