16/09/2014

Tout est devenu propagande

Début septembre, le directeur général du groupe Al-Jazira était invité à la Fête de la communication, ce qui avait suscité un émoi ma foi assez compréhensible dans la mesure où le groupe est fortement suspecté de faire la promotion des Frères musulmans. Mais ce qui a le plus frappé l’auditoire, c’est le talent et la force de conviction qu’il a mobilisés pour défendre la cause de l’information, du journalisme et des journalistes arrêtés, emprisonnés, torturés out tués dans la pratique de leur métier. Un de ses collaborateurs emprisonné de longues années pour rien à Guantanamo l’accompagnait d’ailleurs. Et quand il a affirmé avec aplomb qu’Al-Jazira était plus objective que la BBC, beaucoup sont restés bouche bée.
Tout simplement parce que, dans un certain sens, c’est très vrai.
Pour notre génération, la BBC est un modèle d’objectivité et de professionnalisme. Mais il faut dire c’était, car elle ne l’est plus. Pas plus que le Financial Times ou l’Economist sont des modèles du journalisme économique, tant ils se sont vendus à l’école économique dominante, celle de l’offre, de l’austérité et de la finance, celle qui accapare les Prix Nobel d’économie et qui abreuve de ses commentaires les colonnes de la presse économique. La distance critique, le scepticisme méthodologique, le questionnement maïeutique, la curiosité d’aller voir de l’autre côté du miroir, tout cela a disparu corps et bien. L’information économique se résume à chanter les louanges du libre marché et à condamner aux enfers la redistribution des richesses et la régulation étatique en entrelardant ces refrains de commentaires boursiers et de résultats semestriels des entreprises.
Cette évolution est la même dans tous les grands médias occidentaux qui ont faisaient jadis notre fierté.

Lire la suite