26/01/2015

Guides humanitaires

Comment accéder aux victimes dans des conflits armés de plus en plus fragmentés, avec des acteurs incontrôlables, imperméables au droit de la guerre et qui se méfient de plus en plus des opérateurs humanitaires qu’ils soupçonnent de biais ou d’agendas cachés ? Le défi de l’accès humanitaire aux populations civiles tend à devenir un enjeu encore plus crucial que la distribution effective des secours. C’est pour tenter de répondre à ce défi que la Suisse a sponsorisé la publication de deux guides pratiques, le premier sous forme d’un manuel pour les opérations de terrain et le second pour rappeler le cadre juridique et normatif. Le but est de clarifier les concepts, d’aider à résoudre les dilemmes et à interpréter les contextes culturels et religieux afin de se frayer un chemin vers les victimes. La Division Sécurité humaine du DFAE, le CICR, l’OCHA et l’ONG Conflict Dynamics International ont donc joint leurs efforts pour remettre à jour une méthodologie d’intervention crédible et efficace.


***

→Pour évoquer les menaces que le Big Data fait peser sur le contrat social, l’ambassadeur Dussey du Centre genevois pour la politique de sécurité (GCSP) avait invité le philosophe et géostratégiste Nayef Al-Rodhan à exposer ses vues. Pour Al-Rodhan, les hommes ont de tout temps été prêts à sacrifier une partie de leur liberté en échange d’une certaine protection. Or ce pacte social menace d’être rompu non seulement par la quantité des informations recueillies, mais aussi par leur qualité (métadonnées sur les profils personnels) et par le monopole tentaculaire de ceux qui l’exercent, comme Google pour le secteur privé, et la NSA du côté étatique. Quand Google peut prévoir l’évolution de la bourse grâce aux informations stockées et le directeur de la NSA pouvoir « tuer des gens grâce aux métadonnées » recueillies sur eux, le pacte est rompu. Solution : surveiller les surveilleurs sans faiblir.

***

Lire la suite

22/01/2015

Philosopher sur la liberté en Chine

Parler de la liberté en Chine? C'est aussi naturel que de manger des nouilles. La seule différence, c'est que les Chinois mangent avec des baguettes. Si l'on admet cette différence, alors oui, les Chinois aiment autant la liberté que nous même s'ils en usent autrement.
Lors de mon dernier voyage en Chine, alors que la discussion dérivait inévitablement sur la liberté, j'ai été frappé par l'un de mes amis Chinois qui singeait les journalistes étrangers qui découvraient leur pays pour la première fois. De façon drôle et ironique, sans aucune gêne, il imitait le journaliste qui voulait absolument interviewer l'homme-de-la-rue-sur-la-liberté-en-Chine. Comment, en effet, les Chinois peuvent-ils supporter de vivre dans ce goulag à ciel ouvert qu'est toujours la Chine communiste en ce début de XXIe siècle? Très bien, et c'est ce qu'ils répondent au journaliste occidental médusé. Difficile en effet de croire que les gens disent vrai quand on n'a presque rien lu d'autre sur la Chine que des articles sur la pollution et les violations des droits de l'Homme.
Et pourtant les Chinois sont comme nous, ils aiment la liberté! J'ai donc, une fois de plus, abordé ce thème avec l'un des plus grands peintres classiques chinois, Maitre Fang Zhen. Un artiste peut-il créer librement sous une dictature? Voici ce qu'il m'a répondu: alors que vous autres Occidentaux ne considérez qu'une liberté, nous Chinois nous en avons trois. Tout comme vous, nous apprécions la liberté sociétale, celle qui s'épanouit dans les limites de la morale et du droit, chaque société ayant le droit de décider elle-même quelles limites elle entend poser à cette morale et à ce droit. Mais nous chérissons aussi la liberté de la raison, celle qui nous permet l'intelligence des choses, de la vie, de la société, et sans laquelle il n'est pas de vrai savoir.

Lire la suite

10:56 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)