30/09/2015

Mouvements tectoniques en Asie

Lancé il y a deux ans par le président chinois Xi Jinping, le projet de nouvelle Route de la soie prend de l'ampleur. En début de semaine dernière se tenait à Pékin un forum organisé par le Quotidien du Peuple avec plusieurs dizaines de hauts responsables régionaux et centraux du parti et 130 invités étrangers de 60 pays avec, s'il vous plait, échanges de vue et photo de groupe au siège de l'Assemblée nationale avec le No 5 du régime chinois, le responsable de l'idéologie et des médias, Liu Yunshan.
Comme toujours en Chine, tout est calibré, soupesé et rien n'est laissé au hasard. Chaque participant est trié sur le volet. L'honneur de présider la rencontre, côté invités étrangers, avait été confié au chef de l'agence d'information indonésienne, tout surpris de tant d'égards. Pourquoi? Au petit déjeuner, il m'explique qu'aux yeux de Pékin, l'Indonésie est un partenaire essentiel de la route de la soie, à tel point que le président chinois a choisi le parlement de Djakarta pour annoncer son projet, et que la Chine est en compétition avec le Japon pour construire le premier TGV indonésien. L'arrivée au pouvoir du parti prochinois proche de Sukharno devrait aider au rapprochement.
Et les Chinois de brosser un tableau grandiose du projet. Il ne s'agit rien moins que de créer une communauté de destin asiatico-européenne, et même une civilisation nouvelle, dans le sillage de la millénaire route de la soie qui a irrigué le commerce mondial terrestre et maritime entre l'Orient et l'Occident de l'empire romain au Moyen Age. A terme, le projet entend mobiliser 5 milliards de personnes, 63 % de la population de la planète, et la moitié du PIB mondial. Et, crise boursière ou pas, le pays envisage d'atteindre dans quelques années les 1000 milliards de dollars annuels d'échanges commerciaux, de lancer 500 millions de touristes chinois sur les routes du monde et d'investir 10 000 milliards dans les infrastructures des pays émergents et les approvisionnements en énergie et en matières premières.
Faut-il prendre tout cela au sérieux?

Lire la suite

09:53 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

04/09/2015

Migrations : le principe du casseur-payeur

Après d’innombrables luttes et d’interminables discussions, on a fini par admettre qu’en matière de pollution, c’était au responsable de payer : le principe du pollueur-payeur s’est peu à peu imposé.
Pourquoi n’appliquerait-on pas le même principe à la problématique des réfugiés et des migrants ? Il s’agit, bien évidemment, de ne pas faire payer les réfugiés et les migrants, qui ne sont que des victimes, mais les vrais responsables de ces tragédies. Lesquels ne sont d’ailleurs pas les passeurs. Punir les passeurs qui sont de vulgaires trafiquants de chair humaine est nécessaire, mais ce n’est que de la poudre aux yeux car ce ne sont que des comparses. C’est comme punir les mules pour mieux protéger les narcotrafiquants. Non ceux qu’il faut faire passer à la caisse sont ceux qui sont au sommet de la chaine. Les coupables ultimes ne pilotent pas des bateaux pourris, ils portent cravate et souliers vernis, ils habitent des palais et souvent des palais payés par le contribuable.
Si l’on recherche les causes profondes du flux de migrants qui assaillent les côtes grecques et italiennes et l’identité des responsables, émergent deux catégories de coupables : les dictateurs qui oppriment leurs peuples avec la complicité des multinationales et des banques occidentales qui financent l’exploitation inégalitaire des ressources nationales et corrompent les élites dirigeantes de ces pays, et les présidents d’Etats occidentaux qui, par caprice ou opportunisme politique, changent soudain d’avis avec une inconséquence criminelle et se mettent à déstabiliser des régimes qu’ils avaient naguère soutenu.

Lire la suite

09:05 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6)