30/11/2015

Guerre à la terreur : histoire d’une faillite

Proclamée voici 14 ans par Georges W. Bush au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, la guerre à la terreur vient d’entrer dans une nouvelle phase avec les proclamations bellicistes de François Hollande qui sont suivi le bain de sang parisien. La France est en train de tomber dans le même piège que les Etats-Unis : plus de bombes à l’extérieur, plus de lois répressives à l’intérieur, moins de libertés, moins de démocratie, et surtout moins d’intelligence.
Seul point positif, les Français ont enfin changé d’avis et se sont rapprochés du seul allié qui combat sérieusement les terroristes salafistes de Daech, à savoir la Russie de Poutine, et désormais, la Syrie d’Assad. Mais qui se souvient de l’exemple du regretté Helmut Schmidt, qui, à la fin des années 1970, était venu à bout de la Rote Armee Fraktion en refusant de restreindre les libertés publiques et en réaffirmant les fondements de la démocratie contre ceux qui voulaient l’abattre ?
Et qui, dans l’avalanche “d’émotions” qui a submergé les médias, s’est jamais posé la question du pourquoi ? Du vrai pourquoi, et pas du pourquoi qui reste à la surface de l’événement et surfe sur l’écume de l’émotion. La réponse est facile : cette question est taboue, et aucun média français (ni européen) ne se l’est sérieusement posée, parce qu’elle met à nu non seulement les incohérences mais la duplicité et la stratégie suicidaire pratiquées par les Etats occidentaux depuis trente ans. On se focalise sur les banlieues, les mosquées, la déréliction spirituelle et l’attrait de la communauté pour les jeunes, ou on profite de l’occasion pour faire monter la mayonnaise islamophobe, tout en épargnant les vrais responsables.

Lire la suite

29/11/2015

Internet toujours « en construction »

Nous avons tous cliqué sur un site internet « en construction ». C’est exactement l’état de la gouvernance mondiale d’internet, toujours « en construction » depuis le dernier sommet mondial de la société de l’information à Tunis en 2005. L’ICANN (Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet), basée en Californie, lâche du lest mais sans partager le pouvoir… Son patron, Fadi Chahade, était à Genève pour rencontrer les chefs d’agence onusiennes concernés. A Genève, l’UIT, l’OMPI, l’OMC, la CSTD (Commission pour la science et la technologie pour le développement) et le World Economic Forum sont censés figurer dans les dix premières institutions chargée de gouverner internet. Espérons qu’on passera bientôt à l’étape d’une gouvernance « in progress »…


***

→Exercice de haute voltige pour le Centre pour le contrôle démocratique des Forces armées (DCAF) qui présente son livre sur les « Valeurs partagées du multiculturalisme et de la laïcité en Azerbaidjan et en Suisse », en collaboration avec le gouvernement et diverses ONG azéries. Cela ne va pas de soi surtout au moment où l’ONG américaine Human Rights Watch a fait monter la pression en soutenant une campagne en faveur de la journaliste Khadija Ismayilova. Telle est la mission ardue de la Genève internationale, au bon sens du terme : d’un côté, courir le risque d’engager le dialogue pour encourager un Etat qui ne l’est pas encore à se démocratiser, et de l’autre accepter les critiques d’ONG pas toujours dépourvues sans arrière-pensée, sachant que les Etats-Unis jouent des droits de l’homme pour forcer le gouvernement azéri à sortir de l’orbite russe.


Lire la suite

05/11/2015

Al Qaida, notre ami !

Or donc les Russes bombardent les terroristes islamistes syriens depuis le début du mois. Tollé immédiat dans les médias atlantistes aux ordres. De quoi se mêlent donc ces Russes qui viennent bousculer nos ennemis sans nous demander la permission !
Durant les premiers jours, on a donc vu fleurir les reportages sur les prétendues victimes civiles, les supposées pannes de guidage (des missiles seraient tombés sur l’Iran) et autres bavures russes. Manque de chance : au même moment les avions américains de l’OTAN tiraient sur un hôpital de Médecins sans frontières en Afghanistan et y tuaient une vingtaine de patients.
Puis on a essayé les éditoriaux alarmistes sur les risques d’une nouvelle guerre mondiale à cause de deux brèves incursions d’avions russes sur le territoire turc et d’un frôlement avec des F-15 de la coalition américaine, immédiatement relayés par le gouvernement ukrainien et les pays baltes, alarmés à l’idée qu’on ne parle plus de la menace russe contre eux pendant quelques jours.

Lire la suite

02/11/2015

Avant tout, votons Genecand

La campagne pour les élections nationales arrive enfin à son terme. La dernière ligne droite est en vue et il importe que Benoit Genecand monte sur le podium.
A cause de ses qualités bien sûr, libéral mais humaniste, de droite mais sensible à la détresse des réfugiés, proche de l’économie mais à l’écoute des citoyens de base. Mais aussi parce qu’il est important que le canton soit représenté à Berne de façon équilibrée. En présentant un seul et unique candidat au deuxième tour, l’Entente montre qu’elle n’est ni arrogante ni totalitaire, au contraire des deux autres listes qui prétendent incarner l’ensemble de la population genevoise alors qu’elles ne représentent chacune qu’un tiers des électeurs/trices. Si l’ensemble des forces de gauche a sans doute droit à un siège, il est tout aussi légitime que le centre-droit ait aussi le sien. Cela ne peut que donner de la force à la voix de Genève à Berne.
La seconde raison, peu évoquée, est que l’Entente doit absolument conserver le leadership de la droite à Genève. De fait, la manœuvre de l’auto-proclamée « nouvelle force » est claire : ses deux ténors ne concourent pas pour gagner mais pour diviser la droite en vue des élections de 2019. Il est probable que le prétendu retrait d’Eric Stauffer au soir du premier tour n’était qu’un artifice pour faire croire à une alliance des droites que l’on savait impossible en 2015, à cause des divergences sur le vote du 9 février 2014 et les bilatérales et des engagements pris avant le premier tour.
Ce qui est en cause dimanche prochain, et c’est important pour l’avenir du canton, c’est le leadership de la droite genevoise. Le but du tandem Nidegger-Stauffer, c’est de passer devant Genecand au deuxième tour afin de bousculer ce leadership qui revient au PLR, premier parti du canton, et de faire éclater l’Entente lors des prochaines élections en faisant pression sur les forces centripètes du PLR pour qu’elles lâchent le PDC au profit de l’UDC.
Nous ne devons pas nous prêter à ces manœuvres politiciennes qui ne feront qu’aviver les tensions et ne résoudront aucun des problèmes de Genève. Et qui, de plus, compromettront les chances de succès des deux partis du centre-droit, qui progressent de concert à toutes les élections depuis 2013.