27/06/2016

Le Brexit, une victoire de la démocratie

Faut-il se lamenter parce que le Brexit a gagné? Évidemment non! Hier tout l'establishment européen et suisse nous prédisait le pire des destins si la Grande-Bretagne quittait l'Union.
Cette tragédie annoncée n'aura pas lieu, même si les prochains mois seront agités et si ce résultat va obliger les eurocrates et les élites globalisées à des révisions pénibles.
Première leçon: les Britanniques, fidèles à leur plus noble tradition, dont donné à l'Europe une leçon de démocratie. La Démocratie, si souvent invoquée par ceux qui répandent la guerre en Irak, en Libye ou en Syrie, a triomphé hier dans son expression la plus authentique, celle du vote populaire. Les peuples n'en peuvent plus de se voir infliger des politiques économiques et militaires qui sont décidées sans eux et contre eux. Il serait temps de commencer à les écouter.
Deuxième leçon: une fois la stupeur passée, les élites déstabilisées vont se reprendre et trouver des parades. Avant le vote, tout à été fait pour faire pression sur les électeurs britanniques afin qu'ils votent "correctement". Après le vote, tout sera fait pour minimiser l'impact de leur décision. L'establishment politique et financier qui s'est emparé des commandes de l'Europe ne va pas renoncer du jour au lendemain à ses privilèges. On peut donc parier qu'on trouvera rapidement des accommodements pour que le business continue "as usual".


Troisième leçon: ce vote va accroître encore le poids de l'Allemagne en Europe et renforcer le nouvel axe Berlin-Varsovie qui s'est mis en place pour imposer l'austérité à l'Europe du Sud et faciliter le bellicisme antirusse et le déploiement de missiles nucléaires américains en Roumanie et en Pologne contre la Russie. Les tensions géopolitiques vont connaître une nouvelle escalade. Le vote britannique marginalise encore davantage la France, l'Italie et l'Europe méditerranéenne dans l'Union à 27.
Quatrième leçon: des réformes vont avoir lieu, et c'est le point positif. La Grande-Bretagne n'est pas la Grèce et on ne peut pas s'asseoir sur son vote comme on l'a fait en France et aux Pays-Bas avec les référendums sur le Traité constitutionnel. Il va donc falloir s'attaquer, ou faire semblant de s'attaquer, aux racines du problème: inégalités croissantes, exclusion des couches sociales inférieures, manque de légitimité des dirigeants, politiques néolibérales exclusivement tournées vers un libre-échange qui pénalise les classes populaires, traités négociés de façon totalement opaques comme le TPP, militarisme masqué derrière de pseudo-partenariats pour la paix, etc. Il peut en résulter une redémocratisation et une légitimité nouvelle, et même une nouvelle Europe enthousiasmante si ce programme est réalisé sans mensonge ni détournement.
Cinquième leçon: la Suisse est entrée dans une période d'incertitude encore plus grande et ses relations avec l'Europe vont s'en trouver encore plus compliquées. Les impasses actuelles vont continuer et l'Union sans la Grande-Bretagne ne sera pas plus souple qu'avant. Au contraire, elle pourrait se crisper davantage. Les solutions mettront plusieurs années à se frayer un chemin. Mais ce n'est pas un drame et il nous faudra simplement apprendre à vivre dans cet environnement encore plus incertain que d'habitude. Après tout, nous avons déjà survécu à bien pire que le Brexit!

Commentaires

Comme d habitude, excellente analyse Mr Mettan.

Ce n est nullement étonnant que la GB a voté sa sortie de l UE par ce fabuleux referendum. Je dis fabuleux non pas seulement par son résultat mais bel et bien aussi d avoir demandé au peuple de dire ce qu il veut!

Même si le Peuple qui vote lors d un referendum, puisqu on lui a demandé de le faire, ce Peuple a toujours raison même s il a tort aux yeux de quelques uns!

On nous appris à l école secondaire(le Collège) que la Démocratie est le pouvoir du Peuple, fait par par le Peuple ( ou par ses élus et représentants alors qu ils sont soit nommés soit représentants de leurs propres partis) et dans l intérêt du Peuple. Ce n est plus le cas, les gens ne reconnaissent plus leurs représentants qui font ce qu ils veulent même si c est contre le peuple et ils n ont à justifier rien du tout.

Pour revenir à la GB, c est normal ce Brexit auquel il est logique de formuler des félicitations aux British quant à leur droit de l Auto-Détermination, n en déplaise ni à M. Hollande, ni à Mme Merkel ni aux USA et ceci pour 4 raisons:

1--La GB ne fait pas partie de l espace Schengen depuis toujours.
2--La GB ne fait nullement partie de la monnaie Euro, depuis toujours.
3--Un fantôme de guerre plane sur l UE et la GB veut s est barrée et elle ne veut pas en faire partie. Quand on voit les 3 milliards d Euros offerts à la Turquie et tout fraîchement quelques millions par Israel (ou par et/ou via la Saoudie?) pour les victimes de Marmara, de tel argent ne va t il servir qu à faire arriver des "djihadistes coupeurs de têtes" des camps d Al Qayda/Al Nosra si chère à M. Fabius (bon boulot d Al Nosra en Syrie) depuis la Turquie vers l Europe. De surcroît qu une normalisation de non-visa pour les Turques pour aller en Europe va se faire sous peu. Ceci ne s appelle t il pas:Le Suicide de l Union européenne devant la Turquie?
4--Un mariage tant bien que mal entre la GB et l UE dure depuis 42 ans et c est trop !! Alors, Où est le problème après une vie de semblant commune de s arrêter en 2016!

Bien à Vous et Merci.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 27/06/2016

Imaginons un peu qu une simulation loufoque de Referendum sur la sortie ou le Rester de la France dans l UE, appelons-le Francexit, à combien vous évaluez vous le oui des Français à l Exit? Vous serez étonné du résultat.

Les experts en expertologie appelés aujourd hui des Brexitologues ( c est fou ce que le Dico doit intégrer de masse de nouveaux auto-déclarés experts) qui nous expliquent que le Peuple du Brexit( et celui de la simulation du Francexit) n ont rien compris, stupides comme ils sont, mais ils ne font que témoigner leurs défiances de la Classe Gouvernante(sic:::)...

Ces Expertologues n ont qu à lire, par exemple, l article chapeau ci dessus de M. Guy Mettan pour apprendre à ne pas dire bcp trop d âneries.

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 30/06/2016

RÊVE DRÔLE OU HISTOIRE IMAGINAIRE!!

A l intérieur de l Union Européenne, pourquoi se divorcer?
--Divorcer, ça coûte cher et c est fastidieux sauf pour le Gd plaisir des avocats et des experts en expertologie nés de la dernière pluie de cette nuit-là.
--Tout d abord, l UE n a pas été créée pour Unir les européens mais pour les dés-Unir et surtout ne pas avoir la Russie dedans, chose acquise "forever". Donc divorce, machin truc apparaît comme le bienvenu mais ce n est vrai, détrompez vous!
--Puis, se divorcer ce n est plus ni à la mode de L Eglise Anglicane Réformée ni en ce qui nous concerne de l Eglise Catholique du Vatican non plus. Le Pape risque de faire tomber le ciel sur la tête des divorcés voire les ex-communier...oh la la... Toutefois, Le Pape François et vis à vis des divorcés, il tend la main un peu (pas beaucoup, il ne faut pas se leurrer..) et il ouvre la porte de la communion à certains divorcés d après sa déclaration récente du 08.04.2016 tout en insistant sur la doctrine du Vatican pour un "marriage indissoluble" ( c est normal, il ne faut pas trop abuser non plus...SVP...).
--Solution du Brexit ou l éventuel-futur (?)FranceXit (Frexit):Pas de divorce mais se séparer après avoir négocié toutes les conditions: Chambre à part, pas de relation intime et charnelle en publique, qui paie et quel pourcentage à chacun des deux et quel sera la facture de l Eau, de l électricité, le choix du programme TV, se vouvoyer et ne pas se tutoyer, jouer à deux à la vierge effarouchée c à d comment sommes nous arrivés à cette séparation "dramatique", continuer à écouter la musique philharmonique pendant le petit "Titanic" est entrain de couler comme si rien n y était, aie aie nous ne sommes pas rendus compte depuis hier qu on a oublié de ramener nos enfants à la maison et qui sont restés à la crèche, n était il pas votre tour ou c est le mien et vice versa de s en occuper, enfin nous irons après demain lundi les chercher mais ne l oublions pas ce coup ci...
--Ouf, j en ai marre, c est trop compliqué tout ça et si les divorcés ou les séparés redeviennent Divorcés-Remariés ou Séparés-Remariés soit avec les mêmes anciens partenaires ou des autres collègues-confrères, ça nous saoule un peu moins?

NB: M. Guy Mettan, si mon texte humoristique (mais un peu réel)n est pas au goût de la ligne de votre blog, on ne sait jamais, libre à vous de donner suite ou pas...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 02/07/2016

Etonnant voire détonnant ce Premier ministre qui démissionne (et qu'on laisse faire) sans avoir préalablement assumé sa responsabilité puisqu'à la source du Brexit: présenter à l'UE la demande de retrait de la Grande-Bretagne de l'UE.

Y aurait-il stratégie?

En septembre 2016 le successeur de M. Cameron attend d'être élu pour faire savoir qu'opposé de toujours et une fois pour toutes au Brexit il ne présentera pas la demande de retrait de la grande-Bretagne de l'UE?

Que se passerait-il?

Est-il forcément "paranoïaque" d'imaginer qu'il pourrait y avoir eu lieu dès le résultat du référendum connu... à commencer par M, Cameron... refus par tous du Brexit avec mise en scène comprenant la démission de M. Cameron (ayant à payer l'"erreur" impardonnable! d'avoir consulté le peuple) élection du nouveau Premier ministre... comme écrit plus haut opposé au Brexit refusant... avec "cohérence"... de présenter le retrait de la Grande-Bretagne de l'UE!?

En laissant traîner les choses?

Brexit ajourné puis annulé ("si"!) victoire démocratique?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/07/2016

Enfin, ils ont trouvé le coupable du Brexit: Ce n est pas l avis du Peuple mais bel et bien la procédure qui est LA fautive!

Comme Mr Guy Mettan dit d une manière claire:""Le Brexit est une victoire de la Démocratie" contrairement aux experts en expertologie nés de la dernière pluie et aux corrompus. A leurs yeux et après qu ils se sont mis à plusieurs ils ont trouvé le fautif. Ce n est plus la faute au projet politique, économique et sociale de la GB adopté par une votation du peuple pour son droit à l auto détermination pour la sortie de la GB (Brexit). Ce n est plus ce projet lui même qui est "tordu" mais bel et bien LA PROCEDURE-elle-même (i fallait oser le dire si gros que ça mais c est à cela qu on les reconnaîsse"!. Donc, il ne faudrait plus jamais organiser un Referendum et Basta. Affaire classée...D autres nous disent le Trop de Démocratie tue la démocratie...No more comment..

Aie Aie, les bras m en tombent: Alors, la Suisse a fait tout faux en appliquant le concept d un Referendum populaire...Pincez moi SVP...

A noter que pour se débarrasser d un résultat de referendum qui déplaît aux Autorités, il y a un moyen très simple: L oublier! N était il pas le cas de l avis de 55% des français qui avaient voté en 2005 contre le projet de la Constitution européenne et qui est resté en stade d euthanasie? Il est passé à la verticale (=à la poubelle) en le contournant et en le diluant de maintes manières!. Depuis lors, on ne demande plus l avis de la "populace, les sans dent et les sans culotte"...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 09/07/2016

Les commentaires sont fermés.