30/08/2016

Ukraine, deux ans après

Deux ans après le début du conflit en Ukraine, le moment est venu de faire un bilan provisoire. La poussière des événements est suffisamment retombée pour qu'on puisse en reconstituer la trame. Peu à peu, grâce aux enquêtes réalisées par des observateurs avisés comme le dénonciateur de l'Irangate et Prix Pulitzer Robert Parry, la vérité commence à se faire jour.
Et comme d'habitude, elle n'est pas très reluisante. La belle histoire de la révolution populaire qui jette à bas un régime honni et corrompu apparaît dans sa réalité crue: ce n'était qu'une fiction, une fable habilement tissée pour tromper un public avide de contes qui finissent bien.
Souvenez-vous du crash du vol MH 17 qui a fait près de 300 morts en juillet 2014 et semé l'effroi dans le monde entier, dont John Kerry déclara qu'il était dû à un missile "probablement russe" et qui servit de prétexte au second train de sanctions économiques contre la Russie. Deux ans après, toujours aucune preuve malgré les promesses. Les résultats de l'enquête ne sont toujours pas publiés et les Etats-Unis, dont les satellites espions arrivent pourtant à lire les plaques de nos voitures, refusent de livrer leurs images aux enquêteurs alors que le SBU, le service secret ukrainien, multiplie les cajoleries envers les experts occidentaux chargés du dossier.
Souvenez-vous des fameux tirs de la police qui avaient décimé les manifestants "pacifiques" de la place Maidan en février 2014. Ici aussi, on nous a promis une enquête. Toujours sans résultat. Les arbres et le mobilier de rue qui avaient reçu des impacts de balle et auraient permis de repérer l'origine des tirs ont été détruits par le nouveau régime alors que les vidéos montrent que ces tirs visaient aussi bien les manifestants que les policiers qui les combattaient, dans le but de pousser ces derniers à réagir et à tirer sur la foule qui leur faisait face. À l'examen, il ressort que le procureur et les responsables de service de police chargés de l'enquête sont des agents zélés du nouveau pouvoir et d'anciens militants des mouvements d'extrême droite actifs dans le service d'ordre de Maidan. Qui sait que Andriy Paruby, aujourd'hui chef du Conseil de sécurité d'Ukraine et qui paradait comme un grand démocrate devant les télévisions occidentales en sa qualité de chef du "service d'auto-défense" de Maidan, est le cofondateur du parti national-social d'Ukraine qui a donné naissance au parti d'extrême-droite Svoboda en 2004? Et que son organisation de jeunesse, "Patriote ukrainien" est une composante du mouvement paramilitaire Secteur Droit?


De fait, il apparaît désormais que le mouvement de Maidan, loin d'être l'expression démocratique et spontanée d'un peuple en colère, a été encadré, géré et organisé par les leaders des réseaux ultra-nationalistes originaires de l'ouest de l'Ukraine. La plupart de ses membres ont été formés dans les camps de jeunesse d'extrême droite qui ont proliféré dans les années 2000 et transportés par cars jusqu'à Kiev. Les photos et films non censurés des manifestations de Maidan montrent une abondance d'insignes, de symboles et de portraits de nationalistes héritiers des partis qui ont dirigé l'Etat ukrainien mis en place par les nazis. Quant aux références antisémites, encore nombreuses au début du mouvement, elles ont été soigneusement expurgées afin de ne pas braquer les néoconservateurs américains proches d'Israël et les médias occidentaux.
De même, le passé compromettant des nouvelles autorités a été gommé afin de leur redonner une nouvelle virginité. Qui se souvient que le président Porochenko, présenté comme un simple homme d'affaires à succès, a été ministre aussi bien dans le gouvernement corrompu du tandem Yushchenko-Timoshenko que dans celui du président Yanukovitch? Il n'y a décidément pas que Staline qui retouchait les photos...
De fait, la formation idéologique des "héros" de Maidan qui occupent aujourd'hui les postes les plus en vue du gouvernement s'inspire directement des ultra-nationalistes des années 1920-1940 et des collaborateurs du régime ukrainien qui a exterminé les juifs et les Polonais de Volhynie en 1941-1944 - armée insurrectionnelle d'Ukraine (UPA), organisation des nationalistes ukrainiens de Stepan Bandera (OUN-B) - et de théoriciens racistes comme Yaroslav Stetsko, ancien premier ministre de l'Etat ukrainien en 1941 et partisan des "méthodes allemandes de dépopulation juive excluant leur assimilation".
Les recherches montrent que nombre de ces dirigeants nationalistes ont émigré en Europe et aux Etats-Unis à la fin de la Deuxième Guerre mondiale et qu'ils ont ensuite servi de relais avec les groupes de pression occidentaux jusqu'à leur prise du pouvoir en 2014. On peut citer comme exemples la femme de l'ancien président orange Yushchenko et Nadia Diuk, vice-présidente de National Endowment for Democracy et proche de l'actuelle secrétaire d'Etat américaine Victoria Nuland, celle qui a mis au pouvoir l'ex-premier ministre Iatseniuk après Maidan.
Mais arrêtons-là. Le plus déplaisant de toute cette affaire, ce n'est ni d'avoir été trompé ni qu'on nous ait vendu des manifestants fascisants comme de bons démocrates - après tout chacun peut évoluer - mais que rien n'ait changé dans le pays. Jusqu'à quand supporterons-nous que les oligarques et la corruption continuent à sévir, que l'actuel président renie sa promesse de vendre ses entreprises, que des obus continuent à être tirés sur les populations civiles du Donbass sous prétexte de "provocations rebelles"? Il serait temps que les médias et les dirigeants e

09:59 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (17)

Commentaires

Cher Monsieur,

Bravo pour votre prose, en espérant qu'elle puisse être publiée dans un quotidien...

C'est curieux à quel point les médias et dirigeants européens en particulier n'arrivent pas à dire simplement ce qu'ils voient et savent...

Vivement que M. Trump soit élu et qu'il y ait un vrai changement de paradigme dans ce roman-fiction "La grand méchante Russie vs le monde civilisé".

Écrit par : jacphil | 30/08/2016

Paul Moreira avait réalisé un excellent documentaire - https://www.youtube.com/watch?v=g3zIGaUqafo - mais il s'est fait incendier de toute part.

Il faut un sacré courage pour sortir du storytelling dominant, rapporter les faits restés dans l'ombre ou tus, et proposer une autre perspective.

@jacphil : je ne crois pas que Trump président serait une bonne nouvelle... Stein ou Johnson, peut-être ?

Écrit par : Fredo | 30/08/2016

Merci M. Mettan, tant pour cet article que pour votre excellent ouvrage "Pourquoi nous aimons tant détester la Russie."

Un bon éclairage sur cette confusion diligentée et servie par les médias occidentales - ces MDM - montrera le vrai visage pâle et sale, celui dont la langue fourchue vient flatter les esprits de ceux qui gobent encore les valeurs des usa et de leur pseudo démocratie et liberté.

La Russie n'est l'ennemie de personne, mais elle dérange les néocons. Leur projets sont bloqués - et souhaitons-le : pour toujours - et tant que les kagan, nuland, power, carter et soros seront en quelque sorte encore vivants, il faudra rester très prudent.

L'arrivée de Trump risque de changer pas mal de choses, et il devra bien s'entourer - surtout d'une bonne protection personnelle.

Nous n'avons pas fini de découvrir jusqu'où la manipulation des yankees pouvait aller, mais grâce à des personnes qui quêtent pour la Vérité, comme vous le faites, les données du jeu deviennent plus évidentes.

En tous cas merci pour votre témoignage !

Écrit par : rebellio romantico | 30/08/2016

Ce billet du journaliste Philippe Souaille n'a pas du vous échapper. Comble de l'ironie pour quelqu'un qui semble se présenter comme un démocrate (au sens vrai du terme) préfère ne pas ouvrir les commentaires. Ce qui est guère étonnant de quelqu'un que certains ont présenté comme trotkyste (ou ancien).

http://philippesouaille.blog.tdg.ch/archive/2016/08/30/quand-le-president-du-club-suisse-de-la-presse-s-adonne-a-la-278500.html

Le plus drôle est le contresens de la qualification de nazillons de la pire extrême-droite qui soit, surtout lorsque nous connaissons la réalité socialiste du nazisme:

http://ben.lp.free.fr/lesocialismeenchemisebrune/Benoit%20Malbranque%20-%20Le%20Socialisme%20en%20Chemise%20Brune.pdf

http://www.contrepoints.org/2014/07/15/172469-quand-les-communistes-aimaient-les-nazis

Écrit par : G. Vuilliomenet | 31/08/2016

Merci
Non, car il y a longtemps que je ne lis plus les commentaires de ceux qui prétendent lutter pour à démocratie et l'information "vraie" en refusant tout ce qui contredirait leurs préjugés et contribuerait à une vision plus équilibrée des choses

Écrit par : Guy Mettan | 31/08/2016

@Fredo

Je pense au contraire que l'arrivée de Trump serait une bonne nouvelle pour les USA et le reste du monde. Mais ce n'est pas le sujet de la publication de M. Mettan.

Écrit par : jacphil | 31/08/2016

@Guy Mettan,

Vous n'avez pas terminé votre article.....

Il est faux de croire que le passé nazi et antisémite de l'Ukraine est oublié, Obama et l'UE ne sont plus à une erreur près, Vivement les élections.

Écrit par : Patoucha | 31/08/2016

Le nazisme, c'est comme le beige. Ca va avec tout.

Écrit par : Patatra | 31/08/2016

Merci, Monsieur Mettan. Bien que hors sujet je vous demande votre indulgence pour le commentaire suivant qui se veut une mise au point et éventuellement une demande quant à une source.

Dans le commentaire de G. Vuilliomenet, dans le deuxième lien, il est écrit: "Les communistes furent donc non seulement aussi racistes que les nazis mais ajoutèrent l’épuration de classe à l’inventaire de leurs massacres. Marx écrivit dans son journal que « les classes et les races trop faibles pour maîtriser les nouvelles conditions de vie… » devaient « périr dans l’holocauste révolutionnaire »." Je veux bien, mais je ne trouve pas la source de ces citations soi-disant de janvier 1849 et je crains qu'elles soient fausses après avoir parcouru tous les écrits de Marx de ce mois de janvier.

Écrit par : anonymous | 31/08/2016

Poutine avait declare en novembre 2015 au sujet du "conflit " ukrainien:
"Notre role est de diffuser une vraie information alternative sur la Russie actuelle. qui est bien opposee autant au revisionnisme des resultats de la seconde guerre mondiale qu a l heroisation du nazisme" en faisant allusion au Gvt neo-nazi actuel en Ukraine "salue" comme la solution "ideale" et "democratique" (MDR jaune) par les usa, l UE et les euro-atlantistes..
Il a ajoute:"La Russie a une culture, et bien sur des interets mais ns n avons pas le "soft power" terme venant des usa qui ne sous entend que la violence , l expansion et les contraintes".

Écrit par : Charles 05 | 31/08/2016

A tous ceux qui croient pouvoir donner des leçons à des contradicteurs qui auraient l'outrecuidance de ne pas penser comme eux, je livre le mot d'Albert Jacquard ci-dessous.

"Ceux qui prétendent détenir la vérité sont ceux qui ont abandonné la poursuite du chemin vers elle. La vérité ne se possède pas, elle se cherche."
Albert Jacquard - Petite philosophie à l'usage des non-philosophes - 1997

Écrit par : Michel Sommer | 01/09/2016

@Michel Sommer
Parfaitement d accord avec votre texte.

Écrit par : Charles 05 | 02/09/2016

@Michel Sommer : absolument !

Un débat entre Guy Mettan et Philippe Souaille serait évidemment intéressant, bien étayé et documenté.

"Entre gris clair et gris foncé"..

Écrit par : Fredo | 04/09/2016

Le Régime de Kiev est Néo-Nazi et vous en doutez encore?
---------------------------
Extraits:
(...)Si le régime de Kiev affiche « officiellement » des emblèmes nazis pour identifier les entités de son appareil de sécurité nationale et militaire, on peut normalement supposer qu’il s’agit d’un gouvernement néonazi.

Ces milices portant l’emblème nazi des SS sont parrainées par le ministère ukrainien des Affaires intérieures, ce qui équivaut au département de la Sécurité intérieure des États-Unis (Homeland Security).
Ces milices sont simplement qualifiés de « combattants de la liberté » et qui "oeuvrent" pour une bonne cause, nous dit-on car "la démocratie est l’objectif ultime » (sic).

Selon le New York Times, « Les États-Unis et l’Union européenne ont épousé la "révolution" ici [en Ukraine] comme un autre épanouissement de la démocratie, un coup à l’autoritarisme et à la kleptocratie dans l’ancien espace soviétique ». (NYTimes.com, 1er mars 2014).

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2014
-----------------------------------

Écrit par : Charles 05 | 05/09/2016

Vote à l ONU contre la GLORIFICATION DU NAZISME

C est hallucinant que 3 pays (USA, Canada et l Ukraine) ont voté contre une initiative de la Russie lors de la Troisième commission de l’Assemblée générale de l’Onu et qui a adopté une résolution sur la lutte contre la glorification du nazisme. Donc seuls trois pays – les Etats-Unis, l’Ukraine et le Canada ont voté « contre », rapporte le correspondant de RIA Novosti.115 pays ont voté « pour ». C est aussi hallucinant d apprendre que 55 autres pays, dont les Etats de l’Union européenne, se sont abstenus de voter lors de ce scrutin et imaginez que parmi ces pays de l UE, figure l Allemagne(!), la Belgique(!), l Espagne, l Italie et ...et la France (!).
Ce document exprime la « profonde préoccupation par la glorification de toute forme de mouvement nazi, de néonazisme et des anciens membres de la Waffen SS, y compris par la construction de monuments commémoratifs et la tenue de manifestations publiques »
La question qui se pose n est elle pas que cette attitude adoptée par l’Occident (pays votant contre ou s abstenant) n encourage-t-elle pas les éléments fascisants, notamment en Ukraine?

http://fr.ria.ru/world/20141122/203048819.html

Écrit par : Charles 05 | 07/09/2016

Toutes ressemblances entre les régimes ukrainien actuel et nazi sont purement fortuites, par R. Kuzmine, ancien vice Procureur général ukrainien, avocat- 04 septembre 2016
-------------
Extrait:
Le régime ukrainien post-Maïdan est polymorphe, tout à la fois intrinsèquement corrompu, totalitaire, et violent. Selon le point de vue, un aspect sera plus visible que l’autre, mais l’ensemble de ces traits commencent à être reconnus par les instances internationales, qu’il s’agisse du FMI ou de l’UE en ce qui concerne la corruption ou de l’ONU, Amnesty International ou autres ONG en ce qui concerne le recours à la violence comme mode de gouvernance (tortures, enlèvements, répressions et assassinats de journalistes …). Pour autant, la communauté internationale refuse toujours par principe le parallèle entre ce régime et le régime nazi. Même si de nombreux traits les rapprochent, bien au-delà de l’utilisation de la symbolique nazie par les bataillons punitifs ukrainiens.


source: http://russiepolitics.blogspot.fr/2016/09/toute-ressemblance-entre-les-regimes.html
--------------------------
Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 07/09/2016

C'est tellement roboratif de lire des commentaires comme ceux exprimés ici:

http://russia-insider.com/en/politics/great-new-book-history-western-russophobia/ri15639

Écrit par : Johann | 12/09/2016

Les commentaires sont fermés.