18/01/2017

Les causes de la guerre 2.0

L’hystérie provoquée par les supposées attaques informatiques russes a atteint des proportions hallucinantes aux Etats-Unis. Comment expliquer que la première puissance mondiale, dotée d’un budget militaire dix fois supérieur à celui de son rival et qui à lui seul dépasse celui de l’ensemble des autres puissances, soit sensible à la « menace » poutinienne au point de mettre le pays au bord de la crise de nerf institutionnelle et d’accroitre encore le chaos mondial?
Il y a une cause interne, bien sûr, qui tient à l’échec inattendu de la coalition Obama-Mc Cain qui se croyait assurée de conserver le pouvoir avec Hillary Clinton. Depuis la seconde présidence de Bill Clinton s’est en effet forgée aux Etats-Unis une alliance de fait entre l’establishment démocrate d’une part et les néoconservateurs d’obédience républicaine d’autre part. Le bombardement de la Serbie en 1999 avait scellé cet accord que ni les aventures militaires calamiteuses de Bush Jr ni les palinodies élégantes mais sanglantes d’Obama n’avaient réussi à remettre en cause. Hillary Clinton incarnait le meilleur espoir, pour ces deux camps, de continuer leur business as usual, à savoir la poursuite d’une hégémonie américaine fondée sur le libre-échangisme commercial sans limite, l’ouverture des frontières, le renversement des régimes hostiles au nom de la démocratie et des « valeurs » occidentales, l’enrôlement des médias – embedded depuis l’invasion de l’Irak en 2003 – et la mobilisation illimitée de toutes les ressources du soft power.
Or l’échec d’Hillary est venu casser cette mécanique bien huilée. Avec Trump-la-mort, impossible de continuer à se passer les plats entre soi, via des conférences grassement rémunérées par Wall Street, des ventes d’armes et de bombes aux alliés subalternes, France, Arabie saoudite ou Turquie chargées de les larguer sur la Libye, la Syrie, le Mali ou le Yémen, et l’implantation de multinationales 2.0 et 4.0 aux quatre coins de l’univers. Rassemblant sous sa houppette blonde tous les déshérités de la mondialisation aussitôt estampillés de l’infamante étiquette de « populistes », Trump veut au contraire brider le libre-échange et mettre un frein aux opérations de basse police du « gendarme » mondial. De quoi semer la panique, en effet, dans le camp de ceux qui profitaient de ce système avec la bénédiction du sémillant Obama et de la ravissante Michelle.


Mais cette hystérie a aussi une cause extérieure. Elle tient à la riposte, nouvelle pour les Européens et les Américains, des puissances qui ne partagent pas cette vision du monde. La réaction terroriste en est un exemple, elle qui provient d’une région du monde et d’une religion qui se sentent humiliées par un siècle d’ingérences désastreuses. La réaction chinoise, russe, indienne, rejointe désormais par celle des Philippines, et auparavant par celle de l’Amérique latine avant que des manoeuvres plus ou moins légales tentent d’y mettre bon ordre comme ce fut le cas en Argentine, en Uruguay, au Brésil et aujourd’hui au Vénézuela, en est une autre.
Tous ces pays, naguère silencieux et absents de la scène médiatique mondiale, revendiquent en effet leur place au soleil. Leurs médias, contrairement aux nôtres, sont en plein développement. TV, radio, presse écrite, médias numériques sont en constante progression et gagnent de l’argent. Ils ouvrent des bureaux de correspondants partout dans le monde et lancent des chaines d’info en continu qui ne se contentent plus de relayer la vulgate mondialiste de CNN ou de la BBC mais veulent au contraire faire partager leur propre vision du monde. Intolérable pour les dirigeants politiques et les caciques de nos grands médias, habitués à ce qu’on boive leurs paroles sans barguigner.
Pire, ces médias sont contestés sur leurs propres terres, par leurs lecteurs et auditeurs, qui ont perdu toute confiance en eux depuis que, par des partis pris contraires à leur propre déontologie, ils ont calamiteusement échoué à anticiper le Brexit, Trump, Fillon et la capacité du peuple syrien à résister au terrorisme islamique.
Le storytelling du bon démocrate respectueux des droits de l’homme et attaché à la liberté d’expression ne prend plus dès qu’on sort des cercles étroits du pouvoir européen et nord-américain. Le New York Times, le Washington Post, la BBC, le Monde et leurs affiliés ne donnent plus le la. Devoir s’incliner devant le succès d’audience de Russia Today, c’est la honte suprême, l’affront ultime, celui que le Parlement européen a cru bon devoir laver en adoptant une résolution qui rétablit la censure en Europe !
Pour l’establishment de Washington, habitué à dominer la planète sans partage depuis vingt ans, on comprend que la pilule soit amère.





09:45 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Excellent M. Guy Mettan, dirais je comme d habitude et chapeau bas!

Vous dites à juste titre:""(...)Avec Trump-la-mort, impossible de continuer à se passer les plats entre soi, via des conférences grassement rémunérées par Wall Street, des ventes d’armes et de bombes aux alliés subalternes, France, Arabie saoudite ou Turquie chargées de les larguer sur la Libye, la Syrie, le Mali ou le Yémen, et l’implantation de multinationales 2.0 et 4.0 aux quatre coins de l’univers(...)""

Ces ventes d armes ne sont pas faites exclusivement à ces pays que vous citez mais bel et bien même à Daech et Al Nosra/al Qayda qui "fait du bon boulot en Syrie", dixit Fabius urbi et orbi à Marakech 4 en septembre 2012
et aussi par Israel qui "préfère en Syrie plutôt Daech que "Assad!!

Tant que nous n avons pas encore voulu comprendre que Daech et Qayda sont des créations artificielles et qui est difficile à les éradiquer du moment qu il s agisse d une "association" de malfaiteurs, ils continueront à se foutre de notre gueule tandis que ces Etats occidentaux dits "Démocratiques" sont devenus carrément des pays Terroristes. Association englobant carrément des pays occidentaux pro-terroristes (France et USA en premier rang) et des intérêts perso de quelques dirigeants et de leurs copains-copines et des multinationales sans foi ni loi ni vergogne...

Écrit par : Charles 05 | 18/01/2017

"Regime Change" à domicile. Le boomerang d'une terrible addiction.


C'est effectivement inquiétant de voir ces escalades de mensonges sans fin, ces appels à des actions offensives et ces appels, à peine voilés, au meurtre du président élu, semaine après semaine.

Lorsqu'un pays sombre dans un chaos aussi artificiellement par la volonté d'une petite équipe investie d'un tel pouvoir d'influence, la première question qui vient à l'esprit est la suivante: ont-ils prévu les moyens d'arrêter le chaos? En auront-ils le désir?

Si les deux partis opposés ont scellé un pacte pour saboter la venue d'un président élu, et s'ils réussissent à le destituer, à quoi doit on s'attendre?
La Syrie sans gouvernement serait aujourd'hui pulvérisée en autant de morceaux que de prétendants. Les USA sans gouvernement sauront-ils encore rester unis?

On croit deviner que si le pouvoir entier du pays tombe dans les mains de la CIA et du Pentagone, Démocrates ou républicains - il serait donc fraîchement démontré qu'ils n'en seront pas les patrons. D'ailleurs l'ont-ils été une fois? Sinon que tenus en laisse - ne vivrons pas en paix. Il y a trop de contentieux à régler entre eux et avec tous les autres.

Ladite communauté internationale aura de quoi s'inquiéter encore plus.
Ceci dit, ne doit-on pas laisser ce coin du monde se décomposer tout seul pour le bien de tous les autres pays voisins et lointains?
Avec ce que font les Démocrates à cette occasion, cédant aux magouilles de la CIA et à l'intimidation du Pentagone, ils ont perdu toute crédibilité et toute légitimité. C'est bien dommage mais on devrait traiter les USA comme à bien plaire et sous conditions strictes.


http://www.globalresearch.ca/regime-change-comes-home-the-cias-overt-threats-against-trump/5569325

Écrit par : Beatrix | 19/01/2017

Merci d'écrire des textes qui prêtent à réflexion sur des sujets essentiels pour notre avenir.

Écrit par : Mère-Grand | 19/01/2017

M. Guy Mettan,

Vous écrivez à juste titre qu une des raisons de la chute de l Occident est liée aux" (...) médias qui sont contestés sur leurs propres terres, par leurs lecteurs et auditeurs, qui ont perdu toute confiance en eux depuis que, par des partis pris contraires à leur propre déontologie, ils ont calamiteusement échoué à anticiper le Brexit, Trump, Fillon et la capacité du peuple syrien à résister au terrorisme islamique.""(...)

Si nous prenons heureusement l"affaire Syrienne qui a résisté au terrorisme", nous sommes ahuris d apprendre que l exclusivité des infos là bas est tirée d un organisme qui s appelle l OSDH (quelle "jolie" abréviation de l Organisation Syrienne des DROITS de L HOMME, DH sans blague!). l OSDH est une Officine londonienne gérée, tenez vous bien, par une SEULE personne et unique (M. Abdul Rahmane) dans son petit magasin d habit où il se fait photographier en étant pendu soit dit à son mobile jour et nuit pour recevoir autant les infos de la Syrie par téléphone que les scoops et qui va les diffuser via son OSDH. Il se peut qu il n est aps seul à diriger l OSDH et que son épouse ou sa propre famille en GB l aident un peu mais c est lui seul en majorité qui gère cette fameuse OSDH!!! Alors que c est bien la loge 6 dite le MI6 (services secrets militaires de la GB pour l extérieur) qui nourrisse M. Abdul R. par les infos de la Guerre Médiatique contre la Syrie et contre son Gvt actuel. Autant le MI6 que l officine de M. Abdul R. travaillent étroitement et en toute connaissance de cause avec les Frères Musulmans(FM), comme quoi...

In fine, exclusivement c est l OSDH qui informe la planète terre entière sur "tout" ce qui se passe en Syrie mais "parfumé" certes au goût des FM.
C est alors que les mé(r)dias atlantistes comme Reuters, AFP/Agence Française de Propagande et Associated Press/Associated Propagande relaient et répandent la diffusion de ces info publiées auparavant par l OSDH puis ces mêmes infos sont reprises par la suite par l OSDH-même (qui les a fabriquées au début) en citant comme source "fiables et sûres" les Agences de Propagande sus-mentionnées et tout ce cirque donne à l info du "crédit et de la consistance" et le tour est joué...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28/01/2017

M. Guy METTAN,
C est du hors sujet certes à 100%, mais c est un peu honteux ces accusations contre vous sur la "médaille russe". Même que la TDG du samedi 28.1.17, à laquelle je suis abonné (pour combien encore, de ma part?) a commenté honteusement votre sage réponse du refus du terme "régime autoritaire" en faisant,la TDG, du sur-enchère cynique qu on aurait dû dire à la place du terme autoritaire par "régime" dictatorial(sic)!!

"Régime", vous avez dit Régime? Moi pas connaîitre Régime, moi connaître Régime Ducan pour maigrir, Régime Weight watchers, pour diabétiques, pour dialyse rénale oui, moi connaître :)

Libre à vous de publier ce texte hors sujet ou pas!.



d Honneur

Écrit par : Charles 05 | 30/01/2017

Les commentaires sont fermés.