12/04/2017

Redécouvrir le Maroc

A l’occasion des 20 ans du Club suisse de la presse, Royal Air Maroc et l’Office marocain du tourisme ont invité une dizaine de journalistes suisses à une petite escapade de trois jours au Maroc. Le Maroc souhaite en effet s’ouvrir au tourisme suisse et allemand. Après tout, Casablanca n’est qu’à deux heures et demie de Genève et vaut largement les côtes encombrées de Marbella, les Canaries ou les Baléares.
J’avais hésité à y aller mais je ne l’ai pas regretté. Je dois avouer que cette redécouverte d’un pays négligé depuis vingt ans fut une heureuse surprise. D’abord, on n’y est pas assailli par des hordes de touristes en goguette qui débarquent par cars entiers pour assaillir plages ou villes. Ça fait du bien.
Mais ce qui fait le plus plaisir, c’est de constater que le rouleau compresseur de la mondialisation n’a pas encore saccagé les paysages et les esprits. Si les infrastructures, aéroport, autoroutes, hôtels se sont développés, les paysages sont restés préservés : pas de banlieues interminables envahies par les supermarchés et les panneaux publicitaires, pas de villas ni d’usines qui mitent le territoire n’importe comment, mais des villes et des quartiers industriels qui restent concentrés. On respire !
Miracle, les quartiers populaires sont restés populaires, dans le bon sens du terme, et l’artisanat de qualité est toujours une valeur sûre. Alors que le Vietnam a perdu ses magnifiques artisans depuis qu’il s’est laissé submerger par la camelote chinoise, le Maroc a su conserver ses ferronniers, ses potiers, ses bijoutiers, ses tanneurs, ses menuisiers et ses sculpteurs de stucs. Fès n’a finalement pas beaucoup changé depuis trente ans. Elle s’est même embellie. Quelle capitale historique peut en dire autant ?

Lire la suite