27/09/2017

L'Eglise russe, un lieu d’exaltation et de consolation


L’église russe de Genève, puisque c’est ainsi que les Genevois l’appellent familièrement, est sans aucun doute le lieu le plus connu de Genève avec la Cathédrale Saint-Pierre et l’Hôtel de Ville. C’est un immense plaisir et un grand honneur de m’avoir associé, aujourd'hui mercredi, à son 150e anniversaire et à sa restauration. J’en remercie vivement Mgr Michel et le comité d’organisation.
Pour moi, modeste réfugié catholique descendu des montagnes du Valais pour faire ses études dans la Rome protestante, « l’église russe » a immédiatement représenté quelque chose d’important. Elle a d’abord été une présence apaisante, rassurante, bienfaisante et même consolante. Comme jeune étudiant encore étranger à cette ville, j’aimais voir ses murs blancs et ses bulbes briller de nuit comme de jour, dans le froid comme dans la canicule, sous la pluie comme sous la neige. Car cette église n’est pas seulement une pièce marquante du patrimoine historique et architectural de Genève, c’est d’abord une présence amicale.
Je dois cependant avouer que pendant longtemps je n’ai pas osé y entrer. Elevé dans la tradition catholique et après six années de petit séminaire dans une congrégation missionnaire, j’avais vécu dans la conviction que l’église orthodoxe était sortie du bon chemin, qu’elle sentait le soufre et représentait donc une voie à éviter. Il y a une trentaine d’années, bravant mes préjugés, j’ai donc forcé la porte une première fois, davantage saisi par la curiosité et le goût de l’exotisme que par un saisissement de la foi, je dois le confesser. Et je ne m’en suis jamais repenti ! Depuis lors, je ne manque jamais une occasion de fréquenter les églises orthodoxes, d’y brûler un cierge et de m’incliner devant une icône. Car avec l’âge et l’expérience, j’ai pu constater, comme la plupart d’entre nous je pense, que ce qui nous rassemblait nous autres les chrétiens, que nous fussions orthodoxes, catholiques ou protestants, était bien plus important que ce qui pouvait nous séparer. Et j’ai notamment appris que les traditions et les rites, si sublimes dans l’orthodoxie, pouvaient exalter l’âme et faire ressortir ce qu’il y a de meilleur en l’Homme aussi bien que les prêches des pasteurs et les sermons des chanoines.


Après ce témoignage personnel, permettez-moi de conclure en insistant sur l’importance de l’église et de la paroisse russes de Genève pour l’équilibre et le rayonnement de la cité. Comme vous le savez, Genève, suite à la Réforme de Calvin, a exercé un rôle majeur dans l’histoire et le développement de la Chrétienté, rôle qu’elle poursuit aujourd’hui en étant devenue le centre mondial de l’oecuménisme et du dialogue inter-religieux. Dans ce cadre, la présence à Genève d’une communauté orthodoxe forte, vivante et reconnue est essentielle. L’histoire même de ce bâtiment témoigne de cette importance, lui qui a commencé comme une modeste chapelle lorsque la demande de construction a été déposée, pour se poursuivre sous la forme d’une église avant de devenir une cathédrale.
Enfin, la cathédrale de l’Exaltation de la Sainte et vivifiante Croix est le cœur de la communauté russe et russophone de Genève. Elle est le porte-flambeau de la présence russe à Genève. Elle nous rappelle que les premiers échanges entre Genève et la Russie remontent à François Lefort, Genevois ami et ministre du tsar Pierre le Grand. Elle nous rappelle que Genève, grâce à l’action d’Alexandre et de Capo d’Istria au Congrès de Vienne, doit à la Russie sa liberté et son rattachement à la Suisse. Elle nous rappelle enfin que la Genève internationale – et donc Genève – ne serait jamais devenue ce qu’elle est à travers le monde si la Russie, depuis deux siècles, ne l’avait pas activement soutenue.
Ce que nous fêtons aujourd’hui, ce n’est donc pas seulement les 150 ans d’un bâtiment, c’est plusieurs siècles de foi, d’amitié et d’échanges humains intenses. C’est pourquoi, en tant que Genevois, nous ne pouvons qu’exprimer notre joie et notre reconnaissance en ce jour anniversaire et souhaiter que cette présence se poursuive pour l’éternité…



Commentaires

Monsieur Guy Mettan,

Si pendant tant d'années vous n'avez pas osé entrer dans l'Eglise russe de Genève... comment vous y prendrez-vous, plus tard, pour entrer au paradis!?

Écrit par : Myriam Belakowski | 27/09/2017

Excellent article sur l Eglise Russe de Genève…

Comme vous le dites, M. Guy Mettan, que Catholiques, Protestants ou Orthodoxes, ce qui les rassemble est plus fort que ce qui pourrait les séparer.

Une fois n est pas coutume de mettre un chant sur votre blog et pourquoi pas sauf avis contraire de votre part !

Voici un Chant Orthodoxe Russe avec la Présence du Pape François en Géorgie…Sublimes voix de l Archimandrite Serafim et surtout la jeune fille à sa droite chantant Pater en Araméen ( l Araméen est la langue de Jésus et encore parlée en Syrie, entre autres, où 10 000 personnes en parlaient et vivant principalement dans la Région de Raqqa, Derir Ezzor devenus héals connues par la guerre contre la Syrie qui a débuté en 2011, mais …maintenant combien seraient ils??

https://www.youtube.com/watch?v=locW-9S00VU

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 30/09/2017

2ème Prière sublime venant de la Syrie/2015 avec des photos horribles de destruction, faibles d âme s abstenir. Si mon texte est de trop, libre à vous. M. Guy Mettan, de le publier ou pas!Merci.
-------------------------
Cliquez sur la 2 ème photo libellée RT

http://laportelatine.org/prieres/prieres/marie/ave_maria_arabe.php

Assalam alayki ya Mariam (1)
السلام عليك يا مري
م

"Je vous salue, Marie", récité en arabe par une jeune chrétienne syrienne, "Céline", sur un fond musical du disc-jockey Sachem, avec des images (RT TV) de la ville d'Homs, puis une 2ème prière sous la statue de la Vierge à Maaloula qui protège les fidèles catholiques voués à la haine des musulmans de DAESH et des ceux "modérés"(?!) installateurs de la Chariaa.
-----------------------

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 02/10/2017

Les commentaires sont fermés.