02/10/2017

Genève, microcosme des tensions de la planète

La guerre du Yémen, entre rebelles houthis et représentants du gouvernement soutenu par l’Arabie saoudite, fait rage jusqu’à Genève. Lundi, à l’initiative de l’Arab British Centre for Strategic Studies & Devlopment, l’actuel vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères, les ambassadeurs à Londres et Genève et plusieurs anciens ministres ont dénoncé « la situation catastrophique causée par l’alliance impie des Saleh-Houthis et leur coup de force contre le gouvernement démocratiquement élu. » Et de l’autre côté, Human Rights Watch appelait les Nations Unies à constituer une commission d’enquête sur les crimes de guerre. Il y a de quoi faire sachant que les bombardements ont détruit la quasi-totalité des hôpitaux et dispensaires, provoquant une épidémie de choléra sans précédent...

***

→Le conflit entre le Qatar et ses voisins rebondit aussi jusqu’à Genève. La semaine dernière, l’Arab Federation for Human Rights établie à Genève attaquait le Qatar à propos de la Coupe du monde de foot en 2022, qualifiée de « honte mondiale » à cause des mauvais traitements infligés aux travailleurs immigrés et de toutes sortes de violations supposées des droits de l’Homme. A quoi le Qatar, en butte à l’hostilité de ses voisins depuis quelques mois, rétorque, avec l’aide du Centre indépendant de recherches et d’initiatives pour le dialogue (CIRID), lui aussi établi à Genève, en organisant une table ronde aujourd’hui à l’ONU sur le thème de « la crise des médias du Moyen-Orient : menaces, violence et censure. » Le même jeu se joue à l’échelle planétaire entre Etats-Unis, Russie, Chine, Syrie ou Iran, dont les gouvernements et les ONG se jettent les violations mutuelles des droits de l’Homme à la figure. A chacun de tirer les conclusions qui s’imposent…

Commentaires

Bien vu, Guy, merci de ce sujet.

S’habituer au « deux poids-deux mesures », c’est renoncer à tout esprit critique.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/10/2017

"provoquant une épidémie de choléra sans précédent..."

Il faudrait se poser la question sur l'origine de cette épidémie. Est-ce une épidémie d'origine "naturelle" ou humaine? Les armes biologiques n'ont pas été détruites partout...

Écrit par : Daniel | 02/10/2017

"les bombardements ont détruit la quasi-totalité des hôpitaux et dispensaires, provoquant une épidémie de choléra sans précédent..."
Il n'y a pas de relation de cause à effet entre destruction des hôpitaux et provocation d'une épidémie de choléra. L'hôpital peut être un facteur aggravant vu le caractère contagieux de tout ce qui sort d'un malade du choléra. Dans tous les cas où l'on veut organiser la lutte contre le choléra, on construit des structures à part...
Le choléra provient principalement de l'ignorance. Présent dans les poissons, le vibrion se retrouve sur les couteaux de cuisine qui vont aussi s'occuper de la salade, sur les planches de découpe. Personne n'apprend cela aux masses populaires...

Écrit par : Géo | 03/10/2017

Les commentaires sont fermés.