18/04/2018

« Il faut détruire la Russie »

« Delenda est Carthago », « Il faut détruire Carthage ! » C’est ainsi que Caton l’Ancien appelait les Romains à détruire une fois pour toutes leur adversaire séculaire, la république phénicienne qui gênait leur expansion impériale en Méditerranée. C’est exactement le même refrain qu’entonnent aujourd’hui contre la Russie les néoconservateurs, les démocrates impériaux américains et leurs alliés européens.
En 1991, l’Occident avait cru avoir gagné la Guerre froide contre le bloc soviétique, ainsi que l’avait proclamé le président Bush Père, laissant la voie libre aux Présidents Clinton et Bush Fils pour bombarder la Serbie, l’Afghanistan et l’Irak, tandis que MM. Obama et Sarkozy poursuivaient le travail avec succès en Lybie mais plus difficilement en Syrie. Car les uns et les autres n’avaient pas anticipé la capacité de la Russie à se reconstruire ni celle de la Chine à émerger comme future première économie mondiale.
Or les Etats-Unis, et l’Europe dans leur sillage, n’arrivent pas à faire le deuil de leur hégémonie, ou de leur hyperpuissance selon le mot d’Hubert Védrine. L’élection surprise de Trump a grippé ce mécanisme bien huilé mais, comme on peut le constater, elle ne changera pas la donne : chaque velléité du président américain de vouloir parler avec Moscou est aussitôt suivie d’une « affaire » qui vient l’empêcher de mettre son plan à exécution.
C’est dans ce contexte qu’il faut placer l’hystérie contre l’ingérence supposée et jamais prouvée de la Russie dans les élections américaines et la victoire du Brexit, et plus récemment, l’affaire de l’empoisonnement des Skripal montée en épingle par la Grande-Bretagne et les bruits de guerre aussitôt déclenchés aux Etats-Unis et en France après une attaque présumée au gaz dans le dernier fief rebelle de la Ghouta syrienne.



Et c’est aussi dans ce contexte qu’il faut interpréter les vagues ininterrompues de sanctions économiques et diplomatiques prises contre Moscou. Tout comme la destruction de la concurrence potentielle représentée par les BRICS depuis quatre ans avec la neutralisation de l’Inde et le coup d’Etat légal mené par les juges brésiliens contre Dilma Roussef et Lula.
Depuis quelque semaines, et surtout depuis que le président russe a été réélu avec un soutien populaire jamais égalé par un président élu occidental, cette guerre larvée a atteint un nouveau niveau. Le dernier train de sanctions, qui touche cette fois des entreprises privées russes comme Rusal et plus seulement des entreprises d’Etat, vise à mettre l’économie russe à genoux. De même, le renvoi de diplomates suite à l’affaire Skripal a élargi le domaine des sanctions aux relations internationales, ce qui est à la fois nouveau et très dangereux pour le maintien du dialogue. Enfin, il faut s’attendre à ce que la dernière attaque de gaz prêtée au gouvernement syrien serve de prétexte à une riposte armée violente contre Damas. A deux mois de l’importante coupe de monde de foot en Russie, il est exclu de laisser ce pays transformer cette fête populaire en possible triomphe pour le pays hôte. Tout sera fait pour la saboter, sous les prétextes les plus divers, soyons-en sûr.
Par paresse intellectuelle, on parle de nouvelle guerre froide pour décrire ce processus funeste. Mais c’est une illusion d’optique car la guerre froide opposait deux mondes aujourd’hui disparus, l’Amérique et l’Union soviétique de 1945, avec deux visions, deux modèles, deux idéologies opposées et concurrentes. Aujourd’hui, si l’on en croit la nouvelle doctrine militaire américaine rendue publique en février dernier, il s’agit de contenir par tous les moyens la montée en puissance de la Chine en brisant l’axe Moscou-Pékin qui a survécu à la tentative de casser les BRICS.
Annihiler la puissance russe et démanteler la Russie est un voeu très ancien, qui remonte à Napoléon. Dans les années 1990, il a été théorisé par Zbignew Bzrezinksi et partiellement réalisé avec la sécession de l’Ukraine suite aux manifestations de Maidan en février 2014. Pour Washington, la Russie est en effet vue comme le maillon faible de l’alliance russo-chinoise, à cause de son économie très vulnérable. C’est donc sur ce terrain que va se jouer l’essentiel de la bataille. La parité stratégique retrouvée de la Russie face aux Etats-Unis devrait nous mettre à l’abri d’aventures militaires catastrophiques et limiter les dégâts à des escarmouches. C’est du moins ce qu’il nous faut espérer…

Commentaires

Un vif merci pour votre article qui décrit si bien la situation en vous donnant la peine de prendre en compte le maximum d'éléments possibles.
Ce qui m'effare, c'est à quel point des dirigeants peuvent brandir un élément isolé comme le drame Skripal pour un faire un prétexte d'une attaque armée sur un pays déjà bien blessé. De plus, pour Macron qui prétend lutter contre la dette, cette aventure de son armée aurait coûté 12 millions d'euros, alors que la SNCF en aurait bien besoin pour se redresser...

Écrit par : Marie-France de Meuron | 18/04/2018

J'avoue mon incompétence. Mais il m'est impossible de trouver une explication plausible à cette attaque de la France, le RU et les US, quelle que soit l'excuse. Et du coup je me dis qu'il est dorénavant impossible d'obtenir des informations crédibles et qu'il devient de plus en plus urgent de développer des outils décentralisés pour communiquer.
C'est la planche de salut d'un journalisme qui osera le vrai plutôt que le sensationnel car la réalité n'a rien à envier à la fiction. Et pour ceux qui ont vraiment besoin de se faire mousser, le virtuel devient tellement réaliste qu'il devrait suffire pour générer la chimie dans le corps et éprouver les sensations fortes sans subir les effets secondaires des substances.

Écrit par : Pierre Jenni | 18/04/2018

@Pierre
Il y a ce journaliste américain qui a essayé une autre approche professionnelle dans ce contexte.
Il est courageux de témoigner ainsi dans son pays juste après les frappes.

https://reseauinternational.net/un-journal-americain-oan-a-douma-en-syrie-aucune-attaque-darmes-chimiques-na-eu-lieu/


Un autre arrivé d'Angleterre a fait pareil. Chacun avec sa sensibilité

https://www.independent.co.uk/voices/syria-chemical-attack-gas-douma-robert-fisk-ghouta-damascus-a8307726.html

En tous cas, ils ont renoué simplement avec le travail de terrain et cela donne une autre chanson, un autre ton.

Écrit par : aoki | 18/04/2018

Ben Aoki!? C'est tout ce que vous avez comme sources!? Allez-vous faire comme Marie-France de Meuron nous donner cette fake news du même lien financé par Bachar el-Assad! :

https://reseauinternational.net/netanyahou-prendra-t-il-le-risque-de-reveler-lun-des-plus-vils-secrets-disrael-jonathan-cooks-picture/

Le Réseau Voltaire pour la liberté d'expression est une association à but non lucratif française, fondée en 1994 au Parlement européen et dissoute en 2007. …..Au début des années 2000, elle se présente comme « réseau de presse non-alignée »1. À partir de 2002 et de la publication du livre L'Effroyable Imposture par son président Thierry Meyssan, le Réseau Voltaire se fait le diffuseur des théories du complot sur les attentats du 11 septembre 2001. L'association est dissoute en France en 20072, et installe ensuite ses moyens médiatiques au Liban. Le Réseau Voltaire prend alors officiellement le nom de Réseau Voltaire Internationa. Thierry Meyssan - négationniste, antisémite,exilé en Syrie - devient politiquement proche de l'Iran, du Hezbollah et du gouvernement syrien de Bachar el-Assad.

En 2011, selon Pierre Haski, le général Manaf Tlass, proche de Bachar el-Assad, s'occupait d'organiser « la bataille de l’information dans le monde » notamment en finançant le Réseau Voltaire de Thierry Meyssan67

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_Voltaire

Écrit par : Patoucha | 18/04/2018

Mister May, l'époux de l'infâme Theresa, investi à hauteur de ...


... 10.39 percent of Lockheed Martin
... 5.12 percent of Boeing
... 9.85 percent of oil giants Royal Dutch Shell


https://theswamp.media/how-philip-may-s-company-benefits-from-the-syria-strikes-lockheed-martin-the-jassm-and-the-capital-group

Écrit par : Chuck Jones | 18/04/2018

La Russie se détruit elle-meme car apres Poutine, qui commence a se faire vieux, c`est le chaos assuré. C`est le grand inconvénient des régimes fondés tout entier sur un "homme fort". De plus, ceux qui n`arretent pas de menacer la Russie ont réussi a ce qu`une grande partie des revenus de l`État soient versés dans le gouffre sans fond de l`armement au lieu d`etre utilisés a développer l`économie. Personnellement, j`ai du respect pour Poutine mais je crains qu`il n`ait échoué or sans une Russie indépendante la paix entre l`Occident et la Chine deviendra menacée.

Écrit par : JJ | 19/04/2018

Bien dit, cher Monsieur Mettan! Vous avez vu juste. Vous pourriez aussi ajouter, que la majorité de nos médias comme la Tribune de Genève, Le Matin, et bien sûr la RTS participent à cette propagande, car ils sont les braves laquets des mondialistes qui tirent les ficelles. Dans le même état d'esprit on a vu ces derniers temps une large campage anti-Orban dans ces mêmes médias.

Écrit par : legaston | 19/04/2018

Ce qu'on peut regretter, c'est que les USA, au lieu de jouer un rôle positif suggéré par Poutine dans le jeu de la répartition des forces dans le monde, préfèrent ce sempiternel déséquilibre inhérent à ses pugnaces velléités d'hégémonie. La fin de l'imperium américain ressemble à la chute de d l'Empire Romain décrit par Edward Gibbon.

Mais que penser de Macron qui se pense Jupiter mais qui s'auto-discipline en rentrant dans les rangs face au monde anglo-saxon de la guerre?
La France, après avoir perdu son honneur, a perdu son autonomie et sa souveraineté. A présent elle perd, avec ses dernières "frappes-à-dingue", sa crédibilité. En seulement quelques mois, la France est devenue insignifiante.

Voici une interview de Caroline Galactéros qui vient compléter l'excellent constat de Guy Mettan.

http://www.france-irak-actualite.com/2018/04/frappes-francaises-en-syrie-elles-contribuent-a-retarder-le-processus-de-paix.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Écrit par : Beatrix | 19/04/2018

Mauvaise pioche Patoucha, si vous laissiez de côté vos à priori, vous auriez constaté que le lien en question contenait le témoignage au journal de One America News Network OAE, journal conservateur s'il en est. En l'occurrence la vraie fake news c'est de laisser penser qu'il s'agirait de fake news.
Rien que pour vous le lien direct

http://www.oann.com/watch-pearson-sharp-refutes-msm-reports-of-chemical-weapons-attack-in-douma/

Quant à l'autre lien, il était directement à la source, le journal anglais The Independent.

Pas de mauvaise foi, ou de procès d'intention please

Écrit par : aoki | 19/04/2018

Excellent article M. Guy Mettan et Chapeau bas. Rien à ajouter.
Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 19/04/2018

Patoucha, Réseau International n'est pas Réseau Voltaire: ne pas confondre, svp.

Écrit par : Madelaine | 20/04/2018

Camarade Guy, je n'ai pas la chance comme vous d'être citoyen de la Grande Russie, mais je l'aime de tout mon coeur moi aussi. Et je pleure de voire avec quel mépris notre mère est traitée par les fantoches impérialistes ! Le désir des russes, et de Poutine ? la Paix et la Prospérité. Le désir des occidentaux ? conserver leur hégémonie mondiale militaire et économique, et asservir les peuples à leur culture païenne, celle de l'argent tout puissant ! Mais de moins en moins d'entre nious sont dupes de ce système: un jour, nous aussi les peuples d'Europe nous dresserons contre la dictature des USA et de la soit disant "Union" Européenne. Puisse la Russie nous aider dans cette tâche, par la dissémination d'une information juste et fiable pour contrer la monstrueuse propagande des soit-disant puissances occidentales ! Pour la paix et la (vraie) démocratie, longue vie à la sainte Russie et son guide perpétuel, Vladimir Poutine !

Écrit par : Laurent Jolissaint | 20/04/2018

Heureusement que la Russie a pris son droit et son devoir d être la vraie et la plus honnête 2ème puissance mondiale. Désormais, il faut passer Moscow n en dépalaise à quelques une et qu on le veuille ou non, c est ainsi!

Le Monde bipolaire est, enfin, en bonne voie et espérons que nos enfants ne verront plus la calamité des guerres des USA et de leurs alliés : 218 guerres USA extra territoriales pendant leurs 250 ans d existence...en commençant par faire la peau aux peaux rouges puis en passant par leur napalm au Vietnam et finissant par les 1.5 millions d irakiens assassinés dont 500 000 enfants de bas âge puis la Libye pays rendu en cendre et sud du pays devenu un hub d entrainement des terroristes, import export international avec la France qui ferme l oeil et l horreur de soutien qu ils ont apporté à Daech en Syrie..)

Espérons que le monde multi-polaire suivra pour nos enfants...

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 21/04/2018

S il faudrait détruire quelque chose, ce n est nullement la Russie mais bel et bien l hégémonie américaine criminelle et heureusement que cette affaire est en marche car comme Oscar Wilde avait dit:L Amérique est passée de la case de la barbarie à la case de la déchéance sans passer par la case civilisation. D autre part, si les USA prêchent à outrance pour la mondialisation c est à cause de l auto-dissolution de leur nation mais qui serait la règle pour toute autre nation. Mais celle là, à ce jour, Macron, entre autres, ne l a pas encore compris à ce jour ni pour demain non plus. Au fait quelle différence entre Macron et Trump? Rien sauf la couleur et la mèche des cheveux.

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 22/04/2018

On se croirait soit dans un film de Cowboy du Western soit dans un film produit par la mafia avec ces affaires de Skripal puis du chlore à Douma en Syrie!

Ce qui est frappant est que les citoyens occidentaux sont soit anesthésiés soit voire peut être euthanasiés¨

Ces films macabres se déroulent selon un scénario qui avait bien marché en Irak, pourquoi ne pas le reprendre à l infini?

Sentence tout d abord puis verdict en 2ème temps! Ne nous vivrons pas le scénario des Nazis il y a bientôt 80 ans?

Écrit par : Charles 05 | 29/04/2018

Les commentaires sont fermés.