Pourquoi je quitte le PDC

Imprimer


Je prends acte de la décision de l'assemblée des délégués du PDC qui a eu lieu jeudi soir 4 avril et tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui m'ont soutenu et au cours des 21 longues années d'engagement dans le parti. Je souhaite également plein succès aux candidats/es qui ont été sélectionnés ce soir.
Je déplore cependant la méthode peu démocratique qui a été choisie pour empêcher tout débat sur les grandes orientations du parti et le choix des candidats. Je constate aussi avec regret que le PDC Genève ne juge plus mes compétences et mes services utiles à sa cause. C'est pourquoi je ressens la nécessité de prendre du recul et de poursuivre mon engagement politique sous une autre forme. J'ai donc pris la décision de démissionner du PDC avec effet immédiat et d'entamer une nouvelle carrière de "politicien aux pieds nus", en qualité de député indépendant, sans étiquette, libre de toute attache. Je souhaite continuer à participer au débat politique local et national en prenant une part plus active dans les grands débats de société et sur les grands enjeux de notre temps (notamment en matière d'environnement), à travers mon blog, des libres opinions, des prises de position et des initiatives parlementaires.


Discours tenu jeudi soir à l'assemblée des délégués PDC

Chères déléguées,
Chers délégués,

Je suis bien conscient que c'est mission impossible, en ma qualité d'outsider, que d'essayer de vous convaincre en deux minutes de m'élire comme candidat du parti aux prochaines élections nationales.
Pourquoi persister à être candidat dans des conditions aussi pénibles?
Pour quatre raisons.
Tout d'abord, je n'avais jamais pensé me présenter à vous dans cette situation désagréable quand l'appel à candidatures a été fait à la demande de l'assemblée des délégués de décembre dernier. J'ai naïvement cru que la commission électorale allait remplir le mandat qui lui avait été demandé, à savoir examiner et proposer les candidatures reçues afin que vous puissiez choisir les 6 candidats prévus sur une liste paritaire hommes-femmes. Quand j'ai déposé ma candidature, il était impossible de savoir que la Commission électorale et la présidence allaient imposer une liste fermée à six, concoctée par elles seules, et mettre de côté les candidatures qu'elles estimaient surnuméraires comme la mienne et celle de Jacques Blondin.
J'ai aussi envie de défendre à Berne des dossiers qui me tiennent à cœur et qui ne sont pas représentés par la liste fermée retenue. A savoir la Genève internationale (plus de 3000 événements organisés dans ce cadre et des centaines d'articles publiés), le Grand Genève et les Genevois de l'extérieur, pour lesquels je me suis beaucoup mobilisé, une certaine idée de l'Europe, à propos de laquelle je vais publier un livre qui sortira dans quelques jours.
Je veux aussi défendre une vision PDC de l'environnement. Protéger l'environnement, prévenir l'effondrement de la biodiversité biologique, lutter contre le réchauffement climatique, promouvoir une agriculture saine et durable ne consiste pas à mes yeux à courir derrière les Verts pour savoir qui aura déposé en premier telle ou telle motion afin de passer à Léman Bleu. Cela implique de développer une conception construite, intégrée, et une vision propre, démocrate-chrétienne, de notre politique environnementale. Notre devoir consiste à élaborer cette politique en concertation avec nos agriculteurs et nos entrepreneurs, il faut travailler avec eux et non contre eux ou sans eux. Il s'agit de les convaincre, et de convaincre les gens du centre- droit en général, que la sauvegarde de l'environnement et du climat sont des enjeux capitaux. Si nous réussissons cela, nous aurons fait faire un grand pas en avant à notre parti et à la cause environnementale en général.
Je veux aussi défendre une liste de candidates et de candidats qui soit diversifiée (et non réduite à 3 communes sur 45) et représentative de notre parti. Le renouveau proclamé ce soir n'est pas qu'une affaire d'âge et de nouveaux visages. On sait bien que la nature fabrique du neuf avec du vieux, recycle en permanence. Pour nous qui prétendons être le parti de la famille, nous savons bien que qu'il n'y a pas d'enfants sans parents, ni de jeunes sans ainés. Voyez ce que la catastrophe qui se passe en France avec le tabula rasa qu'a voulu imposer Emmanuel Macron! Au nom de quoi faudrait-il absolument n'avoir que des candidats jamais vus auparavant sur notre liste électorale?
Enfin, je pense que dans un pays libre et démocratique, toute élection doit être libre et démocratique, y compris au sein de notre parti. Et surtout quand le nom du parti, démocrate-chrétien, incarne cet idéal de démocratie. Or j'estime qu'il n'est pas démocratique de devoir venir me présenter devant vous comme un vilain canard. Il n'est pas démocratique de présenter à vos suffrages des candidatures de façon si biaisée. Ces pratiques me sembles relever d'autres tems et d'autres régimes. Tous les autres partis, et notamment nos concurrents du PLR et nos adversaires du Parti socialiste ont laissé le choix d'élire les candidats à leur assemblée. Comment peut-on se présenter au suffrage universel des citoyennes et citoyens de notre canton si l'on a peur d'affronter le suffrage de son propre parti?
C'est la question que je pose ce soir et c'est l'une des raisons pour lesquelles je vous prie de bien vouloir soutenir ma candidature ce soir.
Merci de votre attention et de votre soutien
Lien permanent 6 commentaires

Commentaires

  • Une honte pour le PDC de vous jeter comme un vieux Kleenex! Alors que vous êtes un politicien engagé d'une compétence hors du commun. Cela éclaboussera le PDC qui, au nom du jeunisme, instaure une société clanique au lieu de défendre un idéal (à moins qu'être jeune soit devenu un idéal, mais c'est un idéal bien instable!). L'échec inscrit du PDC ne sera pas lié à son alliance avec le PLR, mais aux balles qu'il se tire dans le pied.
    Poursuivez votre précieux engagement pour la politique! Et oubliez le parti qui vous a trahi, sans rancoeur, il y a d'autres pistes à suivre...

  • Cher Guy, je te souhaite bon vent pour tes combats futurs. Mais l’épreuve que tu traverses ne te rappelle pas une autre à la fin du siècle dernier ?

  • Cher Guy,

    Te lire rend amère si l’on considère l’exclusion de laquelle tu es victime.

    Mais te lire prêt au combat politique quelles qu’en soient les embrouilles et autres chausse-trappes, laisse la porte ouverte à l’espoir de vivre dans une véritable démocratie.

    Je te souhaite de tout coeur de conserver cette énergie qui t’anime. Elle a contribué à nombre de tes succès et réussites.

    Bon vent, Guy!

  • Cher Guy,

    Je pense pour ma part que tu avais à peu près autant ta place au PDC que Dick Marty au PLR, pour les mêmes raisons ou presque. Comme en témoigne également la géopolitique mondiale, l’indépendance et la dignité ne sont pas des valeurs cotées en bourse…

    Bon courage

  • Cher Guy, je partage ton indignation et ressens de la colère face à ce comportement. Cependant je ne m'inquiète pas pour ton avenir politique car j'ai eu plusieurs fois l'occasion de constater l'aura que tu avais et le profond respect qu'avait tes nombreux lecteurs pour toi et tes idées. Alors bonne chance et surtout ne laisse pas Genève orpheline de ton engagement!

  • Cher Guy,
    Absent de Genève jusqu'à l'instant, je ne connaissais pas les détails de cette situation ubuesque.
    La lecture de ton blog m'éclaire plus sur la pratique. S'agissant de luttes intestines et n'étant pas un bon gastroentérologue politique, je préfère me contenter de l'observation de l'aspect cutané de cette irritation.
    Etant relativement bien placé pour disserter des divergences de point de vues, je dirais seulement qu'il est toujours difficile d'être le poil à gratter lorsque, pour masquer des lézardes plus profondes, les pontes d'un parti préfèrent se préparer à des défaites plutôt que d'avoir le courage de tenter des traitements alternatifs. Le discours environnementaliste et non pas écologique version pastèque fait partie des réorientations que doivent opérer les appareils de boutiques politiques. Genève n'échappe pas à ce questionnement, pas plus que les partis politiques, à fortiori s'ils ont une responsabilité gouvernementale.
    C'est de tout ce bagage politique dont le PDC semble vouloir se passer ce qui est à la fois incompréhensible et consternant.
    Mais que veux-tu, il en va des arcanes de la politique comme de la culture des champignons de Paris, seule l'obscurité leur permet de croitre. Comme tu es plutôt un homme de lumière, il est logique que les ténébreux se vengent de toi.

    Pour ce qui me concerne tu reste un formidable parlementaire, dont je ne partage certainement pas toutes les vues mais dont j'apprécie l'ouverture au dialogue pour tendre à la construction d'un consensus.

    Bravo pour ton courage et à très vite.
    Cordialement,
    Patrick-E. Dimier, député

Les commentaires sont fermés.