• Le droit international est mort. Les Etats-Unis l’ont tué

    Imprimer

    de l’homme et le droit international étaient l’apanage exclusif des Etats-Unis et des grandes républiques occidentales qui s’étaient donné pour mission de les défendre contre leurs ennemis, les régimes autoritaires, les nationalistes, les mollahs. Avec l’arrivée de Donald Trump, on joue désormais à front renversé : c’est Xi Jinping qui défend la liberté du commerce contre les taxes douanières américaines et ce sont les très décriés membres de l’Axe du Mal, Chine, Iran, Russie, Cuba, Venezuela qui se mettent à promouvoir le multilatéralisme, le droit des gens et l’ONU contre la démolition de l’ordre international construit à grand peine après les deux guerres mondiales.
    La place de Genève, cœur du dispositif multilatéral international, est évidemment la première à en souffrir. L’OMC, dont le système de règlement des conflits est bloqué depuis des années par le refus des Etats-Unis de remplacer les postes de juges vacants, ne peut plus fonctionner, et encore moins envisager les réformes nécessaires au développement équilibré du commerce international. Le Conseil des Droits de l’Homme, organe créé et voulu par les Occidentaux qui avaient fait des droits de l’Homme l’alpha et l’oméga de leur politique étrangère, est désormais déserté par la première puissance mondiale.
    Le reste est à l’avenant, de la santé, avec les grandes fondations américaines imposant leur agenda sanitaire en Afrique sans aucune concertation avec les pays concernés, à la propriété intellectuelle, détournée afin de protéger les brevets, patentes et autres marques des grandes multinationales au détriment des pays du sud dont on pille la biodiversité.
    Depuis Bush et Obama, et surtout depuis Trump, cette politique du fait accompli atteint des sommets inégalés. Désormais, l’art de la diplomatie occidentale se résume à une politique de la canonnière (attaques, bombardements et exécutions à distance par drones télécommandés) et de sanctions économiques arbitraires décidées en violation du droit international. L’internationalisation par la force du droit américain à l’ensemble de la planète sous le prétexte d’utilisation du dollar ou de services en est un autre exemple. La Suisse, qui a dû s’agenouiller devant les Etats-Unis, en a fait l’amère expérience avec l’abolition du secret bancaire et le renoncement à tous ses avantages comparatifs. En principe, les sanctions économiques relèvent du droit de la guerre, et non de la paix. Désormais, elles font partie de la panoplie habituelle de la diplomatie. Chaque semaine le Congrès ou l’Administration durcissent, ajoutent, complètent l’arsenal des sanctions contre les pays récalcitrants.

    Lire la suite

    Lien permanent 6 commentaires
  • Pourquoi je quitte le PDC

    Imprimer


    Je prends acte de la décision de l'assemblée des délégués du PDC qui a eu lieu jeudi soir 4 avril et tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui m'ont soutenu et au cours des 21 longues années d'engagement dans le parti. Je souhaite également plein succès aux candidats/es qui ont été sélectionnés ce soir.
    Je déplore cependant la méthode peu démocratique qui a été choisie pour empêcher tout débat sur les grandes orientations du parti et le choix des candidats. Je constate aussi avec regret que le PDC Genève ne juge plus mes compétences et mes services utiles à sa cause. C'est pourquoi je ressens la nécessité de prendre du recul et de poursuivre mon engagement politique sous une autre forme. J'ai donc pris la décision de démissionner du PDC avec effet immédiat et d'entamer une nouvelle carrière de "politicien aux pieds nus", en qualité de député indépendant, sans étiquette, libre de toute attache. Je souhaite continuer à participer au débat politique local et national en prenant une part plus active dans les grands débats de société et sur les grands enjeux de notre temps (notamment en matière d'environnement), à travers mon blog, des libres opinions, des prises de position et des initiatives parlementaires.

    Lire la suite

    Lien permanent 6 commentaires