• Pourquoi Planète bleue

    Imprimer







    Première étape
    Tour du Valais à pied
    23 juillet 2019
    LE PAS FAIT LE CHEMIN. C’est avec ce viatique que je commence mon tour du Valais à pied et en solitaire. Cette formule a guidé toute ma vie et je compte bien m’en inspirer pour affronter les difficultés et maux divers qui m’attendent sur cette longue route. Ça fait quelques années que je marine ce projet de renouer avec mon canton d’origine, la nature et les montagnes, en retrouvant des sensations perdues depuis l’enfance. Le moment est venu de passer à l’action, avec une petite pointe de trac quand même: serais-je capable de marcher 5 à 8 heures par jour sur des pentes aussi raides? On est loin du petit jogging hebdomadaire! L’idée est de partir de la frontière française au bord du Lac Léman et de remonter la vallée sur la rive gauche jusqu’à la Furka et de la redescendre côté bernois jusqu’à Morcles, en deux étés et une cinquantaine de journées. Objectif 2019: une vingtaine d’étapes, de Saint-Gingolph au Val d’Anniviers.
    Parti de Saint-Maurice, le train arrive en gare de Saint-Gingolph vers 9h, descente au bord du lac, selfie, visite au Monument aux morts, en mémoire des fusillés et de l’incendie du village français du 23 juillet 1944 par les SS d’Annemasse, dont on fête le 75e anniversaire de la tragédie aujourd’hui même. La solidarité franco-suisse avait alors joué à fond et la grande majorité des familles française avait alors été accueillie en Suisse avant l’arrivée des troupes allemandes.
    Montée le long de la Morge par le chemin et la route ombragée du Frenay, côté suisse, avec arrêt aux nombreuses fontaines d’eau fraîche. Novel est sur la droite. A midi, arrivée à l’alpage de l’Au de la Morge. Échange avec les employés: la fromagère, qui doit être portugaise, et deux jeunes gens, un Espagnol et un Roumain, qui s’occupent des bêtes. Je leur achète un fromage d’alpage frotté au marc et un verre de limonade pour accompagner mon bivouac. Je leur explique que j’avais campé ici même au début des années 1970, il y a une cinquantaine d’années, avant de nous lancer à l’assaut des pointes savoyardes, juste en face! On était en juin, il faisait frais et humide, et on ne parlait pas de canicule!
    Depuis début juillet, la chaleur et la sécheresse frappent si fort que les propriétaires hésitent à redescendre, faute d’eau et d’herbe. Les bêtes se sont d’ailleurs mises au frais dans la forêt. Difficile de comprendre ceux qui nient le réchauffement climatique et qui ergotent pour savoir s’il est d’origine humaine ou naturelle. Vu d’ici, peu importent les causes, influence des taches solaires ou émissions industrielles de CO2, les effets sont les mêmes et les dégâts sur les sapins qui crèvent de soif et les herbages qui roussissent en début d’été déjà, très inquiétants.
    La montée au col de la Croix est raide et le soleil tape fort. Pauses pour boire en chemin, discussion avec une jeune Française de Nangy, absolument ravissante mais fort légèrement équipée, qui redescend, malheureusement... Arrivée au Col de La Croix puis à Lovenex et son petit lac vert, avec vue échancrée sur le Lac Léman et Montreux: magique! Puis montée au Pas de Lovenex et longue descente sur Tanay par l’alpage de Loz, face aux Cornettes de Bise.
    Ma crampe à la jambe droite me fait horriblement mal à la descente.
    Enfin arrivé à Tanay, le premier hôtel affiche complet mais le second, la Vouivre de Nicole Niquille, est encore libre. L’hôtesse, Esther, me reconnaît. Nous nous étions rencontrés à Sarajevo en 1993 lorsqu’elle était au CICR et que je visitais la ville en guerre avec une délégation de journalistes et d’intellectuels français. Son mari, cuisinier, a étudié au Collège des Missions du Bouveret, tout comme moi. Le chalet a conservé son petit air népalais, avec ses drapeaux de prière et ses petites recettes himalayennes. Nicole a émigré du côté de Fribourg, où elle tient toujours des restaurants d’alpage, et continue à soutenir son hôpital au Népal, mais son esprit reste.
    Baignade dans le lac, juste frais comme il faut: un vrai délice après ces six heures de marche, avant de prendre le repas, excellent d’ailleurs, sur la terrasse aux grosses tables de bois, face au lac. Que du bonheur, dirait un ancien conseiller d’Etat genevois!
    A 21h, la terrasse se vide et les randonneurs partent se coucher tandis que les habitués font la fermeture...

    Lien permanent 6 commentaires