28/09/2010

Une grande page russe se tourne à Genève

Prolongé d’année en année depuis trois ans, le mandat de Sergei Ordzhonikidze à Genève risque bien de prendre fin en mars prochain. En poste depuis 2002, le directeur de l’Office des Nations Unies avait succédé à son compatriote Vladimir Petrovski. Grâce à eux, la Russie aura dirigé l’ONUG pendant une vingtaine d’années et assuré une transition harmonieuse du siège européen de l’ONU du monde de la guerre froide à celui de la mondialisation. La Russie vient en effet d’obtenir la direction de l’Office des Nations Unies à Vienne, ce qui, en vertu des subtils équilibres propres à l’ONU, ouvre la direction genevoise à un autre pays. A qui échoira-t-elle ? La France et l’Italie sont sur les rangs.

Encore un mot pour souhaiter un bon anniversaire à un autre ami russe de Genève : l’ambassadeur Valery Loshchinin a en effet fêté ses 70 bougies ce week-end. Avec 45 ans de carrière diplomatique derrière lui, l’ancien premier ministre adjoint des affaires étrangères russe est sans conteste le vétéran des diplomates en poste à Genève. A tous les deux, Genève peut être reconnaissante.

 


 

Lire la suite

08/09/2010

L’immigration, problème mondial No 1

Sous l’influence des économistes et des banquiers, l’establishment planétaire garde les yeux braqués sur les indices boursiers : reprise en V, W ou L, telle est la grande question du moment. Loin de moi l’idée de nier l’importance de l’économie et la nécessité d’une reprise durable. Pourtant, le problème numéro Un, celui qui hante les esprits depuis vingt ans sans qu’on ne lui accorde jamais l’attention qu’il mérite est ailleurs: c’est celui de l’immigration.

En août dernier au forum Ringier de Locarno, l’ancien commissaire européen Jacques Barrot l’a rappelé. Et les polémiques qui agitent ces-jours ci la France autour du renvoi des Roms et des criminels naturalisés, la Belgique et son éclatement annoncé, l’Allemagne avec le pamphlet de Thilo Sarazin contre les quatre millions de musulmans immigrés qui refuseraient de s’intégrer, les Etats-Unis avec l’installation d’une mosquée à Ground Zero et le blocage d’une loi anti-immigrés par Barack Obama en Arizona, sont autant de symptômes d’un mal endémique qui peut à tout moment éclater en pandémie grave.

Lire la suite

31/08/2010

Bons sauvages et mauvais civilisés

Rousseau gravure aime ton pays.jpgEn 2012 on fêtera le 300e anniversaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau. A Genève et ailleurs dans le monde se mettent en place des comités et des initiatives pour commémorer celui qui fut l’un des plus grands penseurs que la Suisse ait jamais enfanté. Ce n’est que justice, tant sont devenus grands l’oubli, les malentendus, voire le mépris qui frappent sa pensée.

Sa critique sociale radicale, à commencer par son discours sur les origines de l’inégalité qui en fit l’un des inspirateurs de la révolution française avec les autres rédacteurs de l’Encyclopédie, lui a valu un large ostracisme de la bourgeoisie et des intellectuels qui en étaient proches.

Lire la suite

11:15 Publié dans Philosophie | Tags : rousseau | Lien permanent | Commentaires (1)

08/08/2010

Dunant-Moynier, les deux facettes du génie genevois

dunant moynier.pngMerci à Roger Durand, François Bugnion et à toute l'équipe de l'Association Dunant-Moynier de me donner l'occasion de vous adresser quelques mots à l'occasion de cette journée importante pour tous les membres et amis du mouvement Croix-Rouge qu'est le 8 mai, journée internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. En ma double qualité de président du Grand Conseil de la République et canton de Genève et de président de la Croix-Rouge genevoise, j'en suis doublement heureux.

Lire la suite

02/08/2010

Une région, deux traditions nationales, un même esprit

mettan à Compesières.pngBienvenue à cette célébration du 719e anniversaire de notre pays. Je tiens en effet à vous dire tout le plaisir et le grand honneur que vous m'avez faits en m'invitant à venir célébrer avec vous ce soir notre fête nationale. Pour nous Suisses, qui avons mis près de 600 ans pour nous mettre d'accord sur la date d'une fête nationale commune à tous nos cantons et plus de 700 ans avant de la déclarer jour férié sur l'ensemble du territoire, le 1er août est le fruit d'une longue, très longue maturation du sentiment national. A nos yeux - et nous avons bien raison de penser ainsi ! -  cet attachement volontaire et patiemment construit au fil des siècles est unique et n'exige pas de grands fastes. C'est pourquoi nous nous contentons en général d'une fête modeste. (discours prononcé le 31 juillet à Bardonnex et le 1er Août à Nyon)

Lire la suite

20/07/2010

Russie-OMC : à l’Europe de jouer

En juin 2009, lassée par 15 années de négociations infructueuses avec l’Organisation Mondiale du Commerce, la Russie avait riposté en rappelant ses négociateurs et en créant une Union douanière avec la Belarus et le Kazakhstan. Un an après le climat a changé, les discussions ont repris et le président Obama a officiellement apporté son soutien à la candidature russe à l’OMC. Reste à convaincre les Européens, divisés et prisonniers de leurs préjugés anti-russes.

 

Si elle accède un jour à l’Organisation mondiale du commerce, la Russie pourra se targuer d’avoir remporté la palme des négociations les plus longues de l’histoire de l’OMC. Commencées en 1995, cinq ans avant le fameux cycle de Doha, les premières discussions ont traîné en longueur, tantôt empêchées par des vetos politiques qui ne voulaient pas dire leur nom, tantôt freinées par des oppositions internes à l’économie russe et au Kremlin. De guerre lasse, Vladimir Poutine a donc annoncé, en juin 2009, qu’il suspendait les négociations de Genève. Le 17 juillet, la création d’une Union douanière avec le Kazakhstan et la Belarus est proclamée, avec entrée en vigueur au 1er janvier 2010. Prudent, le président Medvedev garde toutefois la porte entrouverte et précise que les négociations avec l’OMC pourront se poursuivre par le biais de l’Union douanière et que celle-ci, comme le prévoit d’ailleurs l’OMC, pourrait devenir membre de l’organisation en tant que telle.

 

Lire la suite

14/07/2010

Vive le 14 Juillet et le 1er Août!

mettan annemasse 14 juillet 2010 duppessey Limon.pngDiscours prononcé le 13 juillet à l'aérodrome d'Annemasse à l'occasion des fêtes du 14 juillet [cliquer sur la photo Bénédicte Limon pour l'agrandir]

 

Monsieur le Maire d’Annemasse, cher Christian,

Monsieur le Syndic de Nyon, cher Daniel,

Mesdames et Messieurs les élus de Haute-Savoie,

Citoyennes et citoyens d’Annemasse, chers amis,

 

Je tiens d’abord à vous dire de tout le plaisir et le grand honneur que vous nous avez faits en nous invitant, nous autres citoyens suisses, à venir célébrer avec vous ce soir la Fête nationale française. Pour nous Suisses, qui avons mis près de 600 ans pour nous mettre d’accord sur la date d’une fête nationale commune à tous nos cantons et plus de 700 ans avant de la déclarer jour férié sur l’ensemble du territoire suisse, le 14 juillet est en effet un must absolu. A nos yeux, c’est sans aucun doute ce qui se fait de mieux au monde en la matière. Chaque année, du Président de la République au plus humble maire de village, du citoyen le plus riche au plus pauvre, du plus âgé au plus jeune, toute la France se retrouve pour commémorer les valeurs fondatrices et universelles de la République : Liberté-Egalité-Fraternité.

 

Lire la suite

06/07/2010

Un 14 Juillet et un 1er Août tous ensemble

Comment donner de la chair, du corps et une âme à la région franco-valdo-genevoise en gestation ? Cette question avait préoccupé les participants aux premières assises transfrontalières du 4 juin dernier. Les femmes et les hommes de vivent pas que de pain, de routes ou d’argent, ils ont aussi besoin de symboles.

Réponse : en commençant par fêter ensemble les fêtes nationales, le 14 Juillet et le 1er Août. J’en ai suggéré l’idée au maire d’Annemasse, Christian Dupessey, et au syndic de Nyon, Daniel Rossellat, qui ont aussitôt accepté l’idée. Aussitôt dit, aussitôt fait, et c’est ainsi que le 13 juillet prochain (Annemasse fête le 14 juillet la veille au soir), Genevois et Nyonnais iront déposer une gerbe au Monument au Morts d’Annemasse et ouvrir le bal à l’aérodrome d’Annemasse et que le 1er Août, Robert Borrel, ancien maire d’Annemasse, nous rejoindra à Nyon pour commémorer la fête nationale suisse.

Genève, Nyon, Annemasse, le symbole des Trois Suisses se trouve renouvelé et rajeuni pour l’occasion ! On peut aussi creuser la symbolique et donner à ce geste la signification que l’on voudra: la synthèse de l’esprit révolutionnaire français et de l’amour de la stabilité suisse, l’alliance de la liberté-égalité-fraternité avec le « un pour tous, tous pour un » helvétique, le dynamisme économique genevois (yang) et le réservoir territorial et démographique français (yin)…

Voilà quelques idées à creuser pour redonner force et vigueur à nos deux traditions nationales respectives. Donc n’hésitez pas à venir fêter avec nous, le 13 juillet à Annemasse et le 1er août à Nyon. Et pour celles et ceux qui ne pourraient ou ne voudraient pas se déplacer à Annemasse ou à Nyon, rendez-vous à Bardonnex le 31 juillet à 22h pour la lecture du Pacte de 1291 par le Maire Alain Walder et le discours de votre serviteur.

Bon été et bonnes vacances à toutes et à tous.

05/07/2010

Huis clos, le texte intégral

La décision du Grand Conseil de traiter à huis clos une motion du MCG il y a quinze jours a fait couler beaucoup d'encre. De même que la publication d'un communiqué et la lecture d'une déclaration de ma part à l'issue du vote. Je vous les livre intégralement. Chacun pourra ainsi juger sur pièce, et non sur les propos malveillants et autres déformations partisanes, que certains ont cru bon ajouter (GM. 5 jullet 2010)

Lors de sa séance de nuit, le Grand Conseil a décidé de traiter à huis clos la motion 1896 figurant au point 29 de son ordre du jour.

 

Considérant que la crise avec la Libye n’était pas terminée suite à la décision de créer un tribunal arbitral à Berlin, la majorité des partis du Grand Conseil a en effet estimé que le prix humain et politique payé dans cette affaire était déjà suffisamment lourd. Elle a donc voulu éviter que de nouvelles gesticulations publiques ou des déclarations inadéquates viennent compromettre la recherche d’une solution à la crise. Elle rappelle enfin que le Grand Conseil, en vertu de l’article 128 de la Constitution genevoise, n’est pas compétent pour traiter des affaires internationales.

 

A l’issue de ses débats, le Grand Conseil a rejeté la motion 1896 à une très large majorité.

 

Conformément aux obligations imposées par le huis clos, le Grand Conseil ne communiquera aucune autre information officielle à ce sujet et décline toute responsabilité pour des communications émanant de députés ou de groupes qui pourraient être faites en violation de l’obligation du huis clos.

 

Lire la suite

30/06/2010

Les métiers du bâtiment en grande forme

Discours prononcé à l'occasion de la pose de première pierre du centre de formation dela Fondation Avenir Bâtiment à Pont-Rouge le 24 juin 2010

 

Il y a exactement 7 mois, nous inaugurions la dernière Cité des Métiers dans la laquelle votre fédération exposait aux futurs apprentis les innombrables facettes des métiers du bâtiment. Vous aviez alors montré le rôle important que vous jouiez non seulement comme créateurs d’emplois dans notre canton mais aussi comme formateur des jeunes.

 

Aujourd’hui, vous allez encore plus loin, en construisant le premier bâtiment entièrement dévolue à la formation professionnelle et à la formation continue de l’ensemble des métiers de la construction. A côté de la formation technique, vous avez souhaité aussi mettre l’accent sur la formation en matière d’hygiène et de sécurité. L’accident tragique du Pont de l’Ile nous rappelle en effet, à nous autres qui vivons douillettement à l’abri de nos bureaux, que vous exercez des métiers dangereux. A côté de votre centre de formation, vous allez aussi accueillir des studios et divers services pour les jeunes en formation, telle que la Fondation officielle de la jeunesse. C’est un geste d’ouverture à souligner, tellement il devient difficile pour les jeunes de s’insérer dans la vie professionnelle.

 

C’est donc un engagement impressionnant, emblématique, que vous prenez et dont vous pouvez être fiers. A une époque où notre canton a tant besoin de construire mais où les résistances et les blocages refusent encore de céder, ce que vous faites aujourd’hui est un puisant acte de foi dans l’avenir, dans l’avenir de vos métiers et dans l’avenir de notre canton.

 

Lire la suite

29/06/2010

La Libye fait fort aux Droits de l’Homme

Obama et l’Amérique l’ont échappé belle ! La dernière session du Conseil des droits de l’homme vient de s’achever et a donné l’occasion à Amnesty international de publier un rapport aussi justifié que dévastateur sur les droits de l’homme en Libye. Mais ce fait n’empêche pas la Libye d’être un acteur majeur du Conseil. Il y a quelques années, ce pays avait réussi à faire élire une présidente libyenne à la tête de l’assemblée. Et il y a dix jours, une coalition de pays a proposé que la Libye devienne l’un des trois pays examinateurs de la situation des droits humains… aux Etats-Unis ! L’une des plus grandes démocraties du monde jugée par une dictature ! On imagine le scandale à Washington. Finalement le droit de veto a permis de conjurer la menace. Une leçon que les Genevois soucieux de conserver la Genève internationale devraient méditer : la Libye, ce n’est pas seulement Khadafi et ses foucades, c’est aussi 35 pays africains et 50 pays islamiques…

Lire la suite

21/06/2010

Genève au service de la paix et de la diversité

Tout à l’heure, tout près d’ici, nous avons tenu les Premières assises transfrontalières franco-valdo-genevoises en présence des élus de France et des cantons de Vaud et de Genève. Elles avaient pour but d’esquisser une nouvelle gouvernance pour la région, dont la Genève internationale est l’un des plus beaux fleurons. C’est pourquoi, ce soir, je suis particulièrement heureux d’accueillir les nombreuses personnalités de la Genève internationale que j’ai le plaisir de côtoyer depuis 12 ans, ainsi que tous les amis vaudois et français qui ont accepté de se joindre à nous.

 

La rencontre amicale de ce soir prend donc un relief singulier, d’une part parce qu’elle s’inscrit dans le cadre élargi de la collaboration franco-valdo-genevoise, et d’autre part parce qu’elle inaugure un événement qui n’arrive qu’une fois tous les dix ans, à savoir la journée portes ouvertes des Nations Unies. Pendant deux jours en effet, et pour la première fois depuis l’année 2000, Genevois, Vaudois et voisins français pourront, durant tout le week-end, découvrir quelques-unes des multiples facettes de la Genève internationale.

 

Lire la suite

15/06/2010

Pour une nouvelle gouvernance de la région

J’ai le plaisir d’ouvrir les Premières assises transfrontalières franco-valdo-genevoises et, au nom du Grand Conseil de la République et canton de Genève, vous souhaite la bienvenue.

Avant toute chose, j’aimerais remercier les deux coprésidents de ces assises, M. Etienne Blanc, député, maire de Divonne et président du Syndicat mixte de l’ARC qui rassemble les élus français des territoires limitrophes de Genève, et M. Laurent Chappuis, président du Grand Conseil du canton de Vaud, sans le soutien desquels cette assemblée n’aurait pu avoir lieu.

Le 7 décembre dernier, peu après le vote favorable des Genevois pour le CEVA et à l’occasion de la prestation de serment du Conseil d’Etat, nous avions en effet souhaité élaborer un nouveau projet de gouvernance pour la région franco-valdo-genevoise en construction. Cette région, on le sait, c’est 800 000 habitants et une centaine de communes de part et d’autre des frontières genevoises, et c’est deux cantons, deux départements et deux pays.

Lire la suite

01/06/2010

Tous à l’ONU les 5 et 6 juin

On ne le répétera jamais assez, la Genève internationale c’est 200 ambassadeurs, 30 organisations internationales, 300 ONG, 35 000 emplois et 5 milliards de francs de contribution annuelle au produit cantonal brut. C’est donc du solide, du crédible, du tangible.

Mais la Genève internationale, c’est bien plus que cela : c’est le creuset dans lequel s’élaborent les règles de la gouvernance sociale, commerciale, sanitaire, humanitaire, climatique, technique et militaire de la planète. C’est le cœur de la diplomatie multilatérale ou, si l’on veut adopter le jargon des politologues anglo-saxons, l’un des deux ou trois centres mondiaux du « soft power ». Pour Genève, cette vocation est encore plus déterminante car c’est elle qui lui assure sa réputation internationale et fait que la plupart des sept milliards d’êtres humains savent à peu près où la situer sur la carte du monde.

C’est pour découvrir quelques-unes des facettes multiples mais pas toujours connues de la Genève internationale que l’Office des Nations Unies à Genève, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), le bureau régional du Programme des Nations Unies pour l’Environnement et le Bureau international pour la Paix (BIP) ont organisé, avec l’aide de la Confédération, du canton et d’organisations locales comme la Fondation pour Genève, l’association Agir et Mandat international, un week-end portes ouvertes, le premier depuis l’année 2000.

Lire la suite

27/05/2010

Construire à Genève, un acte courageux

Discours prononcé le 20 mai 2010 à l’occasion de l’inauguration de l’Assemblée générale de la SSE Section Genève

 

Tout d’abord mile mercis de m’avoir incité à votre assemblée générale et de me donner l’occasion de vous adresser quelques mots à cette occasion. Depuis des années, je frappe à la porte de mon ami Gabriel Barillier pour être admis dans le cercle très exclusif des députés qui soutiennent le bâtiment. Mais contrairement à l’école genevoise, l’admission n’est pas automatique et il faut travailler dur pour réussir cet examen.  J’espère donc aujourd’hui être jugé apte à entrer dans ce prestigieux cénacle.

 

J’ai conscience que l’exercice qu’on me demande ce soir n’est pas facile, tant les tensions entre le monde politique et les milieux de la construction sont vives en ce moment dans notre République. J’ai conscience de la profonde déception de beaucoup d’entre vous suite à l’attribution des lots du CEVA, qui est venue s’ajouter à la frustration légitime engendrée par les blocages incessants qui entravent la réalisation des grands projets de construction de logements et d’infrastructures dont notre canton a pourtant tant besoin.

 

Lire la suite

24/05/2010

Ben Brik ou l’arroseur arrosé

Depuis dix ans, nous avons déjà eu plusieurs fois l’occasion d’évoquer dans nos articles, et dans ce blog, les relations tumultueuses entre les opposants et les partisans du régime tunisien. En tentant chaque fois de mettre en garde contre les faux-semblants et de faire la part des choses entre les nobles intentions et la dure réalité des faits. Cette fois-ci, la chronique devient franchement cocasse avec les derniers démêlés que l’un des plus médiatiques opposants au Président Ben Ali, je veux parler de Taoufik Ben Brik, vient d’avoir avec la justice française.

Il y a quelques années déjà, Ben Brik s’était illustré par une grève de la faim qui s’était terminée en eau de boudin, si j’ose dire, parce qu’on avait découvert qu’il dévorait des cuisses de poulet en cachette. C’est très bien de manger du poulet mais c’est un régime alimentaire peu recommandé par les grévistes de la faim.

Lire la suite

21:03 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (8)

21/05/2010

L’ONU et les SIG passent au vert

Rencontre au sommet entre le canton de Genève et les Nations Unies sur le thème « Après Copenhague, comment développer les initiatives locales ? » Réunis à l’invitation des Services industriels de Genève (SIG), une centaine d’invités genevois et internationaux ont écouté Sergei Ordhzonikidze, le directeur général de l’ONUG, Jerry Lengoasa, secrétaire général adjoint de l’Organisation mondiale de la météorologie, Isabel Rochat, conseillère d’Etat en charge de l’énergie, et André Hurter, directeur des SIG, présenter les projets et les stratégies destinées à concrétiser les objectifs de Copenhague. En huit ans, la consommation de fuel de l’ONUG a été réduite de 20% et celle de l’eau de 40% soit une économie de 4,5 millions de dollars. Les SIG collaborent au programme « Greening the UN » grâce notamment à la pose de panneaux solaires et à la centrale de réfrigération et de chauffage avec l’eau du lac. A elle seule, l’ONU représente 2’800 bureaux, 9000 réunions et 16 000 voyages par an. Bref, le potentiel de développement et de coopération en matière d’économies d’énergie est immense.

 

Lire la suite

20/05/2010

Oui aux minarets, non à la burqa !

Après le vote du Parlement belge, les controverses françaises et la motion argovienne, le débat sur la burqa revient en force sur la scène suisse. Et il faut qu’il ait lieu car autant l’initiative contre les minarets était contestable, autant une interdiction de la burqa paraît, cette fois-ci, raisonnable.

Car c’est l’idée du progrès, de la civilisation, de l’art du vivre ensemble qui est en jeu. En s’attaquant aux minarets, on s’attaquait au principe même de la liberté de croyance et de pratique religieuse, chèrement acquis au cours des siècles, et base même de la conception moderne de la laïcité qui est l’un des fondements de nos sociétés contemporaines. Même si les minarets, comme les clochers, ne sont pas indispensables à la prière et à la foi, ils font partie intégrante de la culture religieuse musulmane et il ne viendrait à l’idée de personne de bonne foi de le contester. C’est pourquoi il fallait combattre l’initiative contre les minarets.

 

 

Lire la suite

09:14 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (47)

03/05/2010

Veyrier-Etrembières sans frontières

Messieurs les Maires,

Monsieur le Député et Monsieur le Sénateur de Haute-Savoie,

Mesdames et Messieurs les maires-adjoints, les conseillers administratifs et les élus municipaux,

Chers amis,

 

Avant toute chose, j’aimerais vous remercier de m’avoir invité à l’inauguration de la manifestation « Veyrier-Etrembières sans frontières ». Tout à l’heure, de façon très symbolique, nous avons coupé le ruban qui marquait la frontière entre Genève et la Haute-Savoie, entre la Suisse et la France. Ce geste, mieux que mille discours, abolit la frontière qui nous a trop longtemps séparés.

 

Si nous voulons abolir la frontière, ce n’est pas pour gommer toute différence entre Savoyards et Genevois – l’histoire nous a faits différents et c’est aujourd’hui une chance bien davantage qu’un handicap, sinon que deviendrait notre belle fête de l’Escalade et pourquoi nos amis français fêteraient-ils les 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à la République française ? Mais c’est parce que nous voulons construire ensemble une région à taille humaine, une région qui existe dans l’espace francophone et qui trouve sa place dans l’espace européen.

 

Il est emblématique aussi parce qu’il vient de la base, des communes, qui constituent dans nos deux pays le premier noyau de la participation citoyenne à la vie démocratique. Une région se construit par le bas et ne se décrète pas dans les cabinets ni dans les capitales, ce qu’il faut parfois rappeler aux pouvoirs centraux, pas toujours attentifs aux besoins des provinces, et parfois mêmes soupçonneux quand celles-ci prennent des initiatives. Je tiens donc à remercier les communes de Veyrier et d’Etrembières qui ont décidé, ce soir, de montrer concrètement la voie à suivre pour construire ensemble notre région, en organisant plus de 70 manifestations en 15 jours.

 

Lire la suite

27/04/2010

Le génocide arménien, une cause vivante

Monsieur le représentant de la République d'Arménie,

Monsieur les représentants des autorités religieuses,

Madame et Messieurs les représentants des associations arméniennes de Suisse romande,

Madame et Messieurs,

Chers amis,

 

 

Permettez-moi d’abord de vous remercier de m'avoir permis de me joindre à vous pour la commémoration de cet événement tragique mais majeur de l'histoire du XXe siècle que fut le génocide du peuple arménien voici maintenant 95 ans.

 

Cet honneur me touche particulièrement parce que je pense que celles et ceux qui en ont souffert et en souffrent encore aujourd'hui sont doublement victimes de l'injustice de l'histoire et de l'injustice des hommes.

 

Ils le sont doublement parce que non seulement ils ont souffert dans leur chair de la disparition physique de leurs proches et de tout leur peuple, par la famine, la déportation, les marches forcées et toutes les formes possibles d'extermination. Mais aussi parce qu'ils doivent continuer à en souffrir parce que trop souvent, trop de gens, trop de pays, trop d'Etats continuent à refuser de reconnaître le génocide dont ils ont été victimes.

 

On le sait, le génocide des Arméniens fut le premier des génocides du XXe siècle. Mais alors que tous les autres ont été reconnus et sanctionnés par des tribunaux pénaux exceptionnels - l'Holocauste avec le Tribunal de Nuremberg et les procès qui ont suivi en Israël, le génocide cambodgien avec l'actuel tribunal qui vient de se réunir à Phnom Penh, le génocide rwandais avec le tribunal pénal d'Arusha et le massacre de Srebreniça avec le tribunal de la Haye - celui des Arméniens en 1915 reste encore largement ignoré dans le pays même qui l'a commis. Pire, les Turcs qui luttent pour le faire reconnaître sont souvent pourchassés quand ils ne sont pas assassinés par des extrémistes négationnistes. A ce propos, je suggère que nous exprimions notre solidarité avec les habitants du Kivu, dans l'Est du Congo, dont 5 millions de personnes ont déjà été massacrées dans l'indifférence générale.

 

Lire la suite