Pires que le virus, les théories sur le virus

Imprimer

Après deux semaines de sidération absolue et six semaines d’un confinement qui a fait tourner la tête de bien des gens, voici venu le temps d’une reprise qu’on espère aussi rapide, rationnelle et lucide que possible.
Car les théories du complot que l’on voit fleurir un peu partout sur le net, dans certains médias dits autorisés comme dans la bouche de responsables politiques parmi les plus éminents ne présagent rien de bon.
Je veux parler de l’hystérie anti-chinoise qui va grossissant dans les pays occidentaux depuis quelques semaines. Qu’on soit bien clair : il ne s’agit ici nullement d’excuser, justifier ou cautionner de quelque manière que ce soit le comportement de la Chine. En tant que foyer initial de la pandémie, il va de soi que Pékin a la responsabilité de faire toute la lumière sur les origines de l’épidémie et de collaborer à une enquête internationale sur le sujet. Mais à condition que celle-ci soit réalisée par des experts neutres et reconnus, comme ceux de l’OMS, en non menée à charge par des procureurs qui ont déjà désigné le coupable et pris le soin de décrédibiliser la seule instance internationale compétente à l’avance.
Or tout montre que nous sommes dans ce cas de figure et que nous assistons, dans le cadre des élections américaines en cours, à une vaste opération de déstabilisation de « l’ennemi » chinois à des fins d’enfumage électoral, à moins que ce soit l’inverse, puisque rien n’empêche de faire d’une pierre deux coups, comme dans l’opération de 2003 avec l’Irak, de 2011-2013 avec la Syrie, et de 2016 avec le prétendu hacking des élections américaines par l’empire du mal russe.

Les scénarios sont identiques, tout en s’affinant en fonction des cibles choisies et de l’air du temps. En 2003, après les attentats du 11 septembre 2001, il s’agissait d’envahir l’Irak et de prendre le contrôle du Moyen Orient sous prétexte de faire la guerre au terrorisme et de liquider son chef, Oussama Ben Laden. Les thinks tanks néoconservateurs étaient à la manœuvre, en disséminant des papiers tendancieux dans les journaux, tandis que les services secrets s’activaient à monter de faux dossiers à charge, jusqu’à ce que l’opinion, chauffée à blanc, se laisse convaincre par un officiel de haut rang, à l’époque le secrétaire d’Etat Colin Powell brandissant sa fameuse fiole à la tribune de l’ONU, de la nécessité d’ouvrir les hostilités.
En Syrie, alors que le renversement d’Assad était déjà acté depuis 2006 selon les rapports de la CIA révélés par Newsweek, les choses se sont répétées : on a vendu au public crédule les bons rebelles démocrates qui voulaient mettre fin à l’infâme dictature bassiste qui n’hésitait pas à utiliser des gaz chimiques contre sa propre population, jusqu’à ce qu’on constate que le régime était moins isolé qu’on ne l’avait espéré et que les gentils étaient des affreux qui décapitaient leurs victimes à coup de sabres…
Fin 2016 et début janvier 2017, toujours avec l’aide des services secrets, ce fut l’affaire de la pseudo-ingérence russe qui aurait biaisé le résultat des élections américaines en faveur de Donal Trump, aboutissant à la nomination du procureur Robert Mueller et à une tentative de destitution qui s’avéra finalement vaine faute de preuves.
En 2020, coronavirus aidant, c’est la Chine qui est en ligne de mire. La première attaque est venue de Steve Bannon, fin janvier, qui a ouvert le feu contre le laboratoire de Wuhan, histoire de tester l’hypothèse d’une recherche militaire qui aurait mal tourné (abandonnée au profit de la thèse de l’accident depuis). D’infox calculées en approximations savamment distillées, de papiers tendancieux en pseudo-révélations non vérifiées sur les réseaux sociaux et dans les médias établis, la sauce est en train de prendre. Si bien que le successeur de Colin Powell, Mike Pompeo, peut désormais proclamer « l’énorme évidence » que le virus s’est bien échappé du fameux labo de Wuhan.
Les prochains épisodes sont en cours d’écriture. On peut être sûr qu’ils vont nous tenir en haleine jusqu’au 3 novembre prochain. Avec Dieu sait quels dégâts sur l’économie mondiale, la coopération internationale, la course aux armements. Mais qui osera siffler la fin du spectacle et huer ses tristes acteurs ?
Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • A lire en complément à votre billet:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2020/04/21/d-ou-vient-le-coronavirus.html

  • J'ai pour habitude de publier tous les commentaires, surtout les avis contraires. Je dois être un des seuls à le faire sur ce forum.

  • Bonjour

    Je pense que vous avez raison,
    Je n'ai pas d'aisance dans l'écriture, j'ai répondu pourtant poliment à un commentaire, il a été supprimé!

  • Excellent et courageux votre article chapeau , comme d habitude. Je relève particulièrement la 2 ème partie de ce texte écrit en gras.

    Vous mettez les points sur les i d une manière franche et claire en débutant par 11.9.2001 jusqu au futur novembre 2020 .

    Les "djihadistes installateurs de la démocratie (démocrassie) alors qu ils sont des coupeurs de tête, le regain de la démocratie de Trump est louche et maladroit et tant mieux car cela veut dire que Trump est sûr que la Démocratie USA était bien partie et c est lui qui va la re-gagnaer aux USA, USA, Otan et Alliés ont assassiné 20 millions d êtres humains civils depuis les années nonante au nom du camp de l auto-décrété camp du bien absolu contre le camp du mal absolu...."

    Et le sens du mot dans tout, c est quoi du pipi de chat? Tout cela me rappelle de ce que Albert Camus a dit: "Quand on cède sur le sens des mots on cédera après sur tous les mots (ndr: ou maux?) . De même, c est A. Camus (ou Jean Jaurès?) qui a aussi dit:"Quand l Homme ne veut plus ou il ne peut plus changer le Monde, il change le sens des mots" ...Et on est ma barré...

    Et le malheur est que les gens gobent ces termes de "libérateurs, camp du bien....etc...

    Bien à Vous M. Guy Mettan.
    Charles 05

  • Dans l'affaire du Covid-19, le coupable est d'emblée désigné. La Chine.

    Plus raisonnablement et plus judicieusement on devrait cultiver le doute et continuer les recherches sur l'origine du virus et le départ de cette contagion.
    Si le virus a pu accidentellement s'échapper du labo P4 de Wuhan, il a pu aussi pu s'échapper accidentellement d'un autre labo américain Fort Detrick qui avait été inondé et avait subi de graves dégâts. Fort Detrick, sauf erreur, était un labo militaire

    La question actuelle: lequel des pays se relèvera le mieux après cette pandémie?
    A n'en pas douter: les économies émergentes dont la Chine en tête.
    La peur de la Chine vient du sentiment que le modèle occidental de ses régimes sont en cours d'effondrement, sentiment de la peur de ne plus jamais retrouver sa superbe des temps coloniaux, de voir la misère galoper ses rues, peur de son impossibilité à redevenir des références de civilisations prospères et heureuses.
    En un mot: la peur du déclassement durable de l'Occident.

  • Tout le monde sait et parle du labo P4 à Wuhan et du virus chinois. Et Fort Detrick aux USA, personne!? Coluche disait:Nous sommes tous égaux mais il y a des gens qui sont plus égaux que d autres, CQFD.


    Est ce quelqu un connaît le Labo de Fort Detrick aux USA? Ah non personne? Comment se fait ils que les Agences Reuters/Associated Press et leur serpillière l AFP n ont pipé mot à ce sujet qui est devenu plus une affaire plus politique que médicale ? Etonnant que le Corona virus est devenu un acte de guerre bien que les pandémies sont en général des phénomènes naturels!.

    Le gouvernement chinois a publiquement demandé aux USA de faire toute la lumière sur l’incident survenu dans leur laboratoire militaire de Fort Detrick (Maryland/USA) , tandis que le gouvernement états-unien a demandé bien entendu la même transparence sur le laboratoire de Wuhan. Aucun des deux États n’a accepté d’ouvrir ses laboratoires pour des raisons militaires. Y a t il un seul menteur ou deux menteurs? Je pencherais pour la 2ème proposition et en rester là!

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Arthur a publié le 11 mai un commentaire avec le lien sur le blog de Stéphane Montabert. A la fin de son article, Stéphane Montabert écrit:

    "Le 9 novembre 2015, l'Institut de Virologie de Wuhan publiait une étude révélant la création artificielle d'un virus en laboratoire à partir du SARS-CoV."

    Ce qui a appelé de ma part le commentaire suivant qui n'a pas été publié et pour cause. Stéphane Montabert a écrit un mensonge.

    Outright lie.
    https://www.nature.com/articles/nm.3985
    Leading and corresponding authors:
    - Vineet D Menachery, Department of Epidemiology, University of North Carolina at Chapel Hill, Chapel Hill, North Carolina, USA.
    - Ralph S Baric, Department of Epidemiology, University of North Carolina at Chapel Hill, Chapel Hill, North Carolina, USA.
    https://goodizen.com/shocking-did-coronavirus-originate-in-the-us/

  • Covid-19 a-t-il pu naître sur le territoire américain au labo P4 de Fort Detrick (Maryland) autant qu il a pu naître au P4 à Wuhan ou n importe où ? Les 2 premières suspicions pourraient être vraies quand même ou rentrer dans les théories du complotisme ou de prendre ses songes pour des réalités. On ne saura rien tant que ces deux labo n ont pas été ouvertes et inspectés d une manière identique et par la même procédure autant que les américains participent dans l inspection du P4 de Wuhan que les chinois du P4 de Fort Detrick.

    En bas, voici le lien d un article de Libé du 22.04.2020 et quelques titres principaux repris d après cet article :
    ---------------------------------
    Les insinuations de Donald Trump, d'après qui Covid-19 proviendrait d'un laboratoire chinois, font actuellement le tour du monde. Il est donc temps de rappeler que les États-Unis ne sont pas, eux non plus, au delà de tout soupçon.

    --Mi-juillet 2019, Épidémie de pneumonie inexpliquée en Virginie
    --Août 2019, début de l’épidémie de pneumonie attribuée au vapotage
    --Fin novembre: la saison de la grippe commence particulièrement tôt aux États-Unis
    --Janvier 2020: arrivée officielle de Covid-19 sur le sol américain et scandale lié aux tests défectueux
    --Avril 2020, plus de 700 000 américains contaminés par le virus et des questions sans réponses
    --Retour en août 2019: fermeture soudaine du laboratoire de Fort Detrick

    http://hemisphere-gauche.blogs.liberation.fr/2020/04/22/origines-de-la-pandemie-lhypothese-americaine/
    -----------------------------
    Bien à Vous.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.