Pourquoi la gestion du Covid m’exaspère

Imprimer

Dans son éditorial de dimanche dernier, Ariane Dayer s’interrogeait sur le « mystère suisse » et les raisons qui faisaient que tant de Suisses hésitaient à se faire vacciner. Excellente question… à laquelle elle se gardait bien de répondre, se contentant de dire qu’il fallait « tenter de comprendre ».

Car c’est bien là où le bât blesse. Depuis le début de la crise, personne n’a essayé de comprendre pourquoi une bonne partie de la population restait sceptique à l’égard des solutions proposées. Jamais la technocratie médicale, les responsables politiques et les médias n’ont fait cet effort, refusant toute remise en question aussi minime soit-elle, et écrasant de leur mépris celles et ceux qui avaient l’outrecuidance de poser des questions et d’exiger des réponses autres que les traditionnels arguments d’autorité, du genre « Taisez-vous, nous savons mieux que vous ».

Mais je sais gré à ma consœur Ariane d’avoir entrouvert la porte au moment où, cédant à la pression parce que je m’occupe d’une personne très âgée, j’ai décidé de me faire vacciner. Je vais donc tenter d’expliquer pourquoi j’ai été – et reste toujours – hostile non pas aux vaccins mais à l’obligation vaccinale et à la manière dont cette crise a été gérée.

Tout d’abord, je m’empresse de préciser que mes réticences ne relèvent pas d’une aversion aux risques technologiques et ne s’adressent pas à la médecine ni à la science en tant que telles, puisque sans elles je serais déjà mort deux ou trois fois et que je me suis fait volontairement opérer des yeux à Cuba en payant cent dollars à l’hôpital pour qu’il puisse alimenter la génératrice électrique en cas de panne de courant au milieu des opérations prévues ce jour-là.

En résumé, les ressorts de mon exaspération tiennent à deux raisons principales : le sentiment qu’on me prend pour un imbécile et le refus d’admettre que les mesures prises portent gravement atteinte à la liberté et à la démocratie, la première blessant ma dignité personnelle et la seconde ma dignité de citoyen.

 

Dès le départ, j’ai été choqué par l’inertie, puis l’incompétence et enfin par la disproportion des mesures envisagées. Je me souviens encore de la ministre Buzyn et de Daniel Koch expliquant à la TV en janvier 2020 que le virus n’atteindrait pas nos pays et que nous n’avions rien à craindre. Deux mois se sont passés à ne rien faire, aux termes desquels on a découvert que nous n’avions ni le matériel ni l’infrastructure suffisants, qu’on nous racontait des bobards (sur le port du masque et les tests, déconseillés avant d’être rendu obligatoires) et qu’on cherchait à se défausser sur la Chine et l’OMS pour mieux dissimiler notre impéritie.

Ces fautes originelles auraient pu être pardonnées si l’on avait pris la peine de s’excuser, ce qui n’a jamais été fait. Pire, on a persévéré dans les outrances, en imposant des confinements généralisés et aveugles (alors que les plans pandémie ne le prévoyaient pas), en interdisant aux médecins de ville de soigner leurs patients (un comble !), en transformant les EMS en goulags interdits aux proches (un régime pire que la prison), et en prohibant tout essai de traitements empiriques, fussent-ils aussi inoffensifs et éprouvés que la chloroquine (recommandée par le directeur de Novartis au début de la crise) et l’ivermectine (couronnée par un prix Nobel).

Encore aujourd’hui, je ne comprends pas pourquoi on s’acharne contre ces traitements, malgré le scandale du Lancet, obligé de se rétracter, du remdesivir (recommandé malgré sa nocivité et son inefficacité), la faillite de l’étude européenne Discovery (censée analyser leurs effets), et pourquoi on persiste à exiger pour eux des études randomisées longues et très coûteuses alors que les vaccins ont été autorisés avant que la phase finale ait été complètement achevée. A ce propos, je suis d’ailleurs très étonné que dans le cas du projet de vaccin contre le sida, dont on vient de présenter la découverte, on prévoie deux ans d’études détaillées avant une éventuelle exploitation alors qu’il n’a fallu que quelques mois pour autoriser les vaccins anti-covid.

Cette manière d’agir a énormément contribué à semer le doute sur l’intégrité de la recherche médicale et de la technocratie hospitalière, qui semblent protéger le cartel pharmaceutique en exigeant des études randomisées que seuls les grands labos peuvent s’offrir. Ce sentiment est aggravé par le fait que les universités et les hôpitaux refusent de communiquer au grand public les liens d’intérêt des chercheurs et les montants qu’ils perçoivent des fondations privées et des grands labos pour leurs recherches, et qu’à aucun moment de la crise ils n’ont pris la peine d’expliquer au public comment il pouvait améliorer son immunité naturelle par l’hygiène de vie, la nourriture, l’apport de vitamines, etc.

L’opacité des contrats d’achat des vaccins, des procédures d’autorisation, de leur composition chimique et les bénéfices monstrueux engrangés par les fabricants sur le dos des contribuables ne militent pas non plus en leur faveur. Enfin, le doute est d’autant plus permis qu’on refuse obstinément de reconnaitre les vaccins chinois, russes ou cubains sous des prétextes qui semblent relever davantage de la politique et du protectionnisme que de la médecine.

Côté politique, la gestion a été encore pire. On a eu l’impression que les politiques n’ont cessé de rivaliser dans l’outrance carcérale pour savoir qui serait le premier à proposer la mesure la plus extrême afin de passer à la TV et faire oublier les incuries initiales. Puis on s’est livré au chantage anxiogène, avec le soutien de médias : taux d’occupation des lits, nombre de morts quotidiens, taux de reproduction du virus ont fait la une des journaux pendant des mois … avant d’être totalement oubliés ! Aujourd’hui, alors qu’on impose le passe covid, plus aucun chiffre ne circule, si l’on excepte une hypothétique suroccupation des lits (dont on constate qu’elle est d’abord due à une suppression du nombre de lits disponibles !) On ne sait même plus en fonction de quels critères l’obligation vaccinale est imposée et pourrait être levée alors même que les effets de la vaccination s’estompent, comme c’est le cas en Israël, l’un des pays le plus vaccinés au monde mais dont les taux d’infection et de mortalité ne baissent pas (Cf. Le Figaro du 5 septembre).

On pourrait aussi citer le refus obstiné des élus à rendre des comptes, à dresser un bilan de la gestion de la crise, à s’acharner sur les malheureux cafetiers-restaurateurs et les théâtres qui ont pourtant transformé leurs salles en sas de désinfection, à reconnaitre les atteintes aux libertés, à imposer un chantage détourné sur les non-vaccinés alors que la loi interdit l’obligation vaccinale, à diviser les familles et la société en clans qui se haïssent (nombre de vaccinés, loin d’être apaisés et rassurés, redoublent de hargne contre les non-vaccinés), à sacrifier des générations d’élèves et d’étudiants en les privant de leur droit à accéder aux cours sans entrave.

Terminons enfin par les médias, dont le rôle a été décevant tout au long de la crise, tant ils ont manqué d’esprit critique face aux technocrates de la santé, ridiculisant les sceptiques, multipliant les leçons de morale péremptoires et les effets d’annonce sans lendemain, refusant de donner la parole aux voix critiques même quand elles provenaient de la science la plus établie, niant les effets délétères des mesures sur les libertés publiques et la santé mentale, et tournant en bourrique les modèles alternatifs comme celui de la Suède, dont on voit maintenant qu’elle a géré la crise avec succès, sans infantiliser ses citoyens ni mettre en péril ses libertés.

Bref, on a toujours de solides raisons de douter. Dans un mois, si tout va bien, je serai vacciné et me retrouverai en liberté surveillée, à exhiber mon passe covid à chaque sortie. Mais je mettrai longtemps à pardonner les avanies subies. J’aurai toujours le réconfort de constater que, malgré toutes les catastrophes annoncées, la mortelle pandémie du Covid aura permis à la Suisse de gagner 61 000 nouveaux habitants et à la population mondiale de continuer à croitre de 70 millions d’âmes par an…

 

Lien permanent 18 commentaires

Commentaires

  • ...Aujourd’hui, alors qu’on impose le passe covid, plus aucun chiffre ne circule...
    Les personnes entièrement vaccinées contre le Covid-19 sont hautement protégées contre les infections graves, les hospitalisations et les décès causés par le virus. Cependant, des cas de coronavirus parmi les personnes entièrement vaccinées, ou cas de « percée » du Covid, sont observés parmi celles qui ont reçu deux doses.

    Les experts notent que, même s’il est rare que des personnes vaccinées aux États-Unis ou en Europe tombent malades à cause du Covid, des cas de percée sont observés.

    Environ 60 % de toutes les hospitalisations dues au Covid au Royaume-Uni concernent des personnes non vaccinées (4).
    Un rapport de l’Office for National Statistics indique qu’au cours des six premiers mois de 2021, seulement 0,8 % des décès étaient des personnes entièrement vaccinés.
    Enfin, cette donnée auxquelles les personnes hésitantes ou hostiles au vaccin trouveront probablement un intérêt très relatif, voire un argument de plus : le rappel, c’est à dire la troisième dose du vaccin Pfizer que Donald Trump a largement critiqué en disant qu’il peut « voir les signes de dollars » dans les yeux du PDG de Pfizer, et qui a été très tôt proposé aux Israéliens, a selon la dernière étude publiée (8), multiplié par 10 le taux de protection.
    ons.gov.uk/prevalence of post acute symptoms among people with coronavirus
    https://www.fda.gov/media/152205/download

  • C'est assez simple. Toutes les informations, scientifiques, politiques, financières, environnementales, sont disponibles. Il y a certes de la censure, mais quand on cherche, on trouve.

    On peut donc partir du principe que le peuple suisse accepte ces mesures de contrainte en dépit du bon sens, en se voilant volontairement la face.

    Il se voile d'ailleurs volontairement la face depuis des années, en tant que citoyen et électeur, en votant systématiquement contre ses propres intérêts en dépit du bon sens. Par masochisme ?

    La crise du Covid n'est rien d'autre que la pièce d'un puzzle qu'on pourrait comparer à une crise systémique, celle de la concentration du pouvoir et l'érosion de l'état de droit, qui couve depuis au moins vingt ans.

    Si le peuple suisse, qui a le privilège, unique en Europe, si ce n'est dans le monde, de censurer ses politiciens, se soumet à un régime quasi dictatorial, il n'a qu'à s'en prendre à lui-même.

  • Excellente synthèse pleine de bon sens.
    Le manque d'humilité et souvent l'arrogance de nos autorités politiques et sanitaires ont provoqué cette défiance. Je précise que je me suis fait vacciner dès le début et qu'il s'agissait d'un choix personnel à mettre en relation avec le bénéfice/risque inhérent à mon âge.

  • Nous avons de la chance d'avoir un vaccin si rapidement.
    Il est permis d'être admiratif et reconnaissant (oui, de grandes sommes ont été investies dans cette réalisation, admettez que c'est plus intelligent que de consacrer des ressources à la guerre en Afghanistan).

  • @Bruno Hubacher C'est crûment dit, mais c'est la pure vérité! L'histoire du pain et des jeux! Je ne pensais pas que cela toucherait mes concitoyens, mon pays! Triste, triste...

  • Contrairement à ce que je lis et entends il n'existe pas un vaccin mais des vaccins. Cela fait des semaines que je signale que les deux vaccins disponibles en Suisse n'ont pas les mêmes effets cliniques et que cela est biologiquement une évidence (Jama du 2.09.21). Il semble que la presse généraliste commence à s'en faire l'échos. Pourquoi pas mieux et plus vite ?

    Parce qu'interviennent des journalistes politiques à la formation scientifique insuffisante, sans doute, mais aussi à raison de la volonté de se rendre complice d'une contrainte vaccinale indirecte. Contrainte vaccinale indirecte dont politiciens et commentateurs se réjouissent en ignorant et méprisant la Constitution fédérale (art.5) qui prohibe l'adoption de mesures visant à contourner une loi qui, rappelons-le, ne permet pas l'obligation vaccinale générale (loi fédérale sur les épidémies).

    Dès lors on comprend pourquoi l'efficacité différenciée l'information disponible peine à émerger. En effet, certains pourraient, à tort ou raison, se sentir lésé d'avoir reçu le mauvais vaccin et d'autres se voir reprocher d'avoir repoussé la date de livraison de nombre de doses du vaccin produit dans le Valais.

    Enfin l'obligation vaccinale de facto des étudiants (20-29 ans) est déraisonnable. Trois décès depuis le début de l'épidémie. Tous trois de personnes manifestement vulnérables. Cela donne l'impression de vouloir protéger une gérontocratie peureuse, sans capacité de discernement, à la solde, qui veut ignorer qu'il s'agit là d'une maladie de vieux et non de la moitié la plus jeunes de ce pays qui, elle, souffre de maux évitables qui ne sont pas évités avec la complaisance des pouvoirs publics.

  • Les médias romands = censure et propagande! Chaque fois qu'il y a d'énormes manifestations anti-passe à Berne, ou ailleurs en Suisse, pas un mot dans nos médias. En revanche, ils font tout pour effrayer et harceler la population afin de la forcer à se faire vacciner, comme par exemple le Matin ou la RTS.

    Pas un mot donc sur la manifestation d'hier à Berne où la police à gazer des manifestants pacifistes. Heureusement, voici une vidéo d'un vrai journaliste:

    https://twitter.com/AnonymeCitoyen/status/1438808435802390531

  • Et voici encore des vidéos sur les manifs anti-pass en Suisse que vous ne verrez pas dans nos médias romands comme par expl le Matin. Je les poste donc ici par souci d'information:

    1) à Berne: grandes manifestations anti-pass:
    https://twitter.com/AnonymeCitoyen/status/1438599331972534276
    et
    https://twitter.com/AnonymeCitoyen/status/1438602992467562499
    et
    https://twitter.com/AnonymeCitoyen/status/1438808435802390531

    2) à Winterthur: installation des terrasses libres devant les bars et restaurants pour s'opposer au pass.

    https://twitter.com/AnonymeCitoyen/status/1438238049771704324

    Et à Genève? Rien? Sommes-nous donc des moutons?

    Pour être au courant, suivez Anomyme Citoyen sur Twitter qui couvre le soulèvement de tous les peuples contre la pass et la vaccination forcée:

    https://twitter.com/AnonymeCitoyen

    et également Lola Cohen:

    https://twitter.com/lolacoh82550541?lang=en

  • Merci pour cet article dont je ne peux que partage la teneur.

    Je n'ajouterai qu'un élément qui alimente la méfiance envers la structure scientifico-médicale en raison de conflits d'intérêt patents, à savoir l'origine du virus. Là encore, the Lancet s'est distingué, en publiant un article au printemps 2020 signé par un parterre de scientifiques discréditant la possibilité que le virus puisse s'être échappé d'un laboratoire.

    Le problème étant que la personne ayant coordonné cet article, Peter Daszak, a un conflit d'intérêt majeur, ayant servi de conduit pour le financement de recherches dites de gains de fonction sur les coronavirus au Wuhan Institute of Virology. Et que la personne qui a fourni ces fonds d'origine publique à Peter Daszak n'est autre que le fameux Dr Fauci.

    Bien entendu, ceci ne veut pas dire que le virus provient du Wuhan Insitute of Virology, mais la manière dont on a essayé de faire disparaître cette possibilité est pour le moins troublante. Et ceci avec l'aimable et actif appui de la TSR, le reportage de Temps Présent sur le sujet arrivant à la conclusion que l'origine du virus ne pouvait que résulter de la surexploitation de l'environnement par l'homme. Ou quand le formatage idéologique débouche sur des fautes professionnelles.

  • @sekant Votre commentaire et pertinent. Permettez-moi d'ajouter un fait. Dr. Fauci, pour qui le mensonge est une sorte de "sport", a sciemment contourné un moratoire sur le financement de la recherche "gain of fonction", instauré par l'administration Obama, en faisant transiter des fonds de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses NIAID, dont il est le directeur, via l'ONG EcoHealth Alliance, accessoirement un consultant externe de WHO, à l'institut de virologie de Wuhan en Chine, fonds destinés a y effectuer précisément de la recherche "gain of function".

  • Heureusement , Monsieur Mettan, qu'il existe des journalistes comme vous et comme Monsieur Hubacher.

    Cette histoire de virus est une gigantesque arnaque. Il est plus que temps de mettre en accusation les irresponsables et les petits dictateurs qui se sont découverts comme tels à l'occasion de cette épidémie. Le mensonge, la désinformation, la corruption, la volonté de faire peur sont partout.

    D'abord la peur.

    J'ai démontré par ailleurs (chez Géo et Longet) qu'il n'y a pas de surmortalité à Genève en 2020 pour les personnes de 1 à 69. Et que la surmortalité pour les plus de 69 ans n'est PAS SEULEMENT due au covid. Pour la Suisse et la France, voici les statistiques pour les moins de 65 ans:

    France:
    https://www.businesstravel.fr/covid-19-la-surmortalite-due-au-covid-a-ete-faible-en-france-en-2020.html

    Suisse (voir le graphique "Décès par semaine" du premier lien):
    https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/sante/etat-sante/mortalite-causes-deces.html

    https://www.rts.ch/info/suisse/12125979-la-surmortalite-liee-au-covid19-ne-serait-pas-aussi-grande-quannonce.html

    Aucune surmortalité donc pour plus de 85% de la population. Aucune raison de vacciner les moins de 65 ans, en plus avec des vaccins inefficaces qui n'empêchent ni les contagions ni les décès.

    Maintenant l'arnaque expliquée en détail par qqn dont le métier est de contrôler/surveiller les brevets:

    https://chinarising.puntopress.com/2021/09/07/we-made-sars-and-we-patented-it-on-19-4-2002-before-there-was-any-alleged-outbreak-in-asia-david-e-martin-testifies-at-the-german-corona-inquiry-committee-july-9th-2021-avtran/

    Cela sent le PNAC a plein nez. Il faut maintenant dénoncer les complices de cette activité criminelle en Suisse et ailleurs. C'est une guerre qui est menée contre les peuples pour le profit d'un petit groupe. Qui possède en Suisse des actions Pfizer ou Moderna et firmes associées? Oui, qui parmi ceux qui ont décidé des mesures de contrainte vaccinale?

    L'article suivant propose une autre explication sur l'origine de cette épidémie avec un lien au niveau du système financier international. Je n'ai pas les compétences pour en juger, mais si cela peut être confirmer, cela sent très mauvais:

    https://andreacecchi.substack.com/p/the-right-virus-at-the-right-time

    La guerre est aussi contre la Russie avec le boycott du premier vaccin mis au point, qui est meilleur (cf. Saint-Marin) et meilleur marché. Cette guerre économique se double d'une guerre médiatique destinée à justifier la guerre économique.

    Skripal: pas de chaîne de traçabilité du sang prélevé chez eux.

    http://dilyana.bg/uk-defense-ministry-document-reveals-skripals-blood-samples-could-have-been-manipulated/

    Navalny: l'avion destiné a amené Navalny en Allemagne a été commandé par l'équipe chargé de le prendre en charge UN JOUR AVANT son supposé empoisonnement.

    http://johnhelmer.net/how-the-navalny-novichok-operation-was-prepared-new-evidence-from-germany/

  • «ceci ne veut pas dire que le virus provient du Wuhan Insitute of Virology»

    Un virus ça reste quand-même tout petit, petit, petit, petit...

    Dire que ça ne peut pas s'échapper accidentellement d'un laboratoire (porté par une personne), c'est quand-même assez prétentieux. Quand on sait que dans tous les hôpitaux, près de 80% des soignants ont attrapé le Covid alors qu'ils portaient gants et masques dès le début, et que ce n'était pas à eux qu'on allait apprendre à se laver les mains…

    Par ailleurs, il est de plus en plus vraisemblable que le Covid fait partie des zoonoses qui sont des maladies ou infections qui se transmettent des animaux vertébrés à l'homme, et vice versa. Dans ce segment, les pathogènes en cause sont des bactéries, des virus ou des parasites. La transmission de ces maladies se fait soit directement, lors d'un contact entre un animal et un être humain, soit indirectement par voie alimentaire ou par l’intermédiaire d'un vecteur (insecte, arachnides…).

    On peut en penser ce que l’on veut; mais à partir de faits clairement établis par l’IHU Marseille Infections, peu de doutes sont permis, quant à la localisation de l’origine de ce virus…

  • Ah ! Liberté, que de crimes on commet en ton nom...

  • Les appels à coercition sont ressentis comme une obligation. C'est le but sans qu'on aie à vous le dire.
    Mais si un employeur vous fait l'injonction de vous faire vacciner, adoptez quelques attitudes pour ne pas vous mettre dans vos torts. explorez vos droits, consultez un juriste. Attendez votre licenciement par écrit, en lettre recommandée. Mais ne démissionnez pas de vous-même!

    Chaque jour, la tyrannie médicale nous fait pleurer d'impuissance. Tous les jours un peu plus de déstabilisation, tous les jours une dose supplémentaire de désespoir...
    Nous sommes devenus la propriété de nos dirigeants et devons mettre notre corps *physiologique* en gage à l'expérimentation contre un droit, contre le droit de gagner notre pain quotidien,

    Lisons. enquêtons, documentons nous, soutenons nous, ne laissons pas notre moral et notre courage s'effondrer.

    https://childrenshealthdefense.org/defender/mary-holland-chd-bidens-war-against-unvaccinated/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=a85b7dbe-cefd-4d70-9a8b-815f5beed05ae

  • Une nouvelle manipulation de masse est en cours qui laisse entendre que les vaccins Astrazeneca ou Johnson et Johnson (J&J) sont des vaccins traditionnels alors que ce sont des vaccins à ADN modifiés fiché dans un adénovirus. L'ADN modifié devra non seulement pénétrer la cellule mais aussi le noyaux de la cellule. Seuls sont traditionnels les vaccins chinois à virus inactivé et sans doute l'un des vaccins cubains qui fait usage de la technologie du vaccin contre l'hépatite B.

    https://www.infovac.ch/fr/faq/developpement-d-un-vaccin#ARN-messager

    On peut être pour ou contre ces vaccins, mais il faudrait éviter de prendre les citoyens pour des buses. Notons tout de même que J&J, autorisé en Suisse, est notoirement inefficace.

  • Sur le site de l'OMS, 30 janvier 2020, voici ce qu'on lit :

    "Déclaration sur la deuxième réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international (2005) concernant la flambée de nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV)" ....

    ttps://www.who.int/fr/news/item/30-01-2020-statement-on-the-second-meeting-of-the-international-health-regulations-(2005)-emergency-committee-regarding-the-outbreak-of-novel-coronavirus-(2019-ncov)

    La question est : pourquoi les autorités sanitaires ont-elles attendu mars 2020 pour communiquer ?

    La suite on la connaît ....

  • Merci cher Guy pour cette analyse, une fois de plus des plus pertinentes. Il est malheureux de constater que de nombreuses lois censées nous protéger utilisent nos peurs primales pour aller à l’encontre de nos libertés. Après le terrorisme et le blanchiment d’argent sale, la pandémie est une menace de plus qui vise à resserrer l’étau autour de notre sphère privée. Aujourd’hui, ouvrir un compte bancaire ou prendre l’avion est devenu un parcours du combattant et le moindre de nos mouvements est collecté, analysé et stocké à notre insu. Les privations de liberté sont de plus en plus nombreuses et les explications qui les accompagnent de plus en plus floues.

  • Merci à tous et à Mr Mettan, pour leurs analyses et commentaires vivifiants. Comme l'un de vous a , de façon très humaniste , dit, : "Soutenons nous". Oui, essayons de la faire, car nous sommes réellement confrontés à une entreprise civilisationnelle dans laquelle nous n'auront et n'avons déjà largement plus que "la liberté d'obéir", philosophie , je le rappelle, de gouvernance mise en oeuvre, dès 1933, par le régime nazi.

Les commentaires sont fermés.