Le droit et la science bafoués

Imprimer

 

 

 

Que la politique nous mente, passe encore. On s’y est habitué. Mais que le droit devienne courbe et que la science soit bafouée, c’est franchement gênant. Or ce qui est en train de se passer en ce début de troisième année covidienne.

Le mensonge, la duplicité, l’opportunisme, la tromperie, peu importe comment on appelle cette mystification, nous accompagne depuis le début de la pandémie et ne nous a plus lâché depuis. On se souvient des promesses faites sur les masques, les tests, les respirateurs, proclamés inutiles en mars et obligatoires en mai 2020. Aujourd’hui, les bobards continuent à propos de la vaccination et du passe sanitaire, encouragés jusqu’à l’hystérie alors que l’évidence montre que la troisième dose n’est d’aucune d’utilité face à la contamination d’Omicron et d’un apport scientifiquement non prouvé pour éviter les cas graves.

Mais ce n’est pas le plus important. Beaucoup plus grave nous parait le fait que le droit n’est plus respecté. Depuis le 1er février dernier, plus de 250 000 Suisses qui s’étaient vaccinés de bonne foi au premier semestre 2021 en échange d’un passe valide 365 jours ont été brutalement mis devant le fait accompli en voyant ce délai ramené à 270 jours s’ils n’avaient pas reçu leur troisième dose. Or un des fondements du droit consiste à ne pas imposer de changement légal avec effet rétroactif. On aurait pu accepter ce changement s’il avait été valable pour les personnes vaccinées après le 1er février 2022. Mais ce n’est pas le cas. Il s’agit donc d’un déni de droit caractérisé et d’une atteinte à l’état de droit tout à fait inacceptable dans une démocratie.

 

A cela s’ajoutent les atteintes aux droits de l’Homme, liberté d’expression, de réunion, du commerce et de culte, sévèrement limités. Un rapport de Freedom House a établi que la démocratie avait reculé dans 80 pays depuis le début de la pandémie, et en particulier dans les pays jugés les plus démocratiques tels que les Etats-Unis, la France ou la Hollande, et qu’en 2020 le nombre de pays libres avait atteint son niveau le plus bas depuis quinze ans.

Tout aussi inquiétant est le déni de science auquel nous assistons depuis le début de cette crise. Comme s’en sont fait l’écho l’un des épidémiologistes les plus capés des Etats-Unis, le professeur émérite à l’Université de Stanford John Ioannidis, et la professeure à l’Université Erasmus de Rotterdam Michaela Schippers, dans le magazine en ligne juif new-yorkais Tablet, la pandémie a changé les normes de la science. Pour le pire. Des principes basiques de la méthodologie scientifique tels que « le scepticisme, le questionnement, la réfutabilité, le désintéressement ont été jetés à la poubelle pour nourrir des combats politiques qui n’ont rien à voir avec la science. Tous les efforts faits ces dernières années pour confronter les théories scientifiques aux observations et pour améliorer la méta-recherche (la recherche sur la recherche) ont été anéantis. »[1]  

En août 2021, 330 000 articles sur le Covid avaient été publiés par un million de scientifiques provenant des 174 domaines de la science - y compris la branche de l’automobile ! – souvent sans rigueur, tandis que des experts autoproclamés trustaient les médias et les plateaux télévisés.

Le constat est sévère. Ses auteurs comme la revue qui les publie ne sauraient être soupçonnés de complotisme. On a quitté le domaine de la science pour entrer dans celui de la religion et du tabou. Il est temps d’imiter le Danemark, d’arrêter de harceler les non-vaccinés et de prendre les vaccinés pour des imbéciles, et de renouer avec les fondamentaux et du droit et de la science.

 

[1] John P.A. Ioannidis and Michaela C. Schippers, Saving Democracy From Pandemic, Tablet, Jan. 22, 2022, et How Pandemic Is Changing the Norms of Science, Tablet, Sept. 9, 2021.

Lien permanent 16 commentaires

Commentaires

  • Vous oubliez un fait majeur: le public a vécu en direct l'évolution de cette pandémie. Avec tous les doutes des "scientifiques" (la médecine n'est pas une science, mais un art. Et si on la veut scientifique, elle n'est pas une science exacte. Par ailleurs, on croit comprendre avec la physique quantique, qu'il n'y a pas de science exacte. En conséquence de quoi, on a des gens devant assumer des responsabilités politiques qui font ce qu'ils peuvent avec ce qu'ils ont. La critique est facile quand on reste tranquille dans son salon...

  • Aucun mensonge, aucune manipulation ne sont assez beaux quand il y a les milliards de dollars des ventes de vaccins à la clé! Par ailleurs, pour qu'un retour à la normale soit envisageable, il faut au préalable que la population (62% en Suisse) cesse d'avoir la trouille et de demander à maman Etat de la protéger!

  • Bravo Monsieur Mettan pour ce coup de gueule bienvenu!

    Cette pandémie révèle un corruption au plus haut niveau des autorités politiques et sanitaires du monde occidental.

    Les produits à mARN ne sont pas des vaccins. Ce sont des produits toxiques responsables d'effets secondaires dont l'ampleur est systématiquement passée sous silence. Le véritable vaccin, c'est omicron. Je l'écris depuis les premiers rapports en provenance d'Afrique du Sud.

  • Non rétroactivité violée, écrivez-vous. Cependant l'ordre juridique ne prohibe pas la rétroactivité improprement dite. Dès lors il n'y a pas violation de l'ordre juridique suisse. Votre opinion est politique.

    L'efficacité de la troisième dose contre la survenance de maladie grave due au variant omicron est démontrée. Par une étude californienne. Par celle du CDC (in MMWR du 1er février 2022). Par les chiffres anglais régulièrement publiés. De plus, il existe une explication scientifiquement démontrée, elle renforce l'immunité celullaire qui, contrairemet à l'immunité humorale, conserve très largement son efficacité contre omicron et sans doute contre les variants à venir.

    Savoir qui il faut vacciner est une autre question. La réponse est oui pour les personnes fragiles. La définition de fragilité a sans doute changé avec omicron, mais elle existe car ce variant n'est pas inoffensif.

  • Quant à la démocratie, on sait depuis Nietzsche que c'est une notion prostituée à la chose politique et qu'il n'en existe aucun exemple satisfaisant, même en remontant jusqu'à Thucydide.

  • Bravo et merci Monsieur Mettan, Je conseille à tous de lire également ce billet sur le sujet:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2022/01/29/ivermectine-contre-covid.html?c

  • Cher Géo, il n'est pas trop tard pour vous tenir au courant de ce qui se passe dans les coulisses sinon le réveil risque d'être très difficile. Commencez par exemple par écouter cette vidéo en entier (car après une introduction nécessaire, c'est dans la 2ème partie que l'on y parle de la crise Covid):

    https://odysee.com/@Contreverse:7/Monopoly.-Qui-poss%C3%A8de-le-monde--(VOSTFR):5

    -Lisez également cet article:

    https://www.dreuz.info/2022/02/covid-19-le-projet-de-neo-totalitarisme-planetaire-est-en-train-de-refluer-mais-la-vigilance-doit-rester-259048.html

    -et écoutez cette courte vidéo

    https://www.dreuz.info/2022/02/guy-milliere-lautoritarisme-sanitaire-occidental-devrait-devenir-un-principe-mondial-259008.html

  • « Cependant l'ordre juridique ne prohibe pas la rétroactivité improprement dite »

    Alors c'est une lacune. Parfaitement plausible car le législateur n'a sans doute pas envisagé qu'une telle manoeuvre malhonnête soit possible.

    Mais bon, maintenant qu'il est avéré que tous les coups tordus et bassesses sont possibles, il est indiqué de lire attentivement les petites lignes invisibles qui sont derrière...

  • « L'efficacité de la troisième dose contre la survenance de maladie grave due au variant omicron est démontrée »

    Contre la "survenance grave", même l'efficacité de la 2e dose est reconnue... chez les sujets à risque (+ de 65 ans, obèses, etc.). Tout le monde le reconnaît.

    Mais ne noyez pas le poisson dans l'eau tiède...
    Ce qui est désormais avérés et que vos "adversaires" et pas seulement, disent: «LES VACCINS NE PROTÈGENT PAS CONTRE LA TRANSMISSION»
    C'est tout. Et c'est déjà pas mal, car cela rend absurde l'obligation du passe sanitaire. Si ce passe est maintenu, c'est juste pour des raisons disciplinaires (en psycho, il y a de larges rayons remplis d'ouvrages qui traitent de la dynamique des foules).

  • Bonjour Monsieur, merci pour votre travail et vos contribution à l'information. J'aimerais vérifier la source et la véracité d'une information qui suscite mon indignation: Est-il exact que le Service du Médecin cantonal genevois a écrit aux médecins privés une circulaire leur interdisant de soigner leurs patients atteints de la COVID et leur recommandant b(sous peine de sanctions pénales?!) de les adresser directement à l'hôpital ou autre service accrédité? Si c'est le cas, il me semble impossible qu'aucun médecin installé dans le Canton n'aie réagi. Avez-vous des informations à ce sujet? Est-ce une légende urbaine? Je vous serai très reconnaissante pour toute précision à ce sujet, et vous envoie mes meilleures salutations.

  • @ Marie-Jo Glardon

    Demandez donc au service du médecin cantonal qu'il vous donne accès aux circulaires qu'il a fait parvenir aux médecins.

  • @Marie-Jo Glardon
    Permettez-moi de tenter de répondre à votre interrogation.
    Il y a au moins deux documents qui posent questions:

    1. Un document des HUG qui mettait clairement en garde patients et praticiens.
    2. Une lettre menaçante du 16.11.20, de la direction de l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC).

    1. La recommandation des HUG:
    Une "piste" se trouve dans le billet d'un blogueur sous ce lien:
    [ https://bit.ly/3owkRgi ]
    Le lien vers le document est facile à trouver dans le texte (surbrillance en bleu). Le pdf était en ligne au moment de la publication du billet pré-cité. Pour preuve, il avait le chemin suivant:
    [ https://www.hug.ch/sites/interhug/files/structures/coronavirus/documents/recommandation_hug_hydroxychloroquine_infopatients_v2.pdf ]
    Comme vous pourrez le constater en cliquant dessus, ça donne maintenant ceci:
    «Page not found - The requested page does not exist. (Error 404 - Origine Backend)»
    Soit, ça devait être un peu gênant... ou tellement anodin qu'il a été supprimé.
    Bref, l'auteur du blog doit certainement avoir une copie du document. Sinon, le Dr Samia Hurst-Majno, éthicienne des HUG, doit être à même de vous renseigner...

    2. La lettre de l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC):
    Je pense que votre indignation trouve sa source ici. Le 23 novembre 2020, le site «lematin.ch» publie un article dont la teneur est assez musclée: «L’Hôpital Riviera-Chablais interdit l’utilisation du médicament prôné par le Pr Didier Raoult contre la Covid-19.»
    On y lit que le directeur général se montre intraitable envers les médecins qui voudraient adopter la thérapie du professeur marseillais. Dans une lettre du 16 novembre, il remet à l’ordre sur un ton comminatoire un médecin qui voudrait prescrire de l’hydroxychloroquine à la permanence médicale de Monthey. Mieux, il promet des sanctions disciplinaires aux récalcitrants. Il est précisé que cette démarche est faite en accord avec le médecin cantonal valaisan Christian Ambord.

    Sources ici:
    [ https://bit.ly/3J8oRvB ]

  • Merci petard pour ce rappel d'informations qui ont échappées à beaucoup de gens, y compris à certains médecins.
    Rendez-vous compte de l'imposture de ces fameuses autorités qui ont pris le pouvoir et qui ont menacé leurs pairs? La plus grosse et impardonnable imposture revient au Conseil Fédéral parce celui-ci a causé beaucoup de dégâts à l'économie et aux personnes physiques en concentrant entre ses mains tous les pouvoirs obscurantistes et incultes: en somme, des voyous à col blanc sous influence!

    En deux mots, Guy Mettan a parfaitement résumé cet imposture destructrice.
    Je pense qu'elle a été possible parce que nous manquons tous d'éducation politique (ce qui est très différent de l'endoctrinement. Il est utile de connaître un peu la sociologie des milieux politiques pour connaître leurs vulnérabilités), d'éthique, de déontologie (le respect du travail spécifique de chaque entité professionnelle et civile), de civisme (les droits fondamentaux et les droits sociaux des individus qui paient leur contribution à faire vivre les institutions du pays.). Il faut ajouter aux méfaits de l'imposture, la privation du droit de savoir et du pouvoir d'évaluation individuels et collectifs dans un état en guerre où personne n'a eu droit à des retours honnêtes sur la vaccination de masse (la pseudo pandémie a été un test de guerre d'un gouvernement contre son peuple).

    Je suis triste de devoir avaler que nos élus à l'exécutif national aient joué les larbins zélés des ploutocrates psychopathes planqués dans les organisations internationales, elles aussi privées.

  • Je connais des gens qui ont eu des symptômes plus importants et plus graves après vaccination que des gens qui n'ont pas été vaccinés.

    Ergo, la vaccination ne protège de rien et peut aggraver les symptômes.

  • @ Pétard
    Je n'ai jamais prétendu qu'il soit utile de vacciner tout le monde pas plus qu'il soit admissible de rendre obligatoire un vaccin non éprouvé. Par contre, certaines mesures interventionelles sont efficaces mais ne sont pas respectées. Alors rendez-vous au prochain variant aussi contagieux qu'omicron BA2 (la pandémie n'est pas terminée) mais plus dangereux et, qui plus est, dans un contexte de guerre en Europe.

  • « Alors rendez-vous au prochain variant aussi contagieux qu'omicron BA2 (la pandémie n'est pas terminée) mais plus dangereux et, qui plus est, dans un contexte de guerre en Europe. »

    Comme vous dites, les emmerdes c'est pas fini. Le virus et les variants, c'était pour l'apéro. Les mesures de contrainte, juste des tests d'obéissance pour la populace. Les choses sérieuses pour régler les soucis climatiques et la surpopulation mondiale, sont à un fil de commencer... Comment ce qu'on dit: « merci M. Biden!!!»

Les commentaires sont fermés.