Vérités et mensonges sur les promesses faites à la Russie

Imprimer

La guerre de l’information qui accompagne les tensions entre l’OTAN et la Russie à propos de l’Ukraine conduit souvent à déformer la réalité historique. Il convient notamment de corriger de nombreux articles qui affirmaient que la promesse faite par les Etats-Unis à Gorbatchev en 1991, promesse selon laquelle l’OTAN « n’avancerait pas d’un pouce à l’est » en échange de la réunification de l’Allemagne et du départ des troupes de l’Armée rouge en Europe de l’Est, serait un « mythe » forgé par le Kremlin pour neutraliser, voire envahir l’Ukraine.

Cette thèse repose sur un article publié dans la revue Foreign Affairs en 2014, au moment de la crise ukrainienne, et repris dans un livre publié en novembre dernier. Leur auteur, Mary E. Sarote, est membre du think tank le plus influent de la politique impériale des Etats-Unis, le Council on Foreign Relations, dont les avis relèvent davantage de la propagande que de l’étude impartiale.

Car ce prétendu « mythe » est on ne peut plus vrai. Il est essentiel d’en prendre conscience si l’on veut à la fois comprendre ce qui se passe et trouver une issue négociée au conflit.

Le 9 février 1990, James Baker, alors Secrétaire d’Etat américain, a dit exactement ceci : « Nous considérons que les consultations et les discussions dans le cadre du mécanisme 2+4 devraient donner la garantie que la réunification de l’Allemagne ne conduira pas à un élargissement de l’organisation militaire de l’OTAN à l’Est. » Le lendemain, le Chancelier Helmut Kohl a renchéri : « Nous considérons que l’OTAN ne devrait pas élargir sa sphère d’activité. »

En décembre 2017, le National Security Archive de l’Université George Washington a publié les mémos, comptes rendus et télégrammes de cette époque, d’où il ressort que les assurances données par les Occidentaux apparaissent dans de nombreux documents enregistrés ou écrits lors des échanges entre chancelleries en 1990 et 1991. On en trouve tous les détails sur le site dédié de l’université, sous la rubrique « NATO Expansion : What Gorbatchev Heard. Declassified documents show security assurances against NATO expansion to Soviet leaders from Baker, Bush, Genscher, Kohl, Gates, Mitterrand, Thatcher, Hurd, Major, and Woerner. Slavic Studies Panel Addresses “Who Promised What to Whom on NATO Expansion?”

 

L’ancien ambassadeur américain à Moscou, Jack Matlock, a par ailleurs confirmé ces faits dans ses diverses publications. Des garanties ont donc bel et bien été données, même si elles ne figurent pas dans un traité signé en bonne et due forme.

Mais encore faut-il vouloir en prendre note et reconnaitre qu’une parole est une parole.

Ce n’est que plus tard, avec la montée en puissance des néoconservateurs, que le président Bill Clinton décida de les ignorer et réussit, en 1997, à étendre l’OTAN à l’est en admettant de nouveaux membres en échange d’un « pot-de-vin » de 4 milliards de dollars à son ami Boris Yeltsine, comme ce dernier devait appeler ce cadeau plus tard.

A l’époque, le russophobe le plus déterminé de l’administration américaine, Zbigniew Brezinski, auteur du fameux livre « Le grand échiquier » dans lequel il explique pourquoi les Etats-Unis devaient absolument s’emparer de l’Ukraine, avait pressenti ce qui allait arriver aujourd’hui : « Si la Russie est rejetée ou exclue, elle sera pleine de ressentiment et sa vision d’elle-même deviendra plus anti-européenne et anti-occidentale. » Et de presser Clinton de faire vite : « Plus nous attendrons, plus les objections de Moscou seront bruyantes », pronostiquait-il au milieu des années 1990, tout en mettant en garde contre une expansion trop brutale.

Ce danger n’avait d’ailleurs pas échappé au père de l’endiguement de l’Union soviétique, Georges Kennan. Dans un article du New York Times paru en 1997, il prophétisait la situation actuelle en écrivant que, suite à la rupture de la parole donnée à Gorbatchev, l’admission de la Pologne, de la Hongrie et de la République tchèque dans l’OTAN serait « la plus grosse erreur de la politique américaines d’après la guerre froide et ne servirait qu’à enflammer les tendances nationalistes, anti-occidentales et militaristes dans l’opinion russe ».

Depuis lors, l’OTAN n’a fait qu’empirer les choses, en admettant sept nouveaux Etats en 2004 et en promettant l’adhésion à l’Ukraine et à la Géorgie en avril 2008, avant d’encourager cette dernière à attaquer l’Ossétie du Sud en août de la même année. Cela à peine dix mois après le discours de Poutine à la conférence de Munich, dans lequel il avait exprimé le souhait que l’OTAN cesse son extension ! En 25 ans, l’OTAN a doublé le nombre de ses membres, tous à l’est.

Dans le même temps, elle accumulait les agressions en mentant effrontément et en tordant le droit international : guerre du Golfe en 1991 (avec l’affaire inventée de toutes pièces des bébés jetés des couveuses koweitiennes) ; démembrement de la Yougoslavie en 1992, bombardement illégal de la Serbie en 1999 et sécession du Kosovo (justifiés par le pseudo-massacre de Raçak et le soi-disant plan fer-à-Cheval prêtés à la Serbie) ; invasion de l’Afghanistan en 2001 ; guerre d’Irak en 2003 (déclenchée grâce aux mensonges de Colin Powell à l’ONU) ; destruction de la Libye et assassinat de Kadhafi (faussement accusé de massacrer sa population) en 2011 ; tentative de destruction de la Syrie et de renversement de son président entre 2011 et 2019 ; guerre du Yémen dès 2015, menée sous drapeau saoudien et considérée par l’ONU comme la plus grande catastrophe humanitaire de notre temps.

Difficile après cela de considérer l’OTAN sous conduite américaine comme un innocent et pacifique club de bridge.

Il ne faut donc pas s’étonner si, après le coup d’Etat organisé par les Etats-Unis en février 2014 pour renverser le président ukrainien démocratiquement élu Viktor Ianoukovitch, qui avait eu le tort de souhaiter une Ukraine en équilibre entre la Russie et l’Europe, la Russie a repris le contrôle de la Crimée tandis que les provinces du Donbass se rebellaient contre cette forfaiture.

Les Etats-Unis et l’OTAN sont naturellement libres de renier leur parole et de poursuivre dans leur voie agressive au risque de déclencher une guerre. Mais au moins le public a le droit de savoir pourquoi et comment on en est arrivé là sans être trompé sur la nature des vrais responsables de ce qui serait un vrai gâchis pour l’Europe.

*Auteur du livre Russie-Occident : une guerre de mille ans, Syrtes, 2015.

Lien permanent 14 commentaires

Commentaires

  • *Auteur du livre Russie-Occident : une guerre de mille ans, Syrtes, 2015."
    J'ai du chercher sur Google qui était cet auteur... Ce n'est précisé nulle part, me semble-t-il.
    Merci pour cet article très détaillé. Mais visiblement, comme pour le Kosovo et malgré Régis Debray, la presse européenne est aux ordres des USA, le doigt sur la couture du pantalon.
    Et ils voudraient qu'on les subventionne...

  • "Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage". Biden incapable de gérer son propre pays veut se payer une victoire d'immage sur le dos de Poutine. Attention, Poutine n'est le chien de personne, alors ceux qui dirigent l'Europe en ce moment feraient bien de ne pas se laisser abuser par le vieux qui a aussi des intérêts personnels en Ukraine. Le président US fait tout comme si les russes allaient envahir l'Ukraine, il ne lui restera plus ensuite qu'à provoquer l'étincelle dont il attribuera responsabilité à Poutine. Plus facile de déclancher une guerre que de reconnaître ses tords surtout si on est bien planqué dans un bureau.

  • L'actualité géopolitique / géostratégique n'est "guerre" réjouissante...

    Vous avez p'têtre entendu (tout comme moi), la petite phrase bien explicite lâchée l'autre jour par Vladimir Poutine en conférence de presse, lors de la visite d'Emanuel Macron:

    « s'il devait y avoir une guerre entre l'OTAN et la Russie, il n'y aurait ni vainqueurs, ni vaincus...»

    Aïe ! Quelque chose me dit, qu'il sont à bout... et même prêts à se sacrifier, mais pas tout seuls...

    Alors, voilà - en attendant l'Apocalypse - une vidéo - très didactique -, proposée par Jean-Pierre Petit(*). Une analyse, d'une heure fouillée et documentée, sur les nouvelles armes présentées par Vladimir Poutine le 1er mars 2018. Le recours à la MHD pour assurer des évolutions hypersoniques est incontournable. Le Drone sous-marin et le planeur hypersonique sont 100 % MHD. Le poignard, qui vole à Mach 10, avec une durée de vie de 10 minutes, a une source d'énergie primaire chimique, mais un système MHD propre à assurer son vol hypersonique en air dense. Le missile de croisière reprend un projet de stato-réacteur nucléaire américain SLAM de 1955-1961. Ainsi, les Russes auraient déjà mis K.O. le système ABM américain...

    [ https://youtu.be/jE4SYgs3AKs ]


    (*) Jean-Pierre Petit, est un physicien français, spécialiste en mécanique des fluides, physique des plasmas, magnétohydrodynamique, etc...
    Dans le milieu «académique», il est plutôt considéré comme un farfelu, un "Tournesolien", en clair, un «controversé»; ce qui fait tout l'intérêt de découvrir le personnage.

    JPP sur Wiki:
    [ https://bit.ly/3rLEBP2 ]

  • Ce qu'il y a de sidérant, c'est l'incroyable alignement des Français sur la ligne d'agression des USA. Alors que les Européens paieront le prix fort de cette politique.
    S'il y a conflit, ce sera un coup du genre agression de la Pologne par Hitler. On envoie un commando envahir une radio pour diffuser des propos anti-allemands pour justifier l'agression, et on liquide physiquement tous les membres de ce commando.
    Quel va être le coup tordu que nous préparent les Américains, c'est la question...

  • La politique de l'Oncle Sam c'est le Chaos et les *marrons à tirer du feux".

    Je crois bien que les Occidentaux ont souhaité utiliser l'Ukraine comme ils ont utilisé la Yougoslavie pour étendre leur colonisation moderne (économique). Pour cela, ils sont obligés de s'appuyer sur les USA, le méchant et l'imbécile de service - d'ailleurs les déclarations du naufrageur Biden qui veut mettre l'UE au travail, ne semblent pas les convaincre. Qui utilise qui est la question. Ils ont tous des intérêts... Partout! Cette mondialisation des investissements et de l'économie de profit rend la diplomatie presque inutile sinon comique. Je veux dire ironique.

    Nous avons l'habitude avec Oncle Sam. Il crie au secours, il joue la victime alors qu'il est en train de tabasser ses incrédules insoumis. Toutes ses guerres ont été des échecs, mais il apparaît que son intention est d'allumer des feux et semer le chaos partout pourvu qu'il occupe et qu'il tire profit sans redevance. Qu'il n'aie de compte à rendre à personne.

    Si l'UE ne se reprend pas, ce sera par elle-même que nous aurons une pluie de pruneaux sur le nez. Les cibles se trouvent toutes en Europe, au centre et à l'est. Que des bases militaires que les yankees n'ont cessé de fourbir en armes: L'Europe est le vrai récipiendaire du conflit.

    Je ne ferai pas de discours sur ce qui pourrait se passer, mais les Européens doivent se réveiller et se rendre plus indépendants politiquement et diplomatiquement. Le monde est en train de se configurer un autre paysage (c'était ouvertement annoncé en 2011), et il est plus sain ainsi, qu'il se dessine plusieurs pôles de puissance et d'attraction qui vont permettre un vrai équilibre des forces et des capacités à résister ou à faire échouer la tyrannie monopolistique des Américains qui n'a pu exister que par le soutien des Européens. L'Allemagne, jouant double jeux, il serait bon que les pays du sud qui a dû subir ses prérogatives à répétition sur les budgets, lui demandent de clarifier sa position. Les tancements avec Nodstream 2 attestent d'une certaine déloyauté envers ses voisins de l'Ouest et du Sud.

    Nous ne sommes plus en 1960. Si le conflit doit se solder par un conflagration armée, les USA sont la première cible que le bloc Russie-Chine-Iran ne manqueront pas. Et nous ici, nous serions anéantis avant, sacrifiés sous un tapis de feu pour que le l'exceptionnalisme américain soit protégé - c'est une probabilité plus que forte .
    Le peuple américain (pas les psychopathes de Washington) pense qu'ils ne gagneront pas cette guerre d'agression de la Maison Blanche contre la Russie, Je les crois volontiers. Une grosse part de leur armada roupillant ici et là à travers le monde, n'est pas ou mal entretenu et elle rouille aux yeux de tous. De plus, ils ont du retard technologique. Même certains généraux de leurs armés le disent, nous sommes infériorisés dans ce domaine par nos retards et notre stratégie n'est pas la bonne. Pour eux, Blinken est plus un chef de guerre téméraire à branler une hache qu'un fin diplomate.

    C'est très instructif de lire Manlio Dinucci, un spécialiste de la géodéfense, ou Pepe Escobar qui suit la politique extérieure des USA et de l'Asie, particulièrement de la Chine, il évalue que le bloc occidental pourra se ratatiner s'il ne cherche pas à contenir les folies des USA et de l'OTAN sur son continent. La Russie, la Chine et l'Iran constituent à eux trois une influence qui leur est favorable dans presque tout le moyen orient, l'Eurasie et l'Afrique de l'Est. Les rapports ont changé. Nos diplomates ont intérêt à en tenir compte.

    Jusqu'à ce jour, ni la Russie, ni la Chine ni aucun autre pays diabolisé par le clan occidental n'a esquissé la moindre tentative d'envahir un voisin qu'il soit européen ou asiatique, par contre, nous allons retrouver au sein de l'OTAN, le mêmes pays mercenaires de la deuxième guerre mondiale qui imaginaient se partager la planète.

  • La Russie et l'Ukraine n'ont cessé d'être en conflit depuis des années pour ne pas dire plus, la Grande famine de l'Ukraine e n 1932-1933 a causé des millions de morts et fut mise en
    oeuvre dès 1930 par le pouvoir stalinien.

    Le risque d'une conflagration est partagé entre deux pays qui estiment être dans leurs bons droits, seul l'avenir nous le dira !

  • Dire que l'Ukraine aurait pu jouer le rôle privilégié de pont entre l'Europe occidentale et l'Eurasie de part sa situation géographique , devenir une place de référence pour le commerce, l'industrie et les cultures, sur le continent...
    Hélas, ce sont, peut-être, les velléités d'empire des américano-germaniques qui l'ont fait dérailler à leur cause exclusive. Dixit la France et l'Italie qui ne sont plus que des Tirailleurs, des mercenaires sans solde.

    Voici les raisons (voir lien sur le Saker Francophone) qui ont provoqué les convulsions hystériques de sieur Biden et des Young leaders des états de l'Union. Tous. Trouillons "Va-t-en-guerre", il n'y iront pas, ils préfèreront faire parler leur batterie dernier cri. Mais ils ne sont pas sûrs que leurs joujoux soient à la hauteur de leurs désirs de gagner.
    OTAN. Ce Machin qui aurait dû être dissout depuis 1990. Les pays d'Europe auraient grand à gagner s'ils s'étaient mis à construire l'indépendance et la puissance de leur Union en réexpédiant les Américains de l'autre côté du marécage.

    Selon la dernière déclaration de Volodimir Zelensky, l'Ukraine ne souhaite pas être poussée à plus de conflit avec la Russie, car elle se couperait, en conséquence, des importants investissements chinois (alliée de la Russie) elle se couperait aussi des soutiens occidentaux qui s'en désintéresseraient avec le peur de devoir assumer toute les charges d'une Ukraine depuis toujours assistée et déstabilisée depuis la première révolution orange. 2% minimum du PIB national pour l'OTAN, ce n'est pas rien! Et pour qui? Pour l'industrie d'armement américaine? Pour quelles guerres? Pour se promouvoir en sous-traitants de Blackwater?

    https://lesakerfrancophone.fr/2014-le-front-chine-russienouvel-adn-pour-lhumanitepremiere-partie-la-chine-et-la-nouvelle-donne-en-ukraine

  • @ Daniel : lisez " Histoire partagée, Mémoires divisées ; Ukraine, Russie et Pologne, pages 127 et suivantes, titre du chapitre : La Grande Famine 1932-1933. Editions Antipodes !

    Auteurs : K, Amacher, professeur d'Histoire russe et soviétique; Eric Aunoble, Uni Ge, matière Histoire de l'Ukraine et du communisme; Andrii Portnov, professeur d'histoire croisée de l'Ukraine à l'Université Viadrine en Allemagne..

    Mon commentaire est selon vous une pure invention .... des historiens qui ont participé à la rédaction de cet ouvrage !

  • Promesse non écrite des Occidentaux que l'OTAN ne s'avancera pas d'un pouce vers l'Est.
    Mythe? mensonge? Déni?

    https://www.les-crises.fr/expansion-de-l-otan-ce-que-gorbatchev-a-entendu/

    Peu importe les nombreuses vérités. La réalité est que l'Ukraine a été transformée très tôt, après la dissolution de l'URSS, en poudrière. Mais est-ce dans la nature de ce peuple qui se cherche une identité, plus habitués à être servis que servir et d'exploser chaque fois qu'il est contrarié? N'oublions pas leur ADN de totalitarisme lorsque certains d'entre eux (originaires d'Ukraine ou de Géorgie) étaient les maîtres de l'URSS. C'est comme une tradition, un résidu des régimes monarchiques des anciens empires polono-austro-hongrois qui revendique, sans le dire ouvertement, des droits de lignée même hors du temps historique et au moment même de basculer dans les profondeurs de leurs ruines.

    Dans BluewinNews de ce lundi 14 février, la petite observation du diplomate suisse Thomas Greminger est, on ne peut plus juste.

    "Le diplomate ne voit cependant aucun intérêt pour la Russie à mener des opérations militaires contre l'Ukraine. «Les coûts seraient tellement élevés que même une attaque mineure contre l'Ukraine n'aurait aucun sens»

    On ne peut que lui donner raison si on regarde la réalité froidement.
    Par ailleurs, le risque d'une provocation de l'intérieur de l'Ukraine sur la ligne du Donbass est plus que probable. A-t-il ajouté. C'est ce que nous avons vu en 2014, tous les jours avec des assassinats des russophones en pleine rue par les milices du bataillon Azov et n'oublions pas les dizaines de citoyens brûlés vifs, attirés et piégés dans la maison des syndicats à Odessa. Ce genre d'opération est destinée à troubler un père qui doit regarder son gamin torturé par des tiers.
    Ce genre de barbarie avait été applaudi par le peuple ukrainien attisés à blanc. Cette barbarie est souvent utilisée pour provoquer une intervention russe qui ne s'était pas manifestée. C'est alors que des vidéos mensongers et des mises en scène avec truquage, comme pour le Kosovo, inondaient nos grands titres qui provoquaient, chez nos politiques de pacotille, une fièvre moraliste complètement délirante.
    Comme par hasard, l'obligation de protéger est déniée à la Russie qui ne pouvait intervenir au risque d'être accusée d'agression et de violation du territoire contre le droit internationnal.

    Tout cela sentait les armes du lâche et du tordu et c'est près de recommencer.
    Sommes nous ainsi en Europe de l'Ouest? Pour n'avoir jamais ni dénoncé ni condamné ces pratiques nazies et leurs parades d'intimidation à la vue du monde entier?
    On n'est pas prêts de l'oublier.
    Biden sur un char qui distribuait des bonbons aux Maïdans avec Mc Cain! Quelle dérision cynique!
    Et toute l'Europe de gauche comme de droite acclamait leur héroïsme.
    Il est vrai que depuis la Yougoslavie, la gauche intellectualisée et drillée à la traque des rouges, a appris la leçon avec ses nouveaux concepts de la Democratia Americana. Elle est devenue intellectuellement et mentalement conforme au nouveaux standards de Washington.
    Le clou avait fini par entrer dans sa tête malléable avec la mise à sang du Kosovo... Par des mercenaires étrangers du Moyen Orient et par les armées (couleur) locales tels que les pseudo-Kommunistes en arme (UCK). Excusez du peu!
    Quand les occidentaux occupent et tuent, ce n'est que faire justice et instaurer la démocratie. Quand les victimes se défendent, c'est de la boucherie et de la dictature.

    https://www.investigaction.net/fr/La-guerre-du-Kosovo-des-lecons/

    ...Mais l'Ukraine est à vendre sur le marché international. Elle suscitera encore longtemps des remous tant qu'elle n'aura pas trouvé un parrain généreux et inconditionnel.

  • D'autres messages rassurants:
    Zelensky appelle Biden à la désescalade et à calmer ses nerfs. C'est truculent!
    Effectivement, les Ricains aiment incendier le monde avec les mots.

    https://www.zerohedge.com/geopolitical/surreal-plot-twist-ukraines-president-demands-proof-us-over-russian-invasion-claims?
    utm_source=&utm_medium=email&utm_campaign=480

    Une intéressante analyse de Karin Bechet -Golovko

    https://russiepolitics.blogspot.com/2022/02/zelensky-appelle-biden-la-desescalade.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email

  • Convention de Vienne sur le droit des traités
    Article 52
    CONTRAINTE EXERCÉE SUR UN ETAT PAR LA MENACE OU L’ EMPLOI DE LA FORCE
    Est nul tout traité dont la conclusion a été obtenue par la menace ou l’emploi de la force en violation des principes du droit international incorporés dans la Charte des Nations Unies.

  • Zelensky, je le croyait un poil meilleur que Porochenko. Il est vrai que les comédiens sont plus habiles dans le mensonge. Il est rusé le jeune renard!
    Du coup, avec la destruction des infrastructures civiles et d'une pipeline dans la région de Louhansk, les Ukies pensent que c'est décisif pour une intervention de la Russie. Provocation massivement meurtrière, c'est leur marque de fabrique.
    Mais la Russie va recevoir sept cent milles réfugiés de Louhansk et de Donetsk, les Occidentaux vont ils y mettre des bâtons dans ses roues? Et les Droitsdel'hommistes occidentaux. Ils se taisent? Comme en 2014?
    Ah oui! C'est une guerre juste, une guerre démocratique. Une guerre modèle, une leçon pour la Russie.

    Biden aurait dû dire *Alerte! L'Ukraine va frapper d'un moment ä l'autre, puisque nous (Américains) avons renforcé son armée et son arsenal."
    Et à l'Allemagne de battre tambour et espérer que la Russie intervienne, afin de démontrer de quel bois est faite sa puissance (économique) technologique et militaire, auprès des gueux de l'Union Européenne du Sud.
    Mais alors que l'Europe s'embrase dans les déluges de feu, ce sera son dernier souci. Désir d'empire l'emportera sur le reste de l'humanité et des Autres Minions Européens.

    http://russiepolitics.blogspot.com/2022/02/lukraine-se-lance-dans-le-combat-sur.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email

    Il faudra s'attendre à un inflation vertigineuse des prix de l'énergie dans notre vieille Europe. L'Ukraine a toujours fait la pluie et le beau temps avec les pipelines desquelles elle tire ses rentes et ses caprices. Nord Stream 2, c'était pour épargner les Européens raisonnables de ce genre de prise d'otage massive.
    https://www.zerohedge.com/markets/stocks-tumble-after-donbas-separatists-announce-evacuation-women-children-russia?utm_source=&utm_medium=email&utm_campaign=494

  • "Convention de Vienne sur le droit des traités
    Article 52"

    Allez dire cela aux Amérindiens! Allez dire cela aux Iraniens! Et à tant d'autres!

    Est nul tout traité signé par les ricains quand ils décident de tricher, de mentir, de voler. C'est-à-dire tout le temps. Ces types n'ont aucune parole, ne respectent aucun traité, ne respectent aucun droit international.

    Et l'autre prétend venir ici faire la morale et parler droit international!

    "Mon commentaire est selon vous une pure invention .... des historiens qui ont participé à la rédaction de cet ouvrage !"

    Pour ce qui concerne les "millions de morts", oui tout-à-fait. De la propagande anti-soviétique et maintenant anti-russe. Quand on cite une auteure qui vient du Global Studies Institut, il ne faut s'étonner de rien.

  • Un rappel historique sans fard ni esquive est utile pour comprendre les évènements d'hier et d'aujourd'hui. Les mensonges d'états et les leurres ont nourri nos cultures et manipulé notre morale.

    https://truthout.org/articles/lies-about-ukraine-conflict-are-standing-in-the-way-of-a-peaceful-resolution/

Les commentaires sont fermés.