Les causes profondes de la guerre en Ukraine

Imprimer

Dans les temps troublés, quand plus personne ne sait ce qui se passe et que les meutes d’indignés et de pseudo-experts submergent l’espace public de pathos et de théories oiseuses, il convient de revenir aux fondamentaux. En l’occurrence, à Montesquieu. Qui a dit deux choses importantes. La première est qu’en matière de guerre il ne faut pas confondre les causes apparentes avec les causes profondes, et la seconde qu’il ne faut pas confondre ceux qui l’ont déclenchée avec ceux qui l’ont rendue inévitable.

Pour la grande majorité du public et des médias intoxiqués par des décennies de propagande antirusse et pour les experts de plateau qui ont oublié toute culture stratégique, la cause de cette guerre est entendue : Poutine est fou. C’est un grand malade, un paranoïaque isolé dans son Kremlin, un criminel de guerre, un satrape vendu aux oligarques, un mégalomane cynique qui rêve de rétablir l’empire des tsars, une réincarnation d’Ivan le Terrible, un dictateur déséquilibré et capricieux qui a attaqué sans raison une nation innocente dirigée par un président démocrate et courageux soutenu par de vertueux Européens. Le cadre ainsi posé - les Grands Méchants d’un côté, les Gentils de l’autre – le narratif de la guerre peut se déployer : les Russes ont bombardé Babi Yar et une centrale nucléaire, ils massacrent les civils, un génocide est en cours tandis que les Ukrainiens résistent héroïquement.

Voilà ce qu’on resasse dans les médias depuis quinze jours. Il est en effet possible que Poutine soit fou et que le poutinisme soit la cause de la guerre. Mais ce n’est pas sûr. Il se pourrait que, au contraire, Poutine soit très rationnel, ou en tout cas aussi rationnel que ceux qui ont attaqué, affamé et dévasté le Vietnam, Grenade, Panama, l’Irak (deux fois), la Serbie (deux fois), la Syrie, l’Afghanistan, le Soudan, la Libye, le Yémen (entre autres) ces dernières décennies au prix de centaines de milliers de morts. Il se pourrait par exemple que Poutine soit intervenu en Ukraine parce que, constatant que l’Occident avait refermé toutes les options diplomatiques (mise en œuvre des accords de Minsk, non-adhésion de l’Ukraine à l’OTAN), il n’avait pas d’autre choix s’il voulait éviter que la Russie soit démembrée et transformée en colonie américaine.

Sans remonter à l’Ukraine « berceau historique et religieux » de la Russie, on peut faire dater la cause profonde de cette guerre à 1997 quand Zbigniew Brezinski, le plus influent conseiller des présidents américains pendant trente ans, a publié son livre Le Grand Echiquier, dans lequel il expliquait que le but stratégique des Etats-Unis consistait à s’emparer de l’Ukraine et démembrer la Russie pour briser sa puissance en Europe et l’empêcher de se joindre à l’Allemagne. 1997 étant par ailleurs l’année où la première phase de ce programme s’est mise en place avec l’entrée dans l’OTAN de la Pologne, de la Tchéquie et de la Hongrie…

 

Depuis lors, les événements se sont enchaînés. En 1999, la Serbie est bombardée par l’Otan en violant le droit international. En 2004 a lieu la deuxième vague d’extension de l’OTAN à l’Est, qui coïncide avec les révolutions de couleur destinées à isoler la Russie de ses proches voisins (Géorgie 2003, Ukraine 2004, Kirghizstan 2005). En 2008 à Bucarest, l’OTAN invite l’Ukraine et la Géorgie à la rejoindre avant de donner son feu vert à Saakachvili pour attaquer l’Ossétie du Sud dans la nuit du 8 août. En 2014, la révolte de Maidan est transformée en putsch avec l’aide de milices néonazies qui tirent sur des policiers et font accuser le gouvernement légitime avant de le renverser avec le soutien de la Secrétaire d’Etat américaine adjointe Victoria « Fuck the EU » Nuland, qui installe un nouveau régime à la solde des Etats-Unis avec Arseni Iatseniouk puis Petro Poroshenko. On trouvera les détails de la stratégie de l’OTAN et les preuves du coup d’Etat de février 2014 sur la vidéo « Watch : Mearsheimer and McGovern on Ukraine », Consortium News, March 6, 2002.

Le lendemain du coup d’Etat, la langue russe est interdite et l’ukrainien devient langue obligatoire dans les administrations, les magasins, etc. Ce qui provoque l’annexion de la Crimée et le soulèvement du Donbass. Depuis lors, l’armée ukrainienne et les bataillons d’extrême droite qui ont gangrené l’administration ukrainienne à tous les niveaux (voir à ce sujet l’excellente synthèse d’Alex Rubinstein and Max Blumenthal, How Zelensky made Peace With Neo-Nazis, Consortium News, March 4, 2022) assiègent le Donbass au prix de milliers de morts essentiellement russophones (14 000 morts au total).

Depuis 2015, l’essentiel de l’armée ukrainienne et des bataillons néonazis Azov, Aidar et Pravy Sektor sont massés dans le Donbass, faisant craindre un assaut en règle à tout moment, ainsi que dans les villes stratégiques d’Odessa, Marioupol et Kharkiv (d’où la résistance de ces villes face à l’armée russe, les bataillons néonazis refusant de relâcher les civils et s’en servant comme boucliers humains). Cette stratégie du cheval de Troie ukrainien a été officiellement confirmée en 2019 avec le rapport de la Rand Corporation (une émanation du Pentagone) qui a, trente ans après la fin de la guerre froide, à nouveau désigné la Russie comme l’ennemi stratégique principal des Etats-Unis et évalué le coût/bénéfice des différentes options américaines à ce sujet (Overstanding and Unbalancing Russia. Assessing the Impact of Cost-Imposing Options).

En 2020, l’escalade des tensions est freinée par le Covid et la campagne électorale américaine. Puis les événements s’emballent en 2021 avec l’entrée en fonction de Joe Biden, qui a joué un rôle essentiel avec John McCain dans le putsch de Maidan, et dont le fils Hunter a faite de juteuses affaires à Kiev pendant l’ère Poroshenko. Une spirale infernale s’amorce :

17 mars 2021 : Biden traite le président Poutine de tueur

18/19 mars 2021 : Blinken et Sullivan essaient de dissuader les Chinois de s’allier avec la Russie

24 mars 2021 : Zelensky affirme qu’il va reprendre la Crimée et le Donbass

25 mars : la Russie commence à rassembler des troupes près de la frontière ukrainienne

13 avril : Biden rappelle ses navires de guerre en mer Noire et appelle Poutine pour proposer un sommet à Genève

16 juin : sommet Biden-Poutine à Genève, sans résultat

15 décembre : Poutine et Xi Jinping affirment que leur alliance va au-delà d’une alliance. Le même jour, la Russie propose deux traités de paix aux Etats-Unis et exige une réponse écrite (pour éviter de tomber dans le piège des engagements oraux donnés à Gorbatchev en 1991). Des drones ukrainiens sont tirés sur les populations civiles du Donbass et près de la Crimée. Les Russes massent leurs troupes.

4 février : Poutine et Xi Jinping affirment que leur amitié n’a pas de limites et qu’il n’y a aucune zone de coopération interdite entre la Chine et la Russie.

7-12 février : les médiations française et allemande échouent car ni Macron ni Scholz ne veulent/ne peuvent convaincre Zelenski d’appliquer les accords de Minsk, dernière chance pour la paix.

24 février : les Russes lancent leurs opérations militaires en Ukraine pour « dénazifier, démilitariser et neutraliser » le pays.

Mais la protection du Donbass et la neutralisation de l’Ukraine ne sont que les plus visibles des causes du conflit. La seconde série de causes, et qui est de loin la plus importante, tient à l’équilibre des forces stratégiques et à la doctrine de la destruction mutuelle assurée en cas d’attaque nucléaire. Cet équilibre de la terreur se serait trouvé de facto biaisé en faveur de l’Occident en cas de militarisation ou d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. En effet, une fois l’Ukraine tombée dans l’orbite militaire occidentale, l’OTAN y aurait installé ses armes nucléaires comme en Pologne et en Roumanie, plaçant Moscou à cinq minutes de la destruction totale et en l’empêchant du même coup de riposter par un feu nucléaire équivalent et susceptible d’anéantir en retour l’Europe et les Etats-Unis.

Ce scénario aurait ruiné l’indépendance et la souveraineté de la Russie. Tout comme l’installation de fusées nucléaires russes à Cuba ou au Mexique réduirait à néant la capacité des Etats-Unis à se défendre et les obligerait à se soumettre à la volonté de Moscou. La Russie ne bénéficiant pas d’un système d’alerte avancé comme les Etats-Unis, elle est en effet particulièrement exposée. Et elle se sent d’autant plus menacée que les Etats-Unis ont unilatéralement dénoncé des traités nucléaires INF (2019) et Open Sky (2020) qui garantissaient une certaine sécurité et maintenaient un dialogue stratégique. Dans ces conditions, l’établissement d’une zone tampon entre la Russie et les missiles nucléaires américains en Europe - soit l’Ukraine et la Géorgie en l’occurrence - devenait une question existentielle pour les Russes.

Cette cause, qui n’est jamais expliquée dans les médias et par les politiques occidentaux parce qu’elle mettrait en lumière leur agressivité et leur volonté d’hégémonie, a été le facteur déclenchant de la guerre. Elle explique aussi pourquoi des puissances telles que la Chine, l’Inde et même le Pakistan restent neutres, voire favorables à Moscou. Pour la Chine, l’enjeu est très clair. Si l’Ukraine tombe en mains occidentales et que la Russie est affaiblie, voire perd cette guerre, la Chine sait qu’elle n’a aucune illusion à se faire : elle sera la prochaine sur la liste. Et sans allié russe, Pékin serait en très mauvaise posture car il se trouverait encerclé de tous côtés. On comprend aussi mieux pourquoi Taiwan est d’une importance si vitale pour la Chine...

Quant à l’Inde, avec son milliard et demi d’habitants et qui ne dispose même pas d’un siège permanent au Conseil de sécurité alors que la France et la Grande-Bretagne en ont deux avec dix fois moins de citoyens, elle ne peut se résoudre à se laisser marginaliser par une victoire totale de l’Occident. Le non-alignement est une affaire d’honneur et de survie géopolitique pour elle.

Vue sous cet angle, la bataille pour l’Ukraine prend une autre dimension. Il ne s’agit rien moins que d’une guerre pour la suprématie mondiale, les uns cherchant à restaurer leur hégémonie complète tout en vassalisant l’Europe, tandis que les autres luttent pour un monde multipolaire. Une nouvelle version de la lutte pluriséculaire du monde des Blancs contre la coalition des Noirs, des Colorés et des Jaunes. Voilà qui expliquerait pourquoi les 40 pays asiatiques, africains et latino-américains qui ont soutenu ou se sont abstenus de sanctionner la Russie lors du vote des Nations Unies, et qui représentent 4,5 milliards d’êtres humains, regardent le spectacle de loin et avec le secret espoir que la Russie gagne son bras de fer. Ils connaissent le goût des bombes, des assassinats et des dictatures imposés de l’extérieur. Ils ont appris à connaitre la rapacité, la cupidité et le cynisme d’un Occident qui les opprime depuis des siècles au nom de la civilisation, de la démocratie et des droits de l’Homme mais qui fait tout le contraire quand ses intérêts sont en jeu.

Ils savent que ce qui les attend, c’est un siècle de néocolonialisme sous prétexte de lutte pour la liberté. Ils ont vu comment l’Europe, qui se gargarise d’humanisme, a accueilli à bras ouverts les Ukrainiens « blancs, chrétiens et vêtus des mêmes habits que nous » en leur offrant des billets de train gratuits, et fermé ses portes aux étudiants nigérians, indiens, pakistanais, chinois, afghans, syriens qui cherchaient à fuir les combats (voir à ce sujet la tribune du philosophe slovène Slavoj Zizek, l’Ukraine et la Troisième Guerre mondiale, L’Obs, 1er mars 2022). Ils ont vu se noyer les Africains en Méditerranée alors qu’on se barricadait contre eux. Ils ont vu comment les Européens, qui leur donnaient des leçons de pacifisme et d’écologie, n’hésitaient pas à trahir leurs engagements pour réarmer l’Allemagne à coups de dizaines de milliards d’euros, livrer des tonnes d’armes à l’Ukraine et acheter du gaz de schiste et du pétrole de fracking américain alors qu’ils les vilipendaient quelques mois plus tôt. Ils regardent avec attention les nouveaux Gauleiter de la pureté culturelle et de la morale inclusive européenne bannir les musiciens, écrivains et interprètes, les Tchaikovsky, Dostoievsky, Valery Gergiev, Anna Netrebko des universités et des salles de concerts, voire les handicapés des Jeux paralympiques et les chats des concours de beauté internationaux !

Tel est le prix de la guerre. Elle ruine les vaincus mais aussi l’âme des vainqueurs, si tant est qu’ils vainquent et qu’ils en aient encore une… (Suite la semaine prochaine : qui sont les gagnants et les perdants de la crise ukrainienne).

 

Lien permanent 25 commentaires

Commentaires

  • Je suis moi-même handicapé. Je souffre d'un fort handicap visuel. Donc, c'est vrai, j'ai été un peu amusé par le bannissement des chats russes des concours de beauté, choqué par le bannissement des musiciens et des écrivains russes etc. Mais je suis vraiment écœuré par ce que l'on a fait à ces jeunes athlètes. On a de la peine à s'imaginer les sacrifices que les athlètes bien-portants acceptent de faire pour participer aux jeux olympiques. Quelle motivation ne faut-il pas avoir pour être seulement qualifié pour ces jeux. Alors qu'en est-il pour ces jeunes handicapés ? Leur déception doit être absolue. Et je n'arrive pas à donner un ordre de grandeur au dégoût que j'éprouve pour ce que le comité olympique leur a fait.
    Merci M. Mettan d'avoir relevé ce scandale.
    Quant au reste de l'article, j'aimerais tout simplement vous dire bravo.

  • Les causes profondes n'intéressent plus personne, comme les nouveaux légumes nos cerveaux vivent en substrats hors sols irrigués par la pensée médiatique unique surralimentée d'émotionalité médiatisée à outrance. Celui qui ose prétendre chercher dans les profondeurs historiques pour nourrir sa pensée devient automatiquement un traître à exterminer.

  • « En l’occurrence , à Montesquieu. Qui a dit deux choses importantes. l’occurrence, à Montesquieu. Qui a dit deux choses importantes. La première est qu’en matière de guerre il ne faut pas confondre les causes apparentes avec les causes profondes, et la seconde qu’il ne faut pas confondre ceux qui l’ont déclenchée avec ceux qui l’ont rendue La première est qu’en matière de guerre il ne faut pas confondre les causes apparentes avec les causes profondes, et la seconde qu’il ne faut pas confondre ceux qui l’ont déclenchée avec ceux qui l’ont rendue « 

    Et vous auriez invoqué Montesquieu s’il s’était agi d’Israël?

  • Il est vraiment très réjouissant de lire une étude aussi complète, écrite très consciencieusement par un journaliste à l'heure où tant de ses confrères limitent les infos à quelques idées très simplifiées voire modifiées et de plus sans vision globale.

  • Excellent billet. Merci Monsieur Mettan d'avoir un cerveau et de l'utiliser contrairement à ceux que l'on appelle journalistes, mais qui sont devenus des propagandistes!

    En 2014, l'excellent Pierre Hillard avait déjà vu juste sur l'Urkaine (cliquez sur la vidéo pour avoir le son):

    https://twitter.com/Yoyo67642627/status/1502034410379620357?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1502034410379620357%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fd-33533905072468333008.ampproject.net%2F2202230359001%2Fframe.html

  • Instructif à lire!

    Le président Zelensky a de nouveau invité Poutine à le rencontrer
    infos-israel.news
    Lire l'article complet sur https://infos-israel.news/ (...)
    12 mars Extrait:
    Igor Zhovkva, chef adjoint de l’administration présidentielle ukrainienne, a déclaré que Zelenskiy reste ouvert à des pourparlers directement avec Poutine.
    Malgré le fait que les négociations à Antalya des ministres des Affaires étrangères n’aient pas abouti, au contraire, Zhovkva pense que de telles négociations sont possibles, cependant, l’Ukraine ne transigera pas avec la position russe.

    Hélène Carrère d’Encausse«Ça peut être le commencement de la fin pour Poutine
    "L’historienne avait toujours défendu Vladimir Poutine. Aujourd’hui, elle qualifie l’invasion russe en Ukraine comme une aberration et un échec total. +
    https://www.tdg.ch/ca-peut-etre-le-commencement-de-la-fin-pour-poutine-765848269914

    Mon 2ème commentaire trop contradictoire? Passé à la trappe??

  • Guy, cet article confirme toute votre analyse,

    https://les7duquebec.net/archives/270905
    Les causes profondes ignorées par les Occidentaux afin de privilégier un scénario de mise à mort de "la Russie à Poutine", comme ils aiment à le dire. C'est que la russophobie est si profonde et pathologique qu'elle dévaste l'humanité. C'est très triste!

  • Cher Monsieur Mettan, les trois derniers documentaires de cette chaîne, intitulés respectivement "Guerre en Ukraine – Qui est vraiment l’ennemi ? ", "Ukraine, la vraie origine de cette guerre," et "Guerre Ukraine, manipulation massive"vont dans votre sens et devraient vous plaire, car, tout comme votre billet, ils sont très bien documentés et fouillés. Voici le site:

    https://odysee.com/@Vivresainement:f

  • Ce que je lis dans le billet, c'est une grande peur des Américains. Jusqu'à présent, je pensais que V. Poutine se sentait fort, ce billet démontre qu'il se sent acculé.

    Je pensais que les Américains s'étaient retirés d'Europe, qu'ils partaient sur la pointe des pieds et voilà qu'il s'avère qu'en fait ils sont très menaçants.
    Cela justifie bien sûr cette guerre ( j'ose le mot), la destruction de l'Ukraine n'est que la réponse du berger à la bergère. Les actes de guerre passées des USA justifient toutes les guerres à venir.
    Le fait que J. Biden ait exclu une intervention militaire de l'OTAN en Ukraine, le fait que depuis toutes ces années ( au moins depuis 2014) l'OTAN n'ait pas admis l'Ukraine dans l'alliance ne semblent pas du tout peser dans la balance.

    Mais que faire à présent des effets secondaires, c'est à dire de la panique causée par cette intervention spéciale ? La peur très concrete des populations qui fuient et des pays limitrophes qui accueillent.
    Etait-ce une bonne idée de se faire entendre avec des bombes, des destructions massives , des centaines de morts des deux côtés ? Des pays supplémentaires veulent adhérer à l'OTAN, au vu de la situation ukrainienne. Jusqu'à présent, on pariat sur un statu quo, une sorte de paix des braves et une dissuasion sourde.
    Et voilà qu'on a la guerre comme autrefois, la vraie, avec des images qu'on croyait impossibles en Europe.
    C'est là que l'on peut voir une absence de logique et quelque chose comme de la "folie". Oui, c'est une logique autre, celle de la revanche.

    On fait quoi maintenant ?
    On dit que c'est le moment parfait pour dissoudre l'OTAN, afin d'assurer la paix ?
    Ainsi, tout ira bien dans le meilleur des mondes.
    Il manque un ingrédient essentiel : la confiance.

  • J'ai cherché la citation de Montesquieu dans votre article "les Causes de la Guerre" et je ne l'ai trouvée nulle part. Pouvez vous m'en dire plus ? Merci d'avance.

  • 2400 morts à Marioupol, pour que la Russie ne soit pas "démembrée et transformée en colonie américaine"... Les ukrainiens apprécieront la profondeur de ce propos.

  • A propos de l’Ukraine, je suis, il est vrai, un pseudo-expert, comme dit Guy Mettan. Mais, je ne submerge pas l’espace public de pathos. Cependant, je sais quand il faut appeler un chat un chat. Dans cette guerre d’Ukraine, il y’a une population civile martyrisée. Et pas par Zelensky. Cette constatation suffit à mes yeux pour condamner Poutine, ce Pisistrate des temps modernes.
    Philippe Zutter

  • Deux nouvelles stupéfiantes. L'une est politique, l'autre est économique.
    Tellement stupéfiantes que je suis à cours de commentaires.
    Si cela s'avère authentique, il y a de quoi en pleurer de rage et d'incompréhension.

    http://russiepolitics.blogspot.com/2022/03/la-russie-negocie-t-elle-un-protectorat.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email

    https://www.globalresearch.ca/russia-central-bank-chief-hostile-foreign-agent-deliberately-sabotaging-russian-economy/5774261

  • https://www.france-irak-actualite.com/2022/03/le-moyen-orient-et-la-guerre-en-ukraine.html?utm_campaign=_ob_pushmail&utm_medium=_ob_notification&utm_source=_ob_email

    Penser au-delà de la tragédie Russo-Ukrainienne: l'ordre mondial est en train de changer et c'est certainement dans la douleur qu'il se produit.
    Comment, en Europe, acceptons nous encore et encore d'être soumis aux diktats de guerres des USA et de l'OTAN dans le seul objectif d'assurer à Hegemon Américain son pouvoir absolu sur notre continent et sur d'autres parties de la planète? Comment pouvons nous accepter qu'un monsieur et sa clique décident depuis son bureau ovale (voir cette image très parlante de la dernière photo de Biden dans Bluewin News et dans TDG) donner des ordres de frapper qui ils veulent, de sanctions économiques comme de mise à sac par leurs multitudes sociétés de mercenaires recrutés à travers le monde. Une racaille internationale au service d'Hegemon pour tuer toute démocratie, anéantir l'humanité et semer la désolation, le desespoir et la mort... Partout.
    Et nous ici, nous ne voulons pas souffrir, ici et maintenant, de ces images de tragédie, cette fois, tout près de nous, sous nos yeux, mais nous avons accepté que pendant des décennies, que les USA et ses armées gratuites de l'OTAN, aient détruit tant de pays et tant de populations.... Peut-être parce qu'elles ne sont pas européennes? Pas blanches? Pas de notre proximité culturelle?
    C'est une question du droit à la vie, de l'homme, droit à ses terres, droit de ne pas être inquiété, droit à la non ingérence pernicieuse et spéculative etc.
    Et pourtant nous avons si bien conservé notre silence sur ces tragédies massives.

    Il n'y a pourtant qu'une solution pour que ce conflit Russo-Ukrainien s'éteigne et il peut s'éteindre du jour au lendemain et peut-être même à la minute où les Ukrainiens auront compris que le sort des deux parties réside dans cette nouvelle configuration des régions faites de collaboration dans la recherche de l'indépendance de chaque pays, par leur minimum d'autosuffisance et des moyens de développement. Dans la recherche d'un maximum d'équilibre dans les relations entre les pays. Une sorte de solidarité intrinsèque à la nature de leur économie et de leurs ressources propres. Un nouveau monde multipolaire favorisera toujours une co-gouvernance par consensus et non pas par un pouvoir centraliste absolutiste comme c'est le cas actuellement avec les USA et son complexe militaro-industriel qui s'appelle l'OTAN que chaque pays, à son propre consentement, doit participer de son sacrifice, pour des guerres lointaines ou proches qui ne leur apportent que destruction.

    Tous le milieux politiques un peu honnête l'ont dit L'OTAN devait être dissoute, elle n'a plus lieu d'être un bouclier de défense de l'Europe. Laissez les Européens définir entre eux le type d'architecture et les moyens de défense qu'ils souhaitent.

    Au point où nous en sommes, la neutralité de la Suisse, réputée pacifique, devrait se défaire de l'étau des sanctions, s'activer à faire comprendre que les sanctions sont l'arme des maîtres chanteurs qui affaiblissent ceux qui les adoptent et elles ont le don d'envenimer les tentions et les violences et elles déchaines une spirale malsaine de vengeance. la Suisse devrait insister sur les accords de Minsk et de souligné qu'une partie (l'Ukraine) avait failli par absence de volonté, de les mettre en place ou de négocier, à tout moment, des amendements. Mais l'Ukraine était trop sûre que quelle que soit les frasques qu'elle commet, elle serait protégée comme une enfant gâtée à qui l'on doit tout et qu'il lui suffit de réclamer et d'intimer. C'est vouloir ignorer que les soutiens des pays voisins sont proportionnels à leurs capacités économiques.
    Et Zelensky amène la Russie et Poutine jusqu'à l'autel de l'OTAN pour que le Pentagone puisse les exécuter. Et nous marchons avec lui en lui donnant tous les moyens.
    Il ne faut pas se mentir, ce n'est pas ainsi qu'on obtiendra le silence des armes.

    Que ces pays qui réclament toujours plus d'aides en armes, en biens et en hommes, fassent aussi, un jour, preuve de la même solidarité et de la même générosité envers une autre nation que leurs amis Américains détruisent. Et les Américains en ont déjà beaucoup détruits! Ils en détruiront encore!

  • @jambon dit que :"J'ai cherché la citation de Montesquieu dans votre article (de M. Guy Mettan bien entendu" quant des Causes profondes de la Guerre" et jambon ajoute :"Je ne ne l'ai trouvée nulle part. Pouvez vous m'en dire plus ? Merci d'avance."

    Que ça soit Montesquieu ou Blaise ou Montaigne ou le Pape voire même M. Guy Mettan qui a parlé de ces deux super citations véridiques et pleines du bon sens des guerres d après l excellent article chapeau de M Guy Mettan qui préçise "citations attribuées en l occurence à Montesquieu . " Ces 2 citations importantes sont relevées par M. G.: La première est qu’en matière de guerre il ne faut pas confondre les causes apparentes avec les causes profondes, et la seconde qu’il ne faut pas confondre ceux qui l’ont déclenchée avec ceux qui l’ont rendue inévitable..

    @Jambon,
    Il (M. G.M.) essaie de vous montrer la lune et vous vous arrêtez à demander des précisions quand au doigt qui vous montre la lune, c est absurde tout ça, non?

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Je découvre votre blog via cet article cité chez Réseau International.
    Tout simplement bravo !

  • Marlène Dupraz : pour l'instant c'est la Russie qui a envahi l'Ukraine et qui cause une tragédie nationale, voir mondiale. Selon Le Secrétaire général de l’ONU , le conflit en Ukraine pourrait provoquer un « ouragan de la faim » dans le monde. Alors, s'il ne faut pas confondre les causes apparentes avec les causes profondes, ne confondons non plus les causes profondes avec les tragédies causées par une guerre qui n'a rien d'apparent, et donnant lieu à ceux qui bien installés dans leurs coins dissertent sur ses causes profondes.

  • Un grand merci à Monieur Mettan pour cette analyse circonstanciée et détaillée.

    Je mets les pieds dans le plat:

    Les chiens de Zélensky:

    - Batallion C14:

    https://en.wikipedia.org/wiki/S14_(Ukrainian_group)

    - Bataillon Azov:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9giment_Azov

    - Batallion Donbass:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataillon_Donbass

    - Batallion Aidar:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataillon_Aidar

    Tous néo-nazis et antisémites.

    Et pourtant:

    https://frontpopulaire.fr/o/Content/co808443/quand-bhl-s-affiche-a-odessa-avec-un-ex-commandant-accuse-de-crimes-de-guer

    Gloire à l'Ukraine!

    https://www.youtube.com/watch?v=C5eXWeoe1Ko

  • Enfin les civiles de Marioupol ont pu évacuer. Ils servaient de bouclier humain au régiment Nazie d'Azov.

    http://billets-du-temps-perdu.blogspot.com/2022/03/donbass-les-civils-evacuent-marioupol.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email

    La démocratie Zelensky c'est cela:
    http://russiepolitics.blogspot.com/2022/03/zelensky-interdit-tous-les-partis.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email

  • Marlen Dupraz : Le commissaire européen Borrell : L’attaque russe contre Mariupol est un « crime de guerre massif ». et ceci : assiégées en Ukraine – «Les Russes emploient l’arme de la terreur contre les civils» Villes assiégées en Ukraine«Les Russes emploient l’arme de la terreur contre les civils» À Marioupol comme ailleurs, les frappes ciblent la population. Un choix délibéré mais inefficace, analyse l’expert militaire Gustav Gressel. https://www.tdg.ch/les-russes-emploient-larme-de-la-terreur-contre-les-civils-801358211097
    Cherchez donc l'erreur, Madame Dupraz...

  • "Le commissaire européen Borrell : L’attaque russe contre Mariupol est un « crime de guerre massif »"

    Oui, un crime de guerre massif commis par le régiment Azov qui a pris la population en otage et s'en sert comme des boucliers, assassinants ceux qui essaient de fuir pour se mettre en sécurité du côté des troupes de la République de Donetsk ou des Russes.

    La population de Mariupol avait voté à 85% pour l'indépendance de Donetsk en 2014 et c'est pourquoi le bataillon nazi azov y avait été envoyé pour y punir les habitants: arrestations, tortures, assassinats.

    Les Russes ont offert aux nazis un sauf-conduit pour Kiev sur le modèle de ce qui s'est passé en Syrie : refus, ils préfèrent périr et tuer le maximum de Russes plutôt que de se rendre. Un fanatisme pire que celui des djihadistes.

    Cela fait huit ans que les habitants de Mariupol attendaient d'être libérés de cette racaille nazie qui se tatoue des swastikas sur le corps.

    Il faut écouter les témoignages de ceux enfin libérés qui ont vécu l'enfer du fait du régiment nazi azov.

  • Témoignages (et ce n'est pas de la propagande russe):

    https://thegrayzone.com/2022/03/18/bombing-mariupol-theater-ukrainian-azov-nato-intervention/

  • https://mai68.org/spip2/spip.php?article11130

    Merci Daniel pour cette remise au point.
    Il ne s'agit pas de nier les souffrances des gens dans ce conflit, mais nos officiels doivent rester honnêtes et dire pourquoi il a lieu et ce ne sont pas des causes récentes. C'est pour pouvoir leur éviter ces souffrances qu'on doit aussi leur ouvrir les yeux, car le travail n'avait pas été fait. Tant que le pays est géré sur le modèle du mercenariat, de plus, mafieux, les conflits seront toujours prêts à éclore dont les Ukrainiens lambda sont les premières victimes à domicile.
    Si d'autres dans le Donbass se défendent, indirectement, ils participent à ce désir d'assainissement et à la construction d'une société normale, humaine , paisible et respectée.

    L'occidentalisme nous aveugle et peut aussi nous perdre. Quelles valeurs défendons nous alors que, depuis deux décennies on nous les a substituer avec des standards de conduite et de comportement, on nous a décervelé et on veut effacer l'histoire des peuples et leur âme.

    Voici d'autres témoignages sur le nazisme étatique qu'on veut censurer et faire taire.
    https://mai68.org/spip2/spip.php?article11130

    Par ailleurs, j'apprends sur Bluewin News, que le père fouettard Joseph Robinette Biden est en tourné actuellement en Europe pour la discipliner aux actions coordonnées avec l'OTAN - on se demande lesquelles. Un ordre de marche sur Moscou?, un doublement d'effort pour consacrer l'Ukraine, comme territoire de l'OTAN? Comme par hasard, le Sieur Zelensky va parler au sommet de l'OTAN. Cela veut dire que les 27 Européens sont sous sa coupe? Il officie aux côtés du patron de l'OTAN, JR Biden! Et voulons nous vraiment croire à son offre de neutralité pour l'Ukraine et son abandon de rejoindre l'OTAN, dans les négociations? Alors que tout démontre le contraire. Comment peut on le croire sur parole dont l'halène souffle le chaud et le froid dans une même tirade?

    A quoi jouent nos chefs d'état? Ils jouent aux profs de gym? Aux chefs de brigades de cuisine? Et nous les approvisionneurs de l'économat Otanesque?

    Décidément l'Organisation Transatlantique et Washington se moquent des petites nations européennes et de leurs gouvernements vassaux.
    Ils sont en train de dépouiller l'Europe! Et nous minables et méprisables contribuables, nous allons obéir.

  • Merci Mme Dupraz pour vos précieux et documentés commentaires face à des créatures Frankesteins orientées avec des agendas lumineux bien à elles.
    La guerre a commencé en 2014 et a fait plus de 14000 victimes avant 2022, avant que la Russie ne vienne protéger la minorité russophone massacrée.

    Zelinski, a été au pouvoir depuis 2019 et a poursuivi la politique exterminationiste des divers gouvernement ukrainiens depuis 2014. Zelinski, le saint, si c'est possible... est l'un des politiciens les plus cités dans les Pandora Papers (corruption/évasion). Le courageux joueur de piano est prêt à se battre jusqu'au dernier ukrainien, voire jusqu'au dernier européen de l'Ouest.

    Le fait que la Suisse ait abandonné sa neutralité est impardonable et mérite la condamnation pour trahison de notre gouvernement via un procès légal (bien sûr) et filmé pour la postérité. Notre Conseil Fédéral, sous l'excuse de l'émotion épidermique, s'est agenouillé devant l'OTAN et l'UE, deux entités devenues d'immondes persécutrices assassines des peuples (leurs peuples, mais aussi l'Ex-Yougoslavie, l'Irak, le Yemen, l'Afghanistan, la Libye, les pays d'Amérique Latine,...).
    Les présidents américains des soixante dernières années sont tous bons pour des condamnations pour les millions de morts engendrés à travers les guerres qu'ils ont lancées. Si la Russie est condamnée alors qu'elle aide les russophones, la justice évidente et que les USA doivent l'être dix fois.

    Au niveau des médias de grand chemin, ils estabjecte que les chaînes russes aient sont censurées alors que celles américaines et des pays de l'OTAN continuent à nous déverser leur propagande.

  • Les Etats-Unis se basent sur "un examen minutieux des informations disponibles"
    Le gouvernement américain "a établi que les membres des forces russes ont commis des crimes de guerre en Ukraine", a affirmé mercredi le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken. Les Etats-Unis se basent sur "un examen minutieux des informations disponibles issues de sources publiques et du renseignement", a indiqué dans un communiqué M. Blinken, précisant qu'il reviendrait aux tribunaux de déterminer les responsabilités juridiques. "Nous avons vu de nombreux rapports crédibles d'attaques sans distinction et d'attaques visant délibérément des civils, ainsi que d'autres atrocités", a ajouté le chef de la diplomatie américaine, citant la destruction "d'immeubles résidentiels, d'écoles, d'hôpitaux, d'installations essentielles, de véhicules civils, de centres commerciaux et d'ambulances", qui ont fait "des milliers de morts et de blessés
    Beaucoup de ces sites étaient "clairement identifiés comme utilisés par des civils", a-t-il expliqué en évoquant le bombardement d'une maternité et d'un théâtre où s'abritaient des femmes et des enfants, et en face duquel le mot "enfants" était peint en lettres géantes, dans la ville stratégique de Marioupol, assiégée par l'armée russe.

Les commentaires sont fermés.